Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 01 avril 2007

Mon coeur a emporté par mégarde

"Le printemps est une saison difficile pour un enfant de l'hiver"

L'itinérant

http://journaldunitinerant.blogs.psychologies.com

Commentaires

comment c'est joli ça...

Bizzz
Marino

Écrit par : marino | dimanche, 01 avril 2007

hey je suis née au début de l'hiver et j'avoue que le printemps est difficile... il pleut trop! je préfére les précipitations enneigée ;)

Dis, j'ai pensé à un jeu littéraire, mais je vais avoir besoin de ton aide pour en parler au monde en fait. Voilà, mon idée serait de faire un espèce de cadavre exquis entre internotes de la blogosphere. Le jeu comporterai deux étapes: la première se ferait "en aveugle" je m'explique. Par exemple, je commence un texte, une histoire (pas trop long, genre 5-6 lignes), et je t'envoie (par courriel) la dernière phrase de mon texte. Donc tu ne connais pas le tout début. T'insiprant de ma derniere phrase tu ecris la suite... tu prend la dernière phrase de ton texte, que tu envoie (par courriel) à qui te veux et ainsi de suite avec tous les participants. A chaque fois qu'un texte est ecrit... chacun des participants m'enverrai leur texte intégrale, que je mettrai bout à bout au fur et à mesure... ce qui nous amenne à la deuxième étape du jeu: la publication du résultat final!
Voilà je voulais savoir ce que tu en pensais, si ca avait déjà été fais, si t'était partante? Si oui ben je lancerai l'idée officiellement sur mon blog prochainement. Il faudrait que j'en parle à Irene aussi...
enfin voilà ...
bise à toi!
ap

Écrit par : ap | dimanche, 01 avril 2007

Merci. Ces mots sont importants pour moi. Il m'a fallu des dizaines d'années pour les comprendre. L'enfant de l'hiver est un enfant callé et décallé, sensible et volontaire, confiant et effrayé, apprenti par nature, craintif et insatiable, irrascible mais brutal, jamais. Le blanc emplifie tout, jusqu'à la brûlure. Merci, vraiment.

Écrit par : l'itinérant | dimanche, 01 avril 2007

Les commentaires sont fermés.