Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 mai 2008

La lettre noire

Pauline,

Le monde ne s'arrêtera pas de tourner parce que tu n'as plus envie de continuer sur le chemin de la vie avec moi... Qui a fait tous les efforts ? J'ai fait ma part du marché et je ne me suis plaint à personne...Les heures passées à faire du bricolage chez toi, idem...Oui, je suis venue te chercher, je t’ai choisie pour un projet de vie commune qui me tenait à cœur. Je voulais réaliser tous mes rêves. Tu peux partir, qui t'en empêche, qu'as-tu à me prouver ?
Tu parles de flatter mon égo de macho,  mais tu te trompes de cible, ma belle. Mon égo n'est pas au même endroit que le tien, et surtout pas pour nourrir le tien Pauline, puisqu'il faut bien que les choses soient dites. Garde tes plaintes à répétition pour noyer la liberté des autres, garde tes passions tape à l'œil et tes larmes qui coulent dès que l'on se permet de dire ce que l'on pense...
Pauline tu t'es servi de ton blog  pour me diffamer tout en révélant notre vie privée et c'est moi le méchant, celui qui te fait fuir... Tu te sens attaquée, tu te défends et moi je dois cautionner, tu vas même jusqu'à menacer de porter plainte pour une simple critique... Oui je t’efface de ma vie, non pas pour protéger mon égo mais pour me protéger de tes magouilles avec seulement l'envie de te remettre à ta place. J'ai aussi effacé tous nos souvenirs.
Mais ça n'a pas servi, ce matin tu remets ça... Il faut faire le bilan, on reparle du passé alors que  les problèmes étaient réglés... Encore des sous-entendus... Bien sûr tu es la victime, tu n'es là que comme une « mère Térésa »... Alors voila, j'ai vidé mon sac... Fait ce que tu veux, pense ce que tu veux de moi, mais désormais tu sais aussi ce que je pense.
Si tu veux recommencer tes menaces de porter plainte, Pauline, fais le, je viens d'apporter plein d'eau à ton moulin, mais dépêche-toi, j'ai un cancer généralisé et moins de trois mois à vivre...
Ne me réponds pas, je n'ouvrirai plus tes mails, oublie mon téléphone, oublie moi, je n'ai pas envie de perdre du temps avec toi.

 


Isidore

Isidore,

Je me rends compte en lisant ton mail à quel point tu m’as aimé. Je me rends compte aussi à quel point j’ai du te décevoir et te faire souffrir. Je le regrette mais n’attends pas de moi que je m’excuse pour avoir été moi-même.

Oui, tu es venu me chercher alors que je ne demandais rien et oui, j’ai fait beaucoup d’efforts pour m’intégrer à ta vie. Je ne dis pas que tu n’as pas également fait quelques efforts, mais toi, tu n’as jamais essayé d’intégrer mon monde. Tu t’es moqué de mes passions et de mes luttes, allant même jusqu’à me surnommer Don Quichotte. Tu as méprisé ma sensibilité.

Je ne t’ai pas invité à venir planer comme un vampire sur mon blog, comme si tu y étais chez toi. Je ne t’ai pas invité à venir y déposer tous les jours des commentaires longs et glauques. Peu à peu tu y es devenu omniprésent et tu as commencé à rendre visite à tous mes contacts et à leur laisser des commentaires bizaroïdes et agressifs, surtout quand il s’agissait du blog d’un homme. Tu as envahis mon univers et tu a voulu régenter ce que j’écrivais, niant ma liberté et mon travail de créatrice.

Je ne veux pas effacer nos souvenirs : les bons me serviront à me réchauffer le cœur pendant mon hiver, les mauvais me feront savourer ma liberté retrouvée. Je pense de toi que tu dois beaucoup souffrir pour écrire de telles méchancetés. Ton dernier commentaire sur mon blog m’a fait pleurer pendant une heure aussi j’ai abandonné cette idée de rester amie avec toi. Je ne cèderai pas à ton chantage affectif et à ton mensonge concernant ta santé. Dans trois mois tu seras toujours vivant mais moi je ne serai pas là pour le voir car l’homme que j’aimais n’existe plus que dans mon souvenir.

Je te souhaite malgré tout un beau chemin de vie sur lequel tu trouveras j’espère l’amour que chacun mérite. J’espère que cette femme là saura toucher ton cœur au point de te transformer et de te faire abandonner cette haine et cette violence que tu as reçu en héritage. Ne compte plus sur moi pour te faire la guerre, laisse-moi tranquille pour que je puisse garder une belle image de ces années passées à tes côtés.

Pauline

Commentaires

La première la haine est limite agressive, trsè rentre deda,s je n'aimerais pas en recevoir une comme celà. Ma préférence va donc à la seconde bien sûr où l'on voit les profondeurs de l'amour. Je m'y jette j'ai le temps, je suis encore ne congés jusqu'à ce soir !!! Bises à toi

Écrit par : viesecrete | mardi, 13 mai 2008

où est la limite entre haine et amour , Subtilité de nos personnalités, la frange est étroite et l'on ne choisit pas toujours le côté qui prendra le dessus....

