Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 juillet 2007

Moi, Nicolas Boytier, notaire royal au châtelet de Paris (1)

Certaines de mes anciennes lectrices (n’est-ce pas Irène ?) se souviendront que l’été dernier, je publiais sur mon ancien blog une nouvelle historique « Moi, Nicolas Boytier, notaire royal au Châtelet de Paris ». J’ai décidé de republier cette nouvelle en version enrichie (quelques changements, quelques ajouts dans le texte et des illustrations différentes), au rythme de un épisode par semaine. Ce n’est pas encore la version définitive qui sera une version papier.

 

 

« Ce livre est né de l’archive (…). L’archive comme bribe, morceau de phrase, fragments de vies recueillies dans ce vaste sanctuaire de paroles mortes et pourtant prononcées que sont les archives judiciaires » Arlette Farge.

 

e29c4b5af23a6838c61fa12b4c92aa1e.jpg
28a0957ea17186f333646062741a4865.jpg
 

 

Moi, Nicolas Boytier, notaire royal au Châtelet de Paris, greffier et tabellion de la justice et prévôté de Montreuil sur le bois entreprend aujourd’hui de vous conter mon histoire. J’ai trente ans, je suis né un dimanche 30 Août 1745 jour de la Saint Fiacre et je vis et travaille avec mon père Pierre Nicolas Boytier qui est également procureur et est à ce titre chargé de maintenir l’ordre et les bonnes mœurs dans la paroisse. Nous nous partageons le travail, mon père affectionne particulièrement les inventaires après décès quant à moi je préfère les désistements de plainte. Je l’aide cependant de plus en plus pour les autres actes notamment les inventaires après décès, afin de soulager le travail de mon père et de les expédier plus rapidement car certains peuvent durer plusieurs jours. Mon père a toujours été soucieux du sort des orphelins et des veuves ou veufs éplorés mais il l’est encore davantage depuis le décès de ma mère. Bien qu’il accuse de plus en plus le poids des ans, il garde une belle allure, son front, haut et dégarni, frappe dés l’abord, ses cheveux grisonnants sont toujours soigneusement coiffés, ses yeux sont gris fer et pétillants d’ironie. De sa silhouette émane une autorité tranquille et une dignité évidente. Je l’ai toujours vu vêtu d’un costume sombre mais rarement de la robe noire que porte le notaire parisien. J’ai hérité de la haute stature de mon père et des cheveux noirs de geai qu’il possédait autrefois mais mes yeux sont bruns, ce sont ceux de ma mère. Je la revoie encore brodant dans son fauteuil favori au coin du feu, un doux sourire sur les lèvres et les yeux pétillants de joie en m’écoutant lui raconter mes aventures de petit garçon.

Montreuil se situe à une lieue et demie de Paris par la barrière de Charonne. Il est surnommé « sur le bois » à cause du bois de Vincennes, près duquel est situé ce village. Il n’y a que deux chemins pour se rendre de Montreuil à Paris, l’un part du centre du village où se trouve l’église et aboutit au faubourg Saint Antoine par la rue de Montreuil, on le nomme vieux chemin de Paris. Le deuxième part de la croix de Chavaux pour passer par Vincennes et par le petit Charonne avant d’arriver à la place du Trône et au faubourg Saint Antoine par la rue du même nom. On y dénombre six cents trente sept  feux, ce qui doit représenter environ trois mille habitants.

 

 

4265c66a65bb8c4d75c545ff34d7be04.jpg

 

 

Commentaires

je vais me régaler, j'adore Nicolas.
Au fait, j'avais lu la participation à mon jeu sur psycho mais je n'avais pas vu que tu l'avais repris...
Bises

Écrit par : irene | samedi, 21 juillet 2007

Bonjour Enriqueta,
Je découvre cette nouvelle avec plaisir, en particulier parce que celle ci se passe au 18 ième siècle.
C'est avec un très grand intéret donc que je vais me faire témoin de la vie de Nicolas.
Bien à toi
Stéphanie

Écrit par : stéphanie | samedi, 21 juillet 2007

Merci pour ce feuilleton, Nicolas étant un de mes contemporains, je vais me nourrir de ses aventures pour les colporter par les monts et les vaux.

Bien à vous,

Colporteur

Écrit par : Colporteur | dimanche, 22 juillet 2007

Ah oui, j'aimais beaucoup les aventures de Nicolas Boytier !

Écrit par : euqinorev | dimanche, 22 juillet 2007

Je suis bien branché 19ème (voir sur mon blog ce qui concerne le Calepin jaune), alors le 18ème m'emballera tout autant.

Écrit par : Patick S. VAST | lundi, 23 juillet 2007

Bonsoir Enriqueta,

Je suis intéressé par cette nouvelle. Je vais te suivre dans cette histoire passionnante.

Écrit par : elisabeth | lundi, 23 juillet 2007

Je n'avais jamais pris le temps de lire cette nouvelle - je sais c'est pas bien d'autant que je l'avais imprimée !!! Cette fois-ci, je ne referai pas le même erreur.
Très bonne idée de la republiée chère Enriqueta.
@Bientôt

Écrit par : cassandrali | mardi, 31 juillet 2007

Les commentaires sont fermés.