Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 septembre 2007

Petite soeur d'écriture

Petite sœur d’écriture

 

Le vent se lève avec l’aube

 

Et l’encre brûle nos derniers mots

 

Quand la douleur les aura consumé

 

Il restera dans l’encrier

 

La cendre de tous nos espoirs

 

Et de nos rêves avortés

 

Petite sœur d’écriture

 

Le jour qui vient chasser la nuit

 

Dessine sous nos yeux de pluie

 

Les ombres du temps retrouvé

 

Là où nos souffles ont effacé

 

La trace du sillon de nos larmes

 

Qui restent nos uniques armes

 

Petite sœur d’écriture

 

La brume qui se dissipe au loin

 

Vient libérer notre horizon

 

De nos maux et de nos chagrins

 

De les avoir ainsi offert

 

En cet échange d’amitié

 

Ils nous semblent bien plus légers

 

Petite sœur d’écriture

 

Le soleil vient illuminer

 

Nos iris aux prunelles sombres

 

Et nos paupières non fardées

 

Des mensonges de nos habitudes

 

Nous laissent libres de partager

 

Ce  doux silence à l’unisson.

 

Inspiration venue du blog de Franck.

Commentaires

J'ai adoré.
Bises

Écrit par : morganlafey | dimanche, 09 septembre 2007

Un goût doux amer, ou je me trompe?
:)

Écrit par : khanouff | lundi, 10 septembre 2007

partageons... :-)

Écrit par : captaine lili | lundi, 10 septembre 2007

AVant, je ne voyais pas l'écriture comme ça mais maintenant...

Écrit par : laura | lundi, 10 septembre 2007

Partager ce que l'on ressent allège bien souvent notre coeur... Bises. Vie secrete

Écrit par : viesecrete | lundi, 10 septembre 2007

C'est vraiment très joli, j'adore...
Bon après midi.

Écrit par : elisabeth | lundi, 10 septembre 2007

Bonsoir Enriqueta,
Comme Khanouff, je ressens des sentiments contradictoires à la lecture de ce poème.
"doux - amer" je ne saurais dire mieux.

Bonne soirée

Stéphanie ( copieuse ce soir)

Écrit par : stéphanie | lundi, 10 septembre 2007

Oui, doux-amer, j'adopte! Merci Khanouff.

Écrit par : enriqueta | lundi, 10 septembre 2007

et la paume s'est tournée vers l'intérieur acceuillant enfin la douce quiétude, merci de ce souffle là il tend les mystères de l'envie si délicate d'un pétale de fleur de voltiger jusqu'à ton coeur

Écrit par : mandoue | samedi, 15 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.