Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 juin 2007

"Ami entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines..."

Imposer des peines planchers serait en effet inconstitutionnel car contraire au principe de l'individualité de la peine, adaptée à chaque prévenu dans le cadre de la loi.

Non, à la modification de la loi sur la délinquance, non à la violation de la constitution, non à l'assassinat de la démocratie, non à Nicolas Sarkozy et à ses sbires...

Cet article vous le dira mieux que moi :

http://dejademain.hautetfort.com/archive/2007/06/02/peine...

(Déjà demain)

Commentaires

Merci.

Je ne sais pas ce que valent mes mots, mais s'ils peuvent veiller et éveiller la conscience de quelqu'un alors ils n'auront pas été vains...

Écrit par : So | samedi, 02 juin 2007

Nous sommes désormais les partisans....

Écrit par : So | samedi, 02 juin 2007

Il n'y a rien d'étonnant.

Le volet de la droite a toujours été de réprimer plutôt que d'éduquer, si je devais quelque peu caricaturer. C'est à dire, d'asseoir le pouvoir en place - l'argent - plutôt que de remettre en question et de comprendre la source du mal... Il ne faut pas déroger et surtout pas déranger.

Là nous pouvons revenir aux articles de MIchel ONFRAY et notamment sa confrontation avec Sarkozy : l
'homme de droite est convaincu que le mal est inscrit en la chair de l'être sans, voir qu'il naît bien plus souvent de circonstances. La génétique contre le sociologique ? Non, cela est bien plus complexe, et il n'est pas là d'un manichéisme absurde. Bien sûr qu'il naît des personnes qui sont fondamentalement "mauvaises". Autant que de personnes que nous pouvons affirmer comme foncièrement généreuses. De ce spectre, il est un éventail excessivement large : l'humain Il en est du vivant, de l'amour et du désir et des processus, des mécaniques que cela engendre, que cela met en jeu. Cela demande donc de circonstancier, de prendre le temps dans une société où même le temps est devenu objet...
Ce vivant générateur de désordre (il n'y a que dans les cimetières comme dirait Claude ALMOS, où règne le clame et l'ordre) et qui gêne visiblement une majorité de français ! Une majorité ? Oui, une majorité de la population qui se fait vieillissante et qui en approche de la mort et en peur de perdre ce confort parfois si durement acquis, préfère taire ce vif vent qui était le leur plus jeune...

Bien à toi et au plaisir de te lyre

Écrit par : Oanor | samedi, 02 juin 2007

Ce pays déraille de plus en plus...

Écrit par : stephane | samedi, 02 juin 2007

J'ai mis un lien vers votre blogue. N'hésitez pas à faire de même.

Amicalement.

Écrit par : stephane | samedi, 02 juin 2007

J'avais envie de dire comme Oanor : "Il n'y a rien d'étonnant"...
Ce ne sont là que les entremets du menu annoncé, ou du moins prévisible ; un programme répressif et régressif... qui a d'ailleurs déjà commencé depuis quelque temps puisqu'on a repris à peu près les mêmes pour continuer. A la seule différence qu'on a changé le pilote de l'avion, et qu'alors on peut se demander comment va se passer l'atterrissage...

Écrit par : nico | samedi, 02 juin 2007

Pour Nico et Oanor :
Rien d'étonnant, certes, mais je ne peux m'empêcher de penser que c'est quand l'être humain ne s'étonne plus de rien que l'on court aux plus grandes catastrophes...Aussi je continuerai toujours à m'étonner et à crier mon étonnement afin de me sentir digne d'être un être humain. Ne devenons pas des êtres blasés qui ne s'étonnent plus de rien mais soyons plutôt comme le personnage du film :"Très bien, merci", soyons des résistants de la vie quotidienne, soyons des "Rosa Parks" (?, je ne suis pas sûre du nom), sachons dire non à chaque fois qu'il le faut.

Écrit par : Enriqueta | samedi, 02 juin 2007

Je ne peux qu'être d'accord, d'autant que le livre que j'ai cité dans ma note, "Souffrance en France" de Christophe Dejours, traite justement de la banalisation du mal, et donc d'un de ses principaux corollaires, soit l'atténuation de l'esprit de contestation.
Or pour ne pas se laisser submerger par cette sorte de docile apathie, d'attitude résignée (souvent générée par une vision des choses plutôt fataliste), il est bon en effet de s'étonner et donc de réagir en conséquence...
Comme me disait à peu près un ami SDF : on ne perd jamais tout parce qu'il nous reste toujours la possibilité de l'indignation.

Écrit par : nico | samedi, 02 juin 2007

Oui Nico:" on ne perd jamais tout" tant que reste en nous cette part divine: l'Amour.

Merci belle Ame Enriqueta d'être là pour rappeler cette divinité en nous par ce" Non"!

J'ai eu des problèmes de net ensuite avec Typed...!

Tendres pensées.

Écrit par : Sou | samedi, 02 juin 2007

C'est vrai on assassine la démocratie et l'on viole la constitution.Mais fallait-il s'attendre à autre chose? je ne suis pas surprise et j'ai peur de ce qu'il est capable de faire.

Mettre des adolescents certes récidivistes en prison n'est certainement pas le meilleur service à leur rendre quand on sait que la prison chez les jeunes, c'est souvent les détruire pour le restant de leurs jours, et ne les remet pas dans le droit chemin, car en prison ils apprennent à être un peu plus violents, sont pris en charge par des plus vieux qu'eux qui les orientent vers un peu plus de délinquances pour la sortie, et ils subissent parfois aussi des sévices perpétrés par d'autres prisonniers.

Bien sûr qu'un délinquant doit être puni ,mais je ne pense pas que c'est en l'incarcérant que l'on arrivera à le sortir de là.Déjà il faudrait apporter une solution au pourquoi on devient délinquant.Quand on aura résolu le pourquoi le problème sera en partie résolu.Bon dimanche

laurence

Écrit par : laurence | samedi, 02 juin 2007

Les commentaires sont fermés.