Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 avril 2007

Délivrance

Dans ce dédale déambulait mon coeurmedium_Orage.3.jpg

Dépecé par la dague d'acier de ton dédain

Et mon âme damnée

Déclinaison à ma douleur

Je déclamais ma défaveur

Désemparée, déchue

Sur le débarcadère damasquiné

De mes désirs dénaturés

En bouquet de dahlias décomposés...

Quand un désinvolte démiurge

Vint défausser ma destinée

Déboutée la débâcle des décennies passées

Je suis désir déraisonnable, démesuré, désenchaîné à l'assaut de tes digues et déferlant vers ta demeure...

Je suis Dalaï Lama défiant Deng Xiaoping, Liberté de Delacroix guidant le peuple des Sans Amour, divin David devinant sa dulcinée, Deus ex machina dithyrambique...

Je suis dépouillement destructeur qui des décombres du passé fait table rase

Dune en déclive au désert de mon coeur

Je rêve, et je deviens :

Prélude de Debussy aux dissonances indécentes, dauphin dansant dans le Danube, délicat dattier du jardin des Délices...

 

Commentaires

Ton texte fait sonner la puissance de l'occlusive.
Une grande énergie.
C'est très beau.

Écrit par : l'itinérant | mardi, 03 avril 2007

Les commentaires sont fermés.