Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 novembre 2007

Moi, Nicolas Boytier (23)

788e34590ece8b672079b48ab954804f.jpg

 

Jean Baptiste Sausin, vigneron à Montreuil est venu me trouver ce dimanche 16 Juin pour me conter une bien étrange histoire qui lui est arrivé le Vendredi  précédent sur les cinq heures du soir. Il serait venu chez lui une fille lui demander gîte pour la nuit disant être la fille du père Cointre, vigneron à Noisy le sec, et le samedi matin cette dite fille demanda au comparant de lui donner quelque chose pour déjeuner, n’ayant rien, il lui donna une assiette d’étain pour aller à la boucherie de ce lieu chercher des côtelettes de mouton mais voyant que cette jeune fille ne revenait pas, fut dans son étable voir si le drap qu’il lui avait donné pour se coucher sur la paille y était et fut des plus surpris de ne point voir son drap. Il alla à Noisy le Sec pour s’informer de cette fille, trouva le père Cointre, sa femme et sa fille qu’il ne reconnu pas pour être celle qui était venu coucher chez lui. Je connais le père Cointre, c’est un homme âgé et voûté avec un visage buriné et tanné, une couronne de cheveux blancs clairsemés encadre un crâne tavelé de tâches brunes. Le père Cointre effrayé de cette nouvelle s’en fut à Paris trouver leur fille aînée et l’emmena au comparant qui ne la reconnu pas non plus pour être celle qu’il avait logé. En effet sa voleuse était une jeune femme grande et blonde alors que les deux filles Cointre sont menues et brunes, et comme ce vol a été répandu dans le public, ce qui est dans le cas de ternir l’honneur et la réputation des dites filles Cointre, le dit Sausin voyant qu’il a été induit en erreur fût conseillé de reconnaître les dites filles Cointre comme n’étant ni l’une ni l’autre celle qu’il a logé chez lui et qui lui a volé son drap et son plat. Ce jean Baptiste est un brave homme, il est encore jeune, il a une courte chevelure brune, sa bouche aux lèvres minces se serre très fort quand elle se crispe et je suis désolé que le sort ne récompense pas la confiance et la charité dont il fit preuve en ouvrant tout grand sa porte à une inconnue qui lui demandait aide et protection. L’escroquerie de cette jeune fille est grave car la voleuse a trompé la confiance que chacun doit pouvoir mettre en ses semblables et je crains fort qu’on ne retrouve jamais cette fille, à moins qu’elle ne recommence ailleurs le même forfait.

Commentaires

Raconte encore ces belles histoires avec des images comme celle qui l'illustre, je me laisse emporter, j'aime beaucoup ce type de récits
Bonne journée

Écrit par : lilounette | vendredi, 23 novembre 2007

L'illustration vaut son pesant d'or.

Quel pôvre damoiselle... ;=)

Écrit par : Misterwind | vendredi, 23 novembre 2007

confiance, ou pas?
histoire de circonstances et de discernement... et encore !
le pire pour moi, serait de n’être utile à personne.
Bernadette

Écrit par : senioretjournal | samedi, 24 novembre 2007

Les commentaires sont fermés.