Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 10 juillet 2007

Imagination

Hommage à l'imagination qui nous sauve la vie, chaque jour.

Au départ une note de Nico :

http://nicola20san.blogs.psychologies.com/mon_weblog/2007...

puis son commentaire :

En fait cette citation est ici illustrée d'une certaine manière par l'épisode salvateur qu'expérimenta Styron tandis qu'il était bien enfoncé dans sa nuit, sursaut de vie qu'il retranscrivit comme suit:

"Cette mélodie, à laquelle comme à toute forme de musique - en fait, comme à toute forme de plaisir - j'étais dans ma torpeur resté insensible depuis des mois, me transperça le coeur comme une dague, et dans un flot de souvenirs rapides, je repensai à toutes les joies qu'avait connues la maison ; les enfants qui jadis gambadaient à travers les pièces, les fêtes, l'amour et le travail, le sommeil honnêtement gagné, les voix et le brouhaha plein d'allégresse, l'éternelle tribu des chats, des chiens et des oiseaux... Tout cela, soudain je m'en rendais compte, était trop pour que jamais je puisse y renoncer..." William Styron, "face aux ténèbres".

Puis mon imagination :

I  nventer, concevoir des

 

M ondes qui n’existent pas

 

A venir radieux à créer

 

G lorieuses pensées d’une âme qui se rappelle

 

I  dées qui illuminent ces

 

N uits esseulées et studieuses

 

A mour de la vie et des autres

 

T alent qui cherche à s’exprimer

 

I  llusion de l’esprit en voyage

 

O utrageusement optimiste et

 

N é d’un vent vif qui joint le présent au passé

 

 

 

08:00 Publié dans Acrostiche | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

merci de ton passage sur mon blog et du compliment que tu y as laissé. Je passe te lire régulièrement mais ne suis pas très prolixe c'est le moins que l'on puisse dire...
Voilà pour une fois je le suis un peu plus et je laisse trace de mon passage.

Écrit par : morganlafey | mardi, 10 juillet 2007

imagination: qui nous sauve parfois mais aussi peut nous engluer, quand elle se superpose à la réalité du quotidien et nous fait perdre pied. Alors à ce mot je préfère celui de création car c'est par elle que nous égayons ce fameux quotidien. La création n'est pas sans imagination, mais elle aide à nous ancrer à la terre tout en ayant la tête dans les étoiles et nous permet d'être ce que nous sommes des êtres incarnés qui se doivent de le rester ... artiste fou , fou chantant, j'aime ces termes car ils concrétisent leur imagination. bises

Écrit par : lomi lomi | mardi, 10 juillet 2007

Non, je pense vraiment à l'imagination qui peut sauver la vie. Il y a cet exemple cité par Nico et celui du prisonnier, de l'otage qui survit grâce à l'imagination qui lui permet de recréer mentalement le passé heureux, le souvenir des gens qu'il aime et de visualiser l'avenir, les retrouvailles, c'est ainsi que beaucoup ont trouvé la force de survivre à l'enfer. Il y a aussi l'imagination du paradis par les chrétiens que l'on faisait dévorer dans les arènes romaines et qui leur permettait d'affronter la mort dignement.

Écrit par : enriqueta pour lomi lomi | mardi, 10 juillet 2007

C'est beau.

Tendres pensées.

Écrit par : Sou | mardi, 10 juillet 2007

Oui tout à fait d'accord c'est pourquoi je parlais de celle qui nous sauve ( comme dans tes exemples ) et puis dans le quotidien l'imagination peut nous couper des autres, j'ai connu une personne qui vivait tant dans ces rêves qu'elle en est venue à vivre une forme de schyzo. A vrai dire je n'ai pas la même définition que toi du mot et là j'ai sûrement tort. Car pour moi l'imagination n'a que vocation artistique, ou sans intention de visualisation. Par exemple penser au moments heureux pour moi ne fait pas appel à l'imaginaire, visualiser l'avenir oui effectivement est une forme d'imagination.

Finalement je crois que suis très imprégnée des contes et légendes et par le monde artistique et paradoxalement j'essaie de coller au plus près à mon imaginaire complètement (et intimement ) débridé.

Écrit par : lomi lomi | mercredi, 11 juillet 2007

et bien, vais je te décevoir ou t'étonner, je suis un écrivain sans imagination. Ce qui explique que j'ai renoncé à écrire des romans(ce que j'arrivais avant) mais j'en ai marre de me torturer pour rien.
Par contre j'ai un "imaginaire" très créatif ce qui me permet d'inventer des attachements singuliers à partir de mots communs.
Mais aussi, paradoxe, je n'ai pas de goût pour la musique, mais c'est elle qui berce mes mots dans la prose ou dans la poésie.
voila quelques petits éléments de discussion.

Écrit par : isab | mercredi, 11 juillet 2007

C'est vrai qu'il y a deux imaginations très distinctes, la créatrice et la destructrice, celle qui peut sauver et celle qui au contraire peut torturer, comme par exemple le jaloux phobique qui finit par croire dur comme fer au scénario qu'il s'était d'abord contenté d'imaginer.
Mais je préfère en rester à notre petite musique génératrice d'images de bonheur... ;)

Écrit par : nico | mercredi, 11 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.