Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 décembre 2007

La vieille dame (8)

_ _ _ _ _ _ _

C’était un grand jour pour Louise. Aujourd’hui elle emmenait son fils Vivien à l’école pour la première fois. Vivien avait six ans et il entrait au CP. Elle était très fière de son fils qui se montrait très courageux et ne pleurait pas, comme le faisaient d’autres enfants accrochés aux jupes de leur mère. Il lui dit au revoir de la main tandis qu’il s’éloignait pour rejoindre le rang mais elle vit bien qu’il poussait un gros soupir et qu’il retenait ses larmes. Elle aussi fit un effort pour retenir les larmes qui lui étaient venues.

Les années avaient passé très vite, elle le revoyait bébé dans sa couveuse, né à 8 mois, avec ces drôles de cheveux noirs épais comme coiffés en brosse. Il avait les cheveux noirs de Bertrand et les yeux verts de Louise. Il était né en avance car Louise s’était épuisée à suivre Bertrand dans toutes ses aventures, ils avaient sillonné toute l’Europe avant qu’elle n’obtienne enfin qu’ils se fixent à Bruxelles, et ce fut un miracle que Vivien y soit né, dans un hôpital et non pas dans un aéroport ou sur une route de campagne. Bertrand était un aventurier, il voulait toujours partir en voyage, jusqu’à présent Louise et Vivien l’avait suivi partout mais Louise était fatiguée de voyager. Elle avait décidé que Vivien grandirait à Bruxelles avec elle. Bertrand partirait tout seul dans ses prochaines aventures, quand il reviendrait Louise et Vivien seraient là à l’attendre. Mais l’attendraient-ils vraiment? Bertrand était déjà si peu présent dans la vie de son fils, il n’avait pas été programmé pour être un bon père.   C’était toujours un merveilleux amant pour Louise et un compagnon agréable mais il ne savait visiblement pas quoi faire de ce petit garçon, il jouait avec lui et l’excitait au moment du coucher, il le laissait manger tout ce qu’il voulait jusqu’à la nausée, ne « savait » pas lire les histoires et surtout, il oubliait de lui souhaiter son anniversaire… Bertrand était encore un enfant parfois. Louise l’adorait toujours, elle appréciait sa bonne humeur, son énergie, son enthousiasme, mais elle était lassée d’attendre qu’il devienne enfin un bon père. Pour elle, sa priorité c’était Vivien. Souvent, elle pensait à Philippe, qui aurait fait un si bon père. Si elle avait eu un enfant avec Philippe elle ne l’aurait peut-être pas quitté, mais Philippe ne pouvait pas avoir d’enfant. Elle pensait de plus en plus à Philippe, se souvenait de leur enfance et de leur vie commune. Ils s’écrivaient deux ou trois fois par an pour les vœux et les anniversaires. Philippe vivait depuis un an avec une  femme à Paris. Elle rentra chez elle en marchant lentement, elle essayait de ne plus penser à tout cela, de ne pas penser que Bertrand allait s’en aller dix mois en Sibérie, pour étudier la Taïga. Elle essayait de ne pas penser à son retour…

 

Commentaires

Ho, y a eu du rangement sur ce blog...
je te souhaite un bon Noel Enriqueta, j'espère que tu seras gâtée...gros bisou...
ps : dis à Bertrand de bien se couvrir, il fait froid dans la Taïga, je connais...

Écrit par : le Pierrot | lundi, 24 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.