Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 juin 2007

Pour Marino

(à qui j'ai emprunté, il y a longtemps, ce premier vers, j'en avais déjà fait un poème, en voici un deuxième et je lui envoi toutes mes ondes positives)

 

Le ciel est gris comme une enclume

Comme un coeur lourd de trop d'amour

Les éléments me parlent de toi

Tu es le vent qui me caresse

Et chaque goutte de pluie qui perle sur mon visage est un baiser de toi

La terre que je sens sous mes pieds

Me rappelle que je suis en vie

Bien enracinée dans mes rêves

Que je couche sur ce papier bleu

Qui s'envole en papillon espoir

Vers les rayons espiègles du soleil

Le souvenir de toi est dans mon coeur

Comme la caresse de l'amour

Tu me touches tant avec tes mots

Qui se mélangent ainsi aux miens

Et je ne sais plus où je suis et où tu es

Je veux découvrir ton mystère

Commentaires

Mais n'est ce pas le mystère qui invite à un tel charme ?

Bien à toi

Écrit par : oanor | mercredi, 27 juin 2007

Les commentaires sont fermés.