Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 mai 2007

La légende du lac d'Enghien (3)

Un grand merci à  Cassandrali, Lili,  Rémy et Rosa .

 Pour lire le début :

http://c-estenecrivantqu-ondevient.hautetfort.com/archive/2007/05/16/la-legende-du-lac-d-enghein-2.html#comments

Le pêcheur recula un instant comme pour mieux me regarder et je l’entendis me dire : « Lili, est-ce bien toi ? » avant que tout ne se trouble à nouveau…

J'étais revenue sur le banc de pierre et quelqu’un d’autre tenait ma main, c’etait Léandre Fabados le poète qui me fascinait tant. Ses yeux d’un vert profond semblaient percer mon âme, on  aurait dit le regard d’un chat. Il me déclara : « Pourquoi as-tu refusé de me donner ton cœur ? ». Je tremblais, j'étais soudain glacée, les souvenirs faisant frissonner mon âme : « Je te l’avais donné mon cœur mais tu voulais autre chose, tu voulais mon âme pour me damner, tu voulais mon corps pour m’asservir ». « Je voulais ce que tu avais donné à mon rival ! » s’écria-t-il avec rage. « Rival ? Et si on parlait de mes rivales ? Angèle, Lili, Fanny, Carola, Cassandra, nous étions toutes amoureuses de toi, tu nous avais séduites par tes mots et tu avais détruit notre amitié, nous qui étions si proche, que parfois je ne sais plus laquelle des cinq je fûs » répondis-je en affrontant ce regard maléfique…Autour de nous les arbres semblaient se rapprocher pour mieux nous écouter et j’entendis le lion murmurer : « souviens-toi de Rémy… ».

J'étais dans une cour d’école pour la première fois de ma vie, ma maman avait lâché ma main, je me sentais perdue, j’avais envie de pleurer mais je me retenais pour ne pas faire de peine à maman qui m’avait demandé d’être courageuse, autour de moi plusieurs enfants sanglotaient déjà et je sentais venir la première larme quand tout à coup une main se glissa dans la mienne, je me retournai et découvris un petit garçon aux cheveux d’ébène et aux yeux sombres et brillants. Il me dit : « Bonjour, je m’appelle Rémy, et toi ? » mais je n’eu pas le temps de répondre, la maîtresse sonna la cloche et il m’entraîna dans le rang. Puis nous rentrâmes en classe et il lâcha ma main…

« Pour toi, j’avais abandonné mon ami d’enfance » dis-je dans un souffle au poète. « Tu n’avais rien abandonné » répondit-il, « votre amour n’était qu’amitié, c’est avec moi que tu  découvris le désir ». « Mais l’amour que tu me fîs découvrir était maudit, maudit comme toi, oui, nous étions devenus des amants et notre union a attiré le malheur sur tous ceux que j’aimais…Tu les a éloigné de moi, tu les as tous fait disparaître, mon amour et mes amies, qu’en as-tu fait maudit mage ? » m’écriais-je tandis que le lion devenu homme me prenait par la main pour me détourner de ce regard de glace.

« Qui êtes-vous ?  » demandais-je à cet homme dont je n’arrivais pas à distinguer les traits à cause de la luminosité devenue trop intense. Nous étions sur une berge du lac dont l’eau scintillait. « Je suis ton ange gardien, je suis l’autre poète » répondit-il. « Le poète de Lumière et le prince de ton avenir » me souffla un chat noir et blanc qui sauta sur mes genoux et me fit basculer…

J'étais en classe, les tables étaient disposées en U, à ma droite se tennaient les inséparables Fanny et Carola, qui me souriaient . Fanny etait aussi blonde que Carola était brune et leur contraste n’était qu’un signe de complémentarité absolue. Fanny avait les yeux noirs tandis que ceux de Carola étaient bleus et on y lisait l’amour de la vie. A ma gauche ma tendre Cassandra rêvait à ses prétendants qui étaient aussi nombreux que les jours de la semaine, en mâchonnant un crayon entre ses lèvres parfumées à la fraise. C’était un cours de Français, celui du très passionnant M. Lartichoux. M. Lartichoux était un grand homme maigre et très laid mais dés qu’il se métait à parler littérature il devenait le plus séduisant des hommes. Quelque soit le temps et la saison il portait toujours autour du cou une écharpe de laine multicolore qui ne cessait de glisser et qu’il ramènait sur son épaule gauche d’un geste machinal. Chacune d’entre nous rêvait en secret de lui voler son écharpe et de la garder comme un joli secret. Nous étudions un recueil de poèmes qui s’intitulait : « Les mensonges de la mémoire », je cherchais le nom de son auteur quand le livre glissa de mes mains…

