Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 décembre 2007

Lavieille dame (7)

Le lendemain matin elle essaya de communiquer avec lui et découvrit avec étonnement que son sauveur n’était pas un Touareg mais un Européen. Bertrand avait quitté sa Belgique natale et était venu ici découvrir la terre de ses lointains ancêtres car il avait un grand père Touareg qui lui avait légué ses yeux intensément sombres et une épaisse chevelure brune. Une propice tempête de sable qui dura sept jours et sept nuits les obligea à cohabiter dans cette tente où ils se racontèrent leurs vies, où ils firent plus ample connaissance avec des mots et des regards tout d’abord, puis avec leurs mains, leurs lèvres, leur peau et tout le reste. C’était inévitable, elle entrait en fusion dés qu’il l’embrassait, il frissonnait de plaisir dés qu’elle effleurait sa peau…

Louise n’avait pas cherché à résister à l’appel du regard sensuel de Bertrand, elle s’était soumise à son corps puissant et musclé, dévastée par une jouissance qui l’avait entraînée bien au-delà de tout ce qu’elle avait connu auparavant. Elle s’était mise à flotter dans un état de béatitude absolue…Avec Bertrand l’Amour durait de longues heures épanouies…La tempête s’acheva mais pas leur histoire, désormais Louise était à Bertrand, et Bertrand Louise, c’est le vent du désert qui les avait uni. Elle savait que pour lui elle allait quitter son mari Philippe, elle savait qu’elle suivrait Bertrand jusqu’au bout du monde, il savait que cette femme était à lui, Dieu savait qu’elle portait déjà dans son ventre le preuve de cet amour…

_ _ _ _ _ _ _

Les commentaires sont fermés.