Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 15 juin 2007

Quand mes rêves chancellent

Alors, ma muse me porte

Quand mes rêves chancellent

Quand mon corps épuisé

Va s'échouer sur ses ailes

Lorsqu'en douleur extrême

Sombre mon univers

Lorsque le doute suprême

Installe ses hivers

Lasse d'imaginer

Ce pays de tendresse

Et mon coeur érodé

En douce balancelle

Rythme si régulier

De l'attente éternelle

En douceur elle me porte

En éployant ses ailes

Pour me dissimuler

Mes nocturnes errances

Mon âme vieillissante

Redevient jouvencelle

Et mon esprit léger

Que le vent ensorcelle

Comme un enfant me berce

Et l'espoir renouvèle

Car ma muse me porte

Quand mes rêves chancellent

Commentaires

parce qu'on est guidé...Merci pour tes mots Enriqueta...

Écrit par : La petite cerise | vendredi, 15 juin 2007

Qu'elle te porte aussi longtemps que possible, telle une bonne étoile au dessus de la tête, & te permette la réalisation de tes rêves de bonheur.
@BientÔt chère Enriqueta

Écrit par : cassandrali | vendredi, 15 juin 2007

Ca pourrait faire un joli sondage, ça, "que fait on quand nos rêves chancellent ?"
Moi, quand mes rêves chancellent, j'allume une bougie et cherche d'autres étoiles... :-)

Écrit par : captaine lili | vendredi, 15 juin 2007

des pas si légers c'est si limpide parfois, oui si léger et rempli de tendresse.

Écrit par : mandoue | vendredi, 15 juin 2007

Au chant s'aile un vol quand du vertige se palpe le vide qui nous donné.
C'est de ce vol que naît l'intégrité.

Bien à toi

Écrit par : Oanor | vendredi, 15 juin 2007

"Mon âme vieillissante
Redevient jouvencelle"
J'aime beaucoup cette bascule vers l'inspiration de l'enfance.
Bises.

Écrit par : rémy | vendredi, 15 juin 2007

Superbe !
Tu as de la chance d'avoir une muse pareille ne la laisse pas s'échapper essaie de l'apprivoiser

Écrit par : sacados | vendredi, 15 juin 2007

Mais où donc trouves-tu la poésie de tes mots...
Moi qui en suis incapable, je suis tout simplement admirative...

Écrit par : euqinorev | samedi, 16 juin 2007

Les commentaires sont fermés.