Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 12 décembre 2007

Mon coeur a emporté par mégarde

Ce poème d'Elisabeth qui commence ainsi :

"En ces jours de décembre trop courts

Les pensées aux pétales de velours

Sont dressées vers le soleil pali

Par la couverture de nuages affaiblis"

...

dans la suite du poème il est question d'un chat...vous croyez qu'il s'agit du Nono?

b099fbffeaff31112b7ee06e2d1b2cce.jpg

 

"Qui parle de moi n'a pas tort, qui parle de moi n'a pas raison"

Noël , chat philosophe.

http://depoesiesenpoesies.hautetfort.com/archive/2007/12/...

Commentaires

Elisabeth mérite bien que tu cites ces vers mais je ne sais pas comment tu as fait pour choisir parmi tout ce qu'elle écrit... de génial

Écrit par : Laura | mercredi, 12 décembre 2007

Qui parle des chats est sur le bon chemin... Et Nono a-t-il un cadeau pour Noël? bisous et bonnes fêtes.

Écrit par : lomi lomi | mercredi, 12 décembre 2007

Beaucoup de talent là aussi

Écrit par : lilounette | mercredi, 12 décembre 2007

Oh ! mais je viens d'arriver ici à cette heure .... Je n'avais pas vu que l'on parlait de moi ?
Je te remercie beaucoup. Peut être que c'est bien Nono que j'ai vu dans l'herbe...
Merci beaucoup Laura également mais comment choisir ? Merci Lilounette. Toi aussi tu as du talent, je suis passée brièvement. Sans laisser de commentaire mais je reviendrai lire le reste.

Écrit par : elisabeth | mercredi, 12 décembre 2007

Ton chat me plait trop. J'emporte !

Écrit par : le Pierrot | jeudi, 13 décembre 2007

Comme je l'ai écris sur le blog d'Elisabeth, difficile effectivement de choisir un poème plutôt qu'un autre car le talent est toujours au rendez-vous, mais il y a des poèmes qui me parlent plus à un moment qu'à un autre. Un autre poème me plaîra davantage dans un mois peut-être...c'est tout l'aspect vivant de la poésie.

Écrit par : enriqueta | jeudi, 13 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.