Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 avril 2010

Avec le temps...

Avec le temps, mon âme comprend

Et elle accepte journellement

La succession de ses printemps

De ses troubles et accablements

 

Avec le temps, mon coeur apprend

De feux en frissonnements

Voluptés ,  épanouissements

Les mystères de l'embrasement

 

Avec le temps, mon corps entend

Le silence et les gazouillements

Les ramages et le chant du vent

Ta voix qui murmure amoureusement

 

Avec le temps, ma raison prétend

Ne rien savoir résolument

Ne rien déclarer sérieusement

Ne pas obéir docilement

 

Avec le temps, mon destin tend

A rejoindre son dénouement

Champion de la vie courageusement

Il suit sa route onstinément

 

Nul en mon royaume ne se méprend

Dans la tristesse ou bien gaîment

Je déambule nonchalamment

Je sais m'attarder, avec le temps...

 

(Ma participation au défi d'Abeilles 50 - "Avec le temps")

vendredi, 23 avril 2010

Des maux et des hommes

Des maux....jpg

23:18 Publié dans Collage | Lien permanent | Commentaires (6)

mercredi, 21 avril 2010

Vacaciones

                        Je suis en Bourgogne du Jeudi 22 au Lundi 26 Avril!

Vacances.jpg

20:03 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (10)

mardi, 20 avril 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

La poésie de Charlie :

"Je vous écris couchée aux draps de mes semblances,

Entre ce que je suis et ce qui n’est pas moi.

Ma tête bien posée aux coussins de l’errance,

De mes fausses certitudes en forêt de pourquoi. "

(...)

"Je vous écris du bord de mes plus belles croyances,

Qui me retiennent encore aux portes de l’au-delà.

Je vous écris si sûre que je suis défaillance,

Inutile et nuisible, comme une ancre à mon pas. "

 

samedi, 17 avril 2010

J'ai perdu

Je me suis égarée sur les chemins

Qui menaient de l'enfance aux lendemains

J'ai subi tant de pertes, de chagrins

La vie m'a dépouillée de mon destin


Disparues les douces espérances

J'ai perdu l'envie de la danse

Abandonné aussi par la chance

En perdition mon coeur se balance


Mon âme éprouvée se languit

Elle m'a enlevé tant d'amis

Cette belle insensible, la vie

Errante esseulée me voici


Démunie sur mon chemin de croix

Mes rêves engourdis par le froid

Mes désirs oubliés et pantois

Mes mots et mes vers sont tout de guingois.

jeudi, 15 avril 2010

Si Jesus était prof en 2010

Si Jésus était prof en 2010…(Texte trouvé sur internet)...

En voyant la foule de gens, Jésus alla sur la montagne.
Et lorsqu'il fut assis les douze vinrent à lui.
Il leva les yeux sur ses disciples et fit son sermon :

"Bienheureux en esprit sont les pauvres car le royaume des cieux leur appartient.
Bienheureux ceux qui souffrent, car ils seront consolés.
Bienheureux les doux, car ils posséderont la terre.
Bienheureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés.
Bienheureux les miséricordieux, car ils recevront la miséricorde.
Bienheureux ceux qui ont le coeur pