Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 04 octobre 2007

Les fleurs du parc Henri Barbusse

7f7ff0022bb5b2ead167b2cad555b8b2.jpg

Tableau d'Astrig

Les fleurs du parc Henri Barbusse

 

Viennent me rappeler que naguère

 

Nous effleurions la marguerite

 

Toi et moi sur ce banc de pierre

 

Au printemps des amours qui passent…

 

C’est dans la seule compagnie de l’automne

 

Que je m’y promène aujourd’hui

 

Pour assister au lent ballet

 

Des feuilles et des pétales mortes

 

Qui, dans une douce lumière, virevoltent

 

D’un couchant de soleil rougeoyant

 

Mon cœur s’endors pour tout un hiver

 

A la craie blanche et noire il dessine

 

Les souvenirs de nos baisers

 

Jusqu’à ce que, le printemps prochain

 

Ravive les couleurs du passé.

 

Commentaires

langueur d'un passé éconduit, quelques gouttes de notes fleuries dans le décor des dédales de l'âme

Écrit par : mandoue | jeudi, 04 octobre 2007

C'est amusant..je pense à la chanson de Prévert...
Un poème d'une douce nostalgie..c'est très agréable...
Il n'y a plus qu'à visiter d'autres parcs ;-)
Bonne journée
Stéphanie

Écrit par : Stéphanie | jeudi, 04 octobre 2007

Je crois bien qu'il faut qu'on secoue notre ami Sacados !!! Je compte sur toi : à deux il va sortir de son isolement !!! Bonne soirée. vie secrete

Écrit par : viesecrete | jeudi, 04 octobre 2007

Dans la ville voisine où je travaillais, il y avait un square Henri Barbusse où j'allais passer mon heure de repos, à midi, en été. J'y ai rencontré une douce colombe aujourd'hui enfuie...
Le square n'existe plus, il a été remplacé par un immeuble hideux qui n'a pas réussi à enterrer le souvenir.

Écrit par : rony | jeudi, 04 octobre 2007

Le nom du poème est celui du tableau d'Astrig, je ne sais pas à quel parc elle fait référence. Moi j'ai pensé au parc de ma ville, le parc Georges Brassens.

Écrit par : enriqueta pour Rony | jeudi, 04 octobre 2007

La marguerite est nommée, est-ce significatif d'une certaine nostalgie, si l'on en juge ce merveilleux poème, je réponds moi même à la quetion: c'est oui .
Bonne soirée

Écrit par : lilounette | jeudi, 04 octobre 2007

Bon, ça n'a rien à voir, mais j'aime bien la nouvelle photo de ton blog.
Euh c'est quoi cette cabale contre moi ?

Écrit par : sacados | jeudi, 04 octobre 2007

J'ai beaucoup aimé et comme bien souvent je ne suis pas forcément douée ni prolixe pour le dire.
Bises

Écrit par : morganlafey | vendredi, 05 octobre 2007

Nostalgie......

Écrit par : teberli | vendredi, 05 octobre 2007

Moi aussi j'ai beaucoup aimé ce poème mais je ne suis pas douée pour les commenter, alors je m'abstiens dans la plupart des cas...
J'avais une petite pensée pour toi aujourd'hui, espérant que tout allait bien malgré cette nostalgie, peut-être un peu de regret aussi que je ressent au travers de ton poème ; un espoir cependant lors du retour du printemps...
@BientÔt Enriqueta

Écrit par : cassandrali | vendredi, 05 octobre 2007

Beaucoup de grands poètes ont associé mélancolie et automne et tu t'inscris avec talent dans cette tradition.

Écrit par : Laura | vendredi, 05 octobre 2007

Tons d'automne, et oui vous y courez belles dames, vers les ors du temps avant que les blancs manteaux ne recouvrent tout. Le soir au coin des âtres les souvenirs d'été se cultiveront. bises.

Écrit par : lomi lomi | vendredi, 05 octobre 2007

je suis allée sur le site d'aAtrig , des couleurs éclatantes et de belles associations.

Écrit par : lomi lomi | vendredi, 05 octobre 2007

Merci pour vos commentaires, je suis très touchée.

Écrit par : enriqueta | vendredi, 05 octobre 2007

J'aime beaucoup. la beauté des mots et la simplicité qui vient du coeur. Amitiés.

Écrit par : ariaga | samedi, 06 octobre 2007

Spectacle fantastique de cette mare, et de tous ces sons, moment priviligié que peut, offrir la nature quand on sait ecouter et prendre le temps d'observer.
Magie des couleurs, magie des instants,magie des regards, magie des mains, et terrible tristesse de ne pas devoir partager ces moments, juste parce qu'on pense,... a qui,... a quoi, ...a rien, ...parce qu'on veut faire le vide oublier, désesperement les moments qu'on n'oubliera jamais de toute façon.Reproduire ces moments, si simple, mais seule ou seul c'est parfois un chemin de croix,parce qu'on pense...on pense...a tous ces petits moments insignifiants qu'on appele, juste le bonheur.........

Écrit par : Grenouille | mercredi, 10 octobre 2007

Juste
des mots pour toi
des mots à toi
des mots à moi

Écrit par : Grenouille | mercredi, 10 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.