Tu verras demain que ma participation prend une toute autre tournure, je l'ai écrite avec un bon fond d'humour à lire ainsi en tout cas !!! À demain et après demain.

Écrit par : ABC | mardi, 13 mai 2008

Je n'aimerai pas avoir affaire à Isidore ; il est dur avec Pauline qu'il avait choisie & avec qui il souhaitait construire sa vie... On peut se tromper sans pour autant tout effacer car malgré tout dans toute rupture même si elle se passe mal, il y a eu de beaux moments de partagés... et lorsque l'un ou l'autre part, il y a des responsabilités des deux côtés... Seulement on ne les voit pas sur le moment, les mauvais ressentis l'emportant, nous faisant perdre un peu la raison... La déception de l'autre pousse aussi à dire certaines choses.
Pauline est plus raisonnée, compréhensive ; elle ne pardonnera pas mais excusera certains points, enfin je pense, avec le temps pour allier... Je suis comme ça mais je n'ai jamais réellement eu de haine vis à vis de quelqu'un non plus ; qui sait comment je serai ?

Écrit par : cassandrali | mardi, 13 mai 2008

elle est bien gentille pauline face à la froide mesquinerie de ce jaloux manipulateur :-) ça doit être l'enfer un blog ou un parasite vient rendre visite à tous vos liens brrrrrrrrrr...
big bisous

Écrit par : fab | mardi, 13 mai 2008

Super bien trouvée l'idée du blog comme champ de bataille où L'un rend visite à l'autre malgré elle et règle ses comptes par contact interposé...

Écrit par : pandora | mercredi, 14 mai 2008

ça ressemble à une tranche de vie... à toutes ces horreurs que l'on peut se balancer quand la passion n'a pas su trouver la tendresse. J'aime beaucoup, et en même temps, parfois, je déteste, ça ressemble aussi à des tranches de ma vie. Bises Penny

Écrit par : Pénélope | mercredi, 14 mai 2008

Les ruptures amoureuses sont bien pénibles, et je me suis toujours demandé pourquoi des gens qui se sont tant aimés, peuvent se déchirer de la sorte !

Écrit par : Tietie007 | mercredi, 14 mai 2008

Bravo, l'exercice est bien réussi!

Écrit par : catherine | mercredi, 14 mai 2008

J'aime ce nouveau Style enriqueta!
Magnifique, je repars ravie.

C'est vraiment un bon exercice.

Je t'embrasse avec affection

Écrit par : Claude | jeudi, 15 mai 2008

2 Blogs !

Je viens de lire tes lettres.

A ce type le lettre (l'agressive) j'aurais répondu comme tu l'as fait !

Renvoyer la haine pour la haine, cela ne sert à RIEN
Sans pardonner, je préfère arrondir les angles.
Mais si la haine est profonde, se prolonge sur de nombreuses années (comme un géniteur pour sa fille (mon cas))
Cela te détruit quoique tu fasses.
Bises Enriqua

Écrit par : Jenny | vendredi, 16 mai 2008

Toute la violence de se quitter parfois, en deux lettres...

Écrit par : captaine lili | vendredi, 16 mai 2008

Pas l'air facile le Isidore dis donc !
bonne semaine Enriqueta, bise à nono...

Écrit par : Le Pierrot | lundi, 26 mai 2008

P'tit coucou vite fait, juste pour faire un ti calin à nono...

Écrit par : le Pierrot | jeudi, 05 juin 2008

Bien gentille la Pauline, et l'Isidore, bien dur...
bise à toi Enriqueta, ainsi qu'au nono...

Écrit par : le Pierrot | lundi, 01 septembre 2008

Tu ne voyages plus Enriqueta ?

Tu me manques.

Je t'embrasse fort.

Claude

Écrit par : Claude | lundi, 17 novembre 2008

Le père Noël est arriver samedi dernier au centre ville de Montréal, j'ai prit un p'tit moment pour lui écrire, j'espère qu'il me répondras bientôt...

Allez soyez bien sage il ne reste plus grand temps avant qu'il arrive, on te souhaite une tres bonne fin de journée

Écrit par : Ricardo | jeudi, 03 décembre 2009

Tu vois des deux, je préfère la seconde, elle est laisse apercevoir plus de générosité, moins de haine, plus de sensibilité et permet la réflexion, elle n'attise pas le feu.
J'ai voulu te laisser une réponse sur ton autre blog mais je pense que les commentaires sont désactivés, j'ai réussi à modifier la police d'écriture dans mon dernier article, j'ai l'impression que le bug est réparé, du moins pour moi cela fonctionne.
Bonne soirée

Écrit par : Santounette | mardi, 06 avril 2010

BONJOUR ENRIQUETA
excuse mon peu de présence mais je déménage mon blog aussi en ce moment et discretement avant de leur mettre un petard aux fesses. J'ai trouvé tres joli ces deux textes qui ont une sacré force je trouve. En tout cas j'ai aimé. Bisou et bonne soirée Marijo

Écrit par : Marijo | jeudi, 08 avril 2010

La haine est bien proche de l'amour. Ne préfèrent-ils pas cela à l'indifférence. N'est ce pas un jeu entre eux.....

Écrit par : Eglantine | samedi, 17 avril 2010

Les commentaires sont fermés.