Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 avril 2007

Je suis heureuse

Tout d’abord ma muse a commencé à me régenter dans l’écriture, elle a décidé que je ne devais écrire que des poèmes et des textes courts. J’ai bien essayé de lui proposer quelques scénaris de nouvelles mais elle n’en a pas voulu. Que puis-je faire ? C’est elle qui décide, c’est elle qui écrit, moi, je ne suis que le scribe. Mais voilà que maintenant, ma muse a aussi pris les rênes de ma vie. « Tu vas arrêter de te mentir et de mentir aux autres » a-t-elle décrété, « à partir de maintenant tu vas être authentique, avec la rigueur que cela demande .   Tu vas dire ce que tu penses (quand c’est vraiment nécessaire, sinon tu te tairas), à celui que tu n’aimes plus tu lui diras « je ne t’aime plus », à ceux que tu aimes tu diras « je t’aime ». Et tu ne te justifieras pas. Et tu ne te soucieras pas de ce que l’autre fera de ton « je t’aime », c’est son problème à lui, à elle, pas le tien. Et tu n’attendras pas que l’on te réponde « je t’aime » en retour. Et tu accueilleras les reproches, comme les compliments, avec légèreté ». Ma muse déterminée m’a montré la direction que je devais prendre et je me suis mise en route comme un bon petit soldat de la vie. Et ma muse m’a dit : « alors, tu es heureuse » (ce n’était pas une question). Et j’ai regardé autour de moi et en moi puis j’ai dis « oui », toute étonnée, « je suis heureuse ». Alors elle m’a répondu : « à partir de maintenant, ce sera toujours comme cela, tu seras heureuse : fatiguée et heureuse, reposée et heureuse, triste et heureuse, gaie et heureuse, seule et heureuse, à deux et heureuse, travaillant et heureuse, te reposant et heureuse, malade et heureuse, en bonne santé et heureuse, en ville et heureuse, à la campagne et heureuse, dans les larmes et heureuse, dans les rires et heureuse »…Elle a ajouté : « tu as compris ce qu’est le bonheur ? » alors j’ai répondu « oui » et j’ai souris à la vie.

 

 

Commentaires

j'aime bien l'idée de cette muse, comme un mini-toi perché sur ton épaule. :-)))

Écrit par : peau | lundi, 23 avril 2007

Oui, sourire à la vie qui nous offerte en présent...

Je t'embrasse

Écrit par : Oanor | lundi, 23 avril 2007

"fatiguée et heureuse, reposée et heureuse, triste et heureuse, gaie et heureuse, seule et heureuse, à deux et heureuse, travaillant et heureuse, te reposant et heureuse, malade et heureuse, en bonne santé et heureuse, en ville et heureuse, à la campagne et heureuse, dans les larmes et heureuse, dans les rires et heureuse "...
Heureux pour toi :))

Écrit par : khanouff | lundi, 23 avril 2007

merci pour cette belle note,

c'est un cheminement de tous les jours : l'autenthicité, la congruence...

pas facile mais qu'est ce que je me sens mieux depuis que je travaille à ça, un vrai plaisir, plaisir pour moi bien sûr !

Écrit par : gaiia | lundi, 23 avril 2007

Comme j'ai envie, aussi !!! bises Pénélope

Écrit par : Pénélope | lundi, 23 avril 2007

Difficile de ne pas penser à l'autre quand on dit "je ne t'aime plus", à la douleur qu'il peut ressentir.
Mais c'est vrai qu'il souffre peut être encore plus de sentir que l'amour qu'on lui affirme est un mensonge.
Bel exemple de plenitude.

Écrit par : sacados | lundi, 23 avril 2007

comment ça, ta muse ne veut plus que tu écrives de nouvelle, alors notre projet de rencontre entre Nicolas et Agathe ? Moi qui ai écrit une enquête courte pour pouvoir la publier très vite...

Écrit par : irene | mardi, 24 avril 2007

ah les muses qui s'amusent...
La tienne est un beau petit ange si elle t'a parlé du bonheur...

La mienne est comme le vent dans une voile...

Écrit par : captaine lili | mardi, 24 avril 2007

Les commentaires sont fermés.