Nous étions dans un garage, la fête battait son plein, tout était décoré « années 60  » , toutes les filles de mon groupe (nous sommes 7 si je compte aussi Rosa et Pénélope qui se sont retiré dans un coin pour fumer) étaient habillées de jupes plissées bleu marine et de chemisiers blancs ou roses. Puis je dansai un slow avec un garçon beaucoup plus grand que moi. J’avais le visage dans le creux de son épaule et je sentais ses mains descendre doucement dans mon dos, de mes épaules à mes reins…Chacune de mes amies dansait avec un cavalier plus ou moins entreprenant. Je fermais les yeux et me concentrais sur les paroles de la chanson de Françoise Hardy « tous les garçons et les filles de mon âge… »…

Et me voilà à nouveau sur le banc de pierre, Léandre me donnait un livre en me disant de lire la poésie intitulée « Magie noire » : je commencai à la lire et  les mots, comme sortis du livre se mirent à tournoyer … Et il se mit à rire, d’un sombre rire terrifiant. J'étais face au mage, au mage maudit, le jour devint nuit et le soleil, lune... lune rouge dont le reflet ensanglantait les eaux du lac…

 

Voici la troisième partie de cette nouvelle interactive. Merci de m’aider à écrire la suite : idée, mots, images, noms propres…Tout peut m’aider…Que va-t-il se passer après ? Comment l’héroïne va-t-elle se sortir de cette histoire ? Comment va-t-elle retrouver l’ensemble de sa mémoire ? Quels autres épisodes de son passé voulez-vous voir évoquer ? Quels personnages voulez-vous que j’étoffe ? Dans quels autres lieux voulez-vous aller ? Je compte sur vous. Il reste quelques éléments, suggérés par mes muses, non utilisés (comme la chanson de ch. Aznavour, les disparitions et la poésie pour perdre la mémoire) que je vais incorporer dans le prochain épisode.

Commentaires

Au niveau concordence des temps il n'est pas top cet épisode mais je m'en suis rendue compte trop tard et je n'ai pas envie de recommencer (cela fait déjà deux fois que je le corrige), alors merci pour votre indulgence...

Écrit par : Enriqueta | jeudi, 24 mai 2007

Indulgence accordée d'autant que j'ai souvent le même problème avec les temps !
Cet épisode est très riches, on découvre plein de nouveaux personnages et d'épisodes de la vie de notre héroïne, peut-être Lili...
Le poète est le mage ; l'est-il vraiment ou bien est-il ensorcellé ?
Qu'est devenu Rémy, le rival du poète ? S'est-il débarassé de lui par jalousie ? Là-t-il transformé en statue de pierre ? Est-ce lui le lion devenu homme qui lui reprend la main comme au jour de la rentrée ?
Ses amies, le club des 7, chacune d'elles n'auraient-elles pas périent tour à tour dans les mains du mage ? Parce qu'il voulait que tous les sentiments de notre héroine lui soient exclusifs : amitié amour comme on idolatre un Dieu... Elles sont prisonnières de son pouvoir, détenues quelque part...
Sans le savoir, elle peut les sauver, elle ne sait pas encore comment mais elle doit le faire. Elle a un pouvoir sur le mage qu'elle ne connait pas encore, mais pas un pouvoir du type surnaturel...
Des réponses sour formes de questions pour te donner des pistes, enfin j'espère.
Courage pour la suite.
@BientÔt

Écrit par : cassandrali | jeudi, 24 mai 2007

Le slow : génial j'ai revécu mes premiers émois amoureux...
La suite... Pour ma part je ne la vois pas avec le poète...Trop désincarné...
Mon préféré reste le pêcheur, c'est lui qui permet la transgression...
Mais s'il y a des blogueurs qui veulent "sauver" le poète, pourquoi pas...
Je ferai bien revenir le pêcheur qui représente la nature, la vie saine qui l'attire et la sauve de ses démons et envoûtements

