Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 novembre 2007

La femme dans le RER (8)

Beaucoup de personnes pensaient qu’elle était seule parce qu’elle était « difficile », c’était une façon, pour les femmes de son entourage qui vivaient en couple, d’évacuer le problème et de conserver le monde logique qu’elles s’étaient créé. Pour ses femmes, les femmes en couple étaient des femmes méritantes qui faisaient des efforts pour s’adapter à leur conjoint et les femmes seules méritaient leur solitude et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Elle savait bien, elle, qu’elle n’était pas difficile et n’essayait même plus de se justifier quand on lui rétorquait cet argument « imparable ». Quelle importance ? Qui se souciait de savoir que ces mots la faisaient souffrir ? La culpabilisaient ? Elle voyait bien que le destin venait chercher des femmes et des hommes pour les sortir de leur isolement  et que le destin refusait de faire cela pour elle. A qui devait-elle le reprocher ? A personne…c’était…c’est tout.

Le RER arriva à la station où elle devait descendre mais quand elle voulu se lever elle s’aperçu que son corps lui désobéissait. Elle resta donc assise, à la fois inquiète et soulagée. Tant pis pour ce rendez-vous. Elle se dit alors que c’était probablement son destin de rester dans ce RER. Peut-être que, pour que ses rêves se réalisent il fallait qu’elle se laisse ainsi porter, sans rien faire, ne plus prendre aucune initiative et attendre. Il fallait bien que toutes ses souffrances servent à quelque chose, non ? Tout cela ne pouvait être gratuit et cette attente qui la dévorait ne pouvait pas être éternelle.

Commentaires

Mince ! paralysée par l'angoisse, la pôv...
biz Enrik...

Écrit par : le Pierrot | jeudi, 01 novembre 2007

mmm... la culpabilité des incapables de trouver un amoureux... mmm...

Écrit par : captaine lili | jeudi, 01 novembre 2007

"Pour ses femmes, les femmes en couple étaient des femmes méritantes qui faisaient des efforts pour s’adapter à leur conjoint et les femmes seules méritaient leur solitude "
fantastique ! Je subis cette attitude et je n'ai jamais su ou jamais osé l'écrire ! yesss crénom de nom, ils croient p'ete qu'on s'amuse toute seule dans notre grand lit ?

Écrit par : vagabond | jeudi, 01 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.