Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 octobre 2007

La femme dans le RER (6)

Elle avait toujours été une grande rêveuse et son imagination était très fertile. Elle avait cru autrefois que cette imagination était peut-être révélatrice d’un talent de conteuse ou de romancière. Elle avait écrit de nombreuses nouvelles, quelques contes et un roman et puis elle avait essayé de trouver un éditeur intéressé par ses écrits. Ce rêve l’avait dévoré pendant dix ans avant qu’elle n’admette qu’une imagination fertile n’est pas un signe de talent. Elle n’avait pas de talent pour écrire, elle savait juste écrire correctement, en respectant l’orthographe et la grammaire mais sans flamme et sans originalité.

Parfois, elle pensait qu’elle n’était pas faite pour la vie de couple. En couple elle se lassait vite et s’ennuyait rapidement. C’était bien au début, pendant la période « nuages », quand on est très amoureux et qu’on ne voit pas les obstacles. Mais arrivait toujours le moment où elle ne riait plus à ses blagues, où elle ne supportait plus ses petites habitudes et où elle ne voyait que ses pantalons trop courts. Alors elle s’en allait ou elle se rendait odieuse pour qu’il s’en aille, c’est pareil. Elle se sentait à la fois victime et bourreau. Toujours double. Elle avait toujours cette impression d’être deux, non pas alternativement, mais en même temps. Le malheur au cœur du bonheur et le bonheur au cœur du malheur. La femme qui espère et celle qui désespère à la fois. Rire et pleurer, vouloir et ne pas vouloir, aimer et haïr.

Commentaires

Toutes les ambiguités d'une relation... Difficile à gérer quand le temps nous lasse & que l'on espère en avoir encore plus... Mais en cherchant en avoir plus on finit pas ne plus voir ce que l'on a, qui n'est peut-être pas si mal que cela...

Écrit par : cassandrali | mardi, 30 octobre 2007

Pov malheureuse...elle bien écrite ta petite histoire...

Écrit par : le Pierrot | mardi, 30 octobre 2007

Quel talent et quel plaisir de lire tes histoires.Merci.

Écrit par : cristina | mercredi, 31 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.