Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 décembre 2007

La vieille dame (fin)

Philippe aussi s’était parfois laissé séduire à cause de sa trop grande générosité, comme ce jour où il avait consolé leur voisine Alexandra qui venait de se faire plaquer par son mari et qui était persuadée qu’elle n’était plus désirable. Ne sachant pas comment lui faire entendre raison, il avait joint le geste à la parole et Louise avait ri de bon cœur à cette incartade, soulagée que Philippe lui rende  la pareil d’une aussi généreuse façon. Mais maintenant il y avait Catherine entre eux et elle n’était pas sûre de ses sentiments à lui. Après leur séparation il lui avait dit qu’il l’attendrait toujours dans une lettre passionnée :

 

 «  Parlant de notre histoire, je veux simplement te dire qu’elle est belle, formidable, que notre amour est un amour pur et grand même si notre relation aujourd'hui est finie. Je te voue le plus grand respect et je te pardonne car je t’aime. Je suis très heureux d'avoir vécu cette histoire et je continuerai à avoir les plus nobles et grands des sentiments pour toi. Entre nous il y a un pacte, je te promets qu'il ne sera annulé qu'avec nos morts car les souvenirs et les vérités restent. Tu es l’amour de ma vie ». Les premiers temps il l’avait vraiment attendue et puis il y avait eu la naissance de Vivien et Philippe avait renoncé à Louise puis rencontré la douce Catherine.

 

Soudain, Philippe chanta « La rouille » de Maxime Le Forestier et Louise comprit alors que Philippe avait toujours des sentiments pour elle car c’était la chanson qu’il avait recopié dans la lettre qu’il lui avait donné après leur séparation, elle connaissait Philippe et savait qu’il ne faisait jamais rien au hasard et qu’il était très attaché aux symboles, il ne pouvait pas avoir oublié cette chanson et cette lettre. Elle se dit qu’elle devait à leur amour d’essayer de se réconcilier avec Philippe, malgré Catherine, leur amour méritait cela. Elle décida donc de lui donner rendez-vous dés le lendemain pour lui avouer ses sentiments, son cœur battait aussi fort que lors de leur premier vrai baiser d’amoureux…Le lendemain matin elle fût réveillée par la sonnerie du téléphone, c’était la voix de Catherine…Philippe venait de mourir dans la nuit, d’une crise cardiaque.

 

_ _ _ _ _ _ _ _

 

Louise venait de revivre les moments clefs de son existence, elle avait  pu à nouveau serrer dans ses bras tout ceux qu’elle aimait… Elle ne savait plus si elle était une vieillarde ou une jeune fille, une enfant ou une jeune femme…Avait-elle vraiment vécu tout cela? Toute cette vie lui paraissait comme un rêve, un long rêve d’amour…Seul Dieu savait qui était Louise et ce qui l’attendait…

 

Louise se réveilla dans les bras de Bertrand. La tempête mauritanienne s’était achevée et elle compris que c’était aussi la fin de leur aventure passionnée. Louise avait très envie de rentrer auprès de Philippe. Bertrand essaya de la retenir puis finit par la laisser partir, il y avait en elle cette certitude que sa vie n’avait de sens qu’avec Philippe, sans savoir d’où lui venait sa détermination, elle sentait que c’était cette décision qu’elle devait prendre et aucune autre…Elle ne savait pas encore qu’elle ramenait à Philippe un cadeau inattendu : un enfant…

 

Dieu avait décidé de redonner à Louise une seconde vie, Louise avait à nouveau 35 ans et avait oublié qu’elle avait été une vieille dame.

 

Commentaires

Bonne résolution pour 2008, reprendre ton blog au début et cette histoire...

Écrit par : laura | vendredi, 28 décembre 2007

J'ai reçu votre commentaire sur ma messagerie mais il n'apparaît pas sur mon blog, un bug Haut et fort sans doute. Je le remets (mais du coup je n'ai pas vos coordonnées pour vous répondre?) :
"Trés interressant comme blog que je trouve riche, agréable et bien organisé!!! Bonne continuation!!! Amicalement Kamdou! http://www.toplist4free.com/script/listen/10579/index.html"
Merci pour votre commentaire.

Écrit par : enriqueta pour kamdou | vendredi, 28 décembre 2007

Les commentaires sont fermés.