Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 juin 2007

Vestale

 

 

Bien que je n’écrive pas ce que je vis, je vis ce que j’écris. J’éprouve tous les sentiments que je couche sur le clavier, au moment où je les écris et puis ils s’envolent et poursuivent leur propre route…Comme une reine des abeilles, je leur donne la vie et puis je les regarde partir…Il n’y a pas de roi chez les abeilles. Je suis la guetteuse, je veille sur vos sommeils, pour que vous fassiez de beaux rêves dans lesquels vous êtes heureux. Vos rires sont votre réalité. Ma réalité est d’engendrer vos rêves. C’est le dur labeur que l’on m’a donné. Je m’en acquitte avec conscience, tel est le destin de ma vie solitaire. Je suis Maat, je garde l’équilibre du monde pour vous éviter les chagrins. Je suis unique, ne cherchez pas mon pareil, dans nul univers il ne vit. Les dieux me condamnèrent ainsi, je  m’acquitte de mon humble tâche. Devant le destin pas de rébellion, je m’incline sans me battre. Ma destinée me porte vers les cîmes où nul humain jamais ne pourra me rejoindre. Je pose mes maux sur le clavier pour qu’ils fassent échos aux votres , ils se transforment en mots de la souffrance, ils se transforment en mots de l’espérance. Je suis votre guide, votre lumière, ayez confiance en mon halo, je vous montrerai le chemin pour vous éviter les naufrages, sur les cailloux jusqu’à ce que mes pieds saignent pour que les votres soient sans blessure. Et mon âme étendue au dessus de vous, en dai de tendresse protectrice. Si je souffre c’est pour vous protéger, si je pleure c’est pour que vous souriez, si je meurs c’est pour que vous viviez…

 

 

 

Commentaires

C'est magnifique et me met les larmes aux yeux. Bon certes, en ce moment j'ai les larmes faciles...

Écrit par : euqinorev | dimanche, 24 juin 2007

C'est fou, c'est de toi ?
Qu'attends tu pour faire un livre, Paulo Coehlo n'a plus qu'à aller se rhabiller à coté de toi

Écrit par : sacados | dimanche, 24 juin 2007

Les commentaires sont fermés.