Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 mai 2007

Mon âme était devenue si légère

Je t'ai laissé au Pays de la souffrance

Comme un triste Robinson volontaire

Je n'ai pas décidé de fuir ton Eden

C'est l'Alyzée qui me fit voyageuse

Mon âme était devenue si légère

Qu'un tendre souffle suffit à l'emporter

Mon coeur était devenu si agile

Que la moindre brise le fit tournoyer

Je suis fleur sauvage, je vais

Là où le vent me pousse

Sur des terres fertiles il me déposera

Où j'enracinerai et mon coeur et mon âme.

Commentaires

"Le vent m'emportera" de Noir désir. Il est en effet un souffle qui nous emporte et qu'il est bon de nous laisser porter.

Je t'ambe brasse

Écrit par : Oanor | jeudi, 10 mai 2007

heureuse de te voir en meilleure forme. Un nouveau jeu pour toi à partir d'une phrase d'un auteur que nous aimons toutes les deux : Victor Hugo...Tu passes ?

Écrit par : irene | jeudi, 10 mai 2007

As-tu trouvé ta terre Enriqueta ?

Écrit par : Rosa | jeudi, 10 mai 2007

et tu ne sais pas...autant...

Écrit par : mandoue | jeudi, 10 mai 2007

Que de mots "invisibles" entre ces lignes...
Comme d'habitude c'est très beau, et ça prend aux tripes.

Écrit par : euqinorev | samedi, 12 mai 2007

prendre racine ,pour que la cime pousse son coeur un peu plus près des étoiles..
merci pour cette belle note.
pensées douces.

Écrit par : fadulina | samedi, 12 mai 2007

Tout en cas mon
Tout en contexte
Do re

Écrit par : pixel bleu | dimanche, 13 mai 2007

ben on sais pas si ça marche :

Écrit par : pixel bleu | dimanche, 13 mai 2007

t

Écrit par : pixel bleu | dimanche, 13 mai 2007

Les commentaires sont fermés.