Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 octobre 2007

Eté à Londres

b18f1c9c6af366e43b53bd7e88ad8dba.jpg
Amour, te souviens-tu

 

De cet été que nous avions passé à Londres?

 

En volutes bleutées enlacées jusqu'à l'aube

 

En mauves demoiselles dansant dans l'air du soir

 

Nos baisers fleurissaient

 

Au bord de la Tamise

 

Et Big Ben entraînait le rythme de nos coeurs

 

Des allées de Hyde Park au coeur de la City

 

Deux touristes perdus au dédale de l'amour

 

Pas de quoi faire les titres des journaux britanniques

 

Ni attirer les foules des cortèges royaux

 

Même quand notre soleil se vit voiler de doutes

 

Que l'ardeur nous quitta masquée par les nuages

 

D'un triste quotidien en grisailles urbaines

 

Nos âmes furent les seules à pleurer en secret

 

Nous avons cru en vain qu'eros est immortel

 

Et que nous pouvions faire mentir ce séculaire adage

 

Qui dit que les amours se terminent en larmes

 

Et que le bleu se change évidement en noir.

 

Commentaires

Il est sombre mais vraiment très beau.

Écrit par : captaine lili | mardi, 09 octobre 2007

Nostalgie? ils sont beaux tous ces mots

Écrit par : laurence | mardi, 09 octobre 2007

C'est bien sombre à Londres, mais c'est beau !

Écrit par : rony | mardi, 09 octobre 2007

Bonjour Enriqueta,
ce texte est très musical..le rythme des mots l'est en tous les cas...
Et c'est cette petite musique qui m'est passée par la tête:
http://fr.youtube.com/watch?v=PhtjwP6mNhQ

Essaie, tes mots lui vont bien...

Bises
Stéphanie

Écrit par : Stéphanie | mardi, 09 octobre 2007

« Vaut mieux que l’amour ne se souvienne
Ne reste cloîtré derrière ces persiennes
Figée à rabâcher ces tyroliennes »
Et si construisions un poème à partir de ces verres, en changeant la rime ou la reprendre jusqu’a la fin ?
Bonne après midi

Écrit par : khanouff | mardi, 09 octobre 2007

......;;

Écrit par : Grenouille | mercredi, 10 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.