Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 octobre 2007

La femme dans le RER (7)

Elle était de plus en plus persuadée que quelque soit nos actions, nos décisions c’est le destin qui décide. Elle continuait à agir mais le cœur n’y était plus, cela devenait un réflexe. Elle pouvait se démener, mettre toute son énergie, toute sa foi, cela ne lui servait à rien puisque le destin ne voulait pas lui accorder ce dont elle rêvait. « Il n’y a rien que tu ne fasses que le destin ne te laisse accomplir », lui disait une voix intérieure. Elle se soumettait à son destin de solitude. Solitude à peine entrecoupée par le passage ponctuel des hommes qui partageaient son lit mais rarement son cœur. Parfois elle se les remémorait, elle se racontait à nouveau chacune de ses histoires, sous un éclairage positif ou négatif selon le moment mais ce qui l’angoissait de plus en plus c’est de constater qu’ils étaient si nombreux qu’elle commençait à ne plus se souvenir de leurs prénoms et à confondre les souvenirs liés aux uns et aux autres. Elle ne comprenait pas comment cela était possible, c’était si loin tout ça de ses rêves de jeune femme. D’une histoire à une autre et parce qu’elle croyait à l’amour elle avait multiplié les aventures mais la vie elle-même n’en est-elle pas une ?

 

 

Commentaires

Elle se prendrait pas un peu trop la tête cette nana ?
dis lui de faire un tour sur mon blog, ça va la détendre...
sinon, t'écris bien les nouvelles, enrik...

Écrit par : le Pierrot | mercredi, 31 octobre 2007

Ou vas-tu chercher ton imagination?!!!
J'adore!Bisous.

Écrit par : cristina | mercredi, 31 octobre 2007

La vie est une aventure, mais les aventuriers ne font pas la vie, ils n'afffirment que la leur pour eux mêmes...
Tu écris bien, enriqueta

Écrit par : rony | mercredi, 31 octobre 2007

Les commentaires sont fermés.