Écrit par : Rosa | jeudi, 24 mai 2007

je retiens que Cassandra avait plein de pretendants... :-) Plus serieusement, tu ne t'en sors pas si mal avec la concordance vu la complexite du recit...
Alors, d'autres idees... Il faut d'autres souvenirs d'enfance de Rémy/Lili - l'héroïne... et j'opte pour que le pecheur soit Rémy... Le lion est le contraire (complémentaire) du mage maudit/poète...
Et puis chacune des disparitions est elle en lien avec le caractère de chacune des filles ?
L'echarpe de M.Lartichoux a t'elle joué un rôle ?
Les filles sont elles prisonnières dans le lac ? Et Rémy le pêcheur reste attaché à ce lieu à cause de ça ?
Il reste une grande question : pourquoi Lili pense t'elle s'appeler Angèle au début ? Parce qu'elle ne fait que ressembler à Lili ? parce que c'est sa fille et ces souvenirs ne lui appartiennent finalement pas ? parce qu'elle a changé de prénom pour changer de vie apres le drame ?
... y'a assez de questions, là ? :-)

Écrit par : captaine lili | jeudi, 24 mai 2007

captaine lili tu te poses trop de questions...
Laisse venir
Bon je vois que toi aussi tu aimes le pêcheur

Écrit par : Rosa | jeudi, 24 mai 2007

Mais euh, c'est Enriqueta qui demande des pistes, alors moi je pose des questions... si je laisse venir la suite, elle me rappelle à l'ordre et puis elle fait la tête... :-)

Écrit par : captaine lili (pour Rosa) | vendredi, 25 mai 2007

Captaine lili j'ai du mal à imaginer Enriqueta faisant la tête
Bon on est 2 à vouloir le pêcheur, espérons qu'elle nous écoutera

Écrit par : Rosa | vendredi, 25 mai 2007

Rémy pour les unes, le pêcheur pour d'autre... L'eau est l'élément clé, l'ami d'enfance Rémy ne s'est pas remis de l'abandon de son amie, il s'est jeté à l'eau, son fantôme hante les lieux, Lili n'a pas perdu la mémoire, elle est sous une influence magique. En fait Rémy n'était pas ce petit gamin adorable, son côté sombre appelle la vengeance, et elle passe par l'isolement total de Lili...
Bon, je sais, ce n'est pas clair.

Écrit par : irene | vendredi, 25 mai 2007

Vous me faites rire... :-))
Avec la magie, tout est toujours possible...

Écrit par : Pour Lili et Rosa | vendredi, 25 mai 2007

Une petite piste pour mon poète homonyme. On a l'impression qu'il reproche quelque chose à l'héroïne. Peut être le fait d'être devenu poète maudit ?
Qu'ont ils fait ensemble qui aurait entrainé la disgrace du poète ? Perte de son inspiration comme s'il avait vendu son ame au diable pour avoir l'héroine rien que pour lui ?
A t'il sacrifié les amis de l'heroine afin quelle se concentre sur lui et les oublie comme effacée de sa vie ?

Écrit par : sacados | vendredi, 25 mai 2007

Je suis aussi pour un retour du pêcheur.

Le mage et le poète de Lumière pourraient bien se révéler être un seul et même personnage.

Peut-être faut-il développer un peu l'histoire sur la relation épineuse entre l'héroïne et le mage dont elle ne parvient pas à laisser échapper l'image. Pourquoi? Est-il aussi pervers que cela? N'y a t-il pas aussi une forme de mirage, de mensonge dans ces souvenirs qui remontent, une amnésie suivie d'une histoire préécrite, imposée à elle, qu'il s'agirait de peindre en beau? Le pêcheur peut l'y aider avec le Lion.

Elle est dans les eaux troubles du lac et tout le monde l'attend à la surface.

Je t'emmelle les crayons, là ;-)

Bises et bon courage.

Écrit par : rémy | samedi, 26 mai 2007

Les commentaires sont fermés.