Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 août 2007

Cuando te vas

Cierro la puerta

Y  la falta empieza

Tu calor me falta

Tu deseo en mi

Como ave de raviña

Tus manos me faltan

Tierno conquistador

Que llama mi deseo

Tu boca me falta

Caliente amante

Que enciende mis sentidos

Tus dulces palabras me faltan

Soplados a mi oreja

Pequeños granos de falta

Que crecen de dia en dia...

 

07:05 Publié dans Poema | Lien permanent | Commentaires (10)

Commentaires

J’ai tout compris, poses une question et tu verras :))

Écrit par : khanouff | mardi, 14 août 2007

Pour Khanouff
Question : ce poème parle d'une femme qui attend de partir en vacances, d'un oiseau de proie qui part à la chasse où d'une femme qui attend le retour de son amant? :-))

Écrit par : enriqueta | mardi, 14 août 2007

Je donne ma langue au chat :)))))

Écrit par : khanouff | mardi, 14 août 2007

C'est du Castillan ou du Catalan ?

Ca donne ça passé dans la moulinette Espagnol -> anglais -> français:

"Je ferme la porte

Et le manque commence

Votre chaleur que j'ai besoin

Votre désir dans le mon

Comme l'oiseau du raviña

Vos mains que j'ai besoin

Conquérant d'offre

Qu'il appelle mon désir

Votre bouche que j'ai besoin

Elle réchauffe aimer

Qu'elle met à feu mes sens

Vos mots doux que j'ai besoin

Soufflé à mon oreille

Petits grains de manque

Qu'ils se développent par jour en jour…"


C'est tout de suite moins beau ;-)))

Fabados

Écrit par : sacados | mercredi, 15 août 2007

Bonjour Enriqueta,
Je ne suis pas hispanophone..mais j'aime assez la mélodie de ces mots murmurés.
Quant à la traduction...euh, elle permet de se faire une idée ;-)
bonne journée
stéphanie

Écrit par : stéphanie | mercredi, 15 août 2007

Pour Fabados,

Quelle traduction! J'ai bien rigolé!

Écrit par : enriqueta | mercredi, 15 août 2007

Ave de raviña veut dire oiseau de proie.

Écrit par : enriqueta | mercredi, 15 août 2007

Version française (j'ai pitié de Sacados)/ qui n'est pas une traduction "à la virgule" :
Je referme la porte
Et c'est le début du manque
Manque de ta chaleur
De ton désir posé sur moi
Comme un oiseau de proie
Manque de tes mains
Tendre conquérant
Qui attise mon désir
Manque de ta bouche
Fougueux amant
Qui enflamme mes sens
Manque de tes mots doux
Soufflés à mon oreille
Petits grains de manque
Qui grandissent de jour en jour...

Écrit par : enriqueta | mercredi, 15 août 2007

Merci pour la traduction (la vraie), je n'aurais jamais pu apprécier.. !

Écrit par : rony | mercredi, 15 août 2007

je crois que le meilleur traduction c'est tes mains me manquent plus tôt dont j'ai besoin
qui se traduirait par necesito...
me ha gustado mucho tu poema que placer poder leer mi idioma
besos
tilk

Écrit par : tilk | mardi, 02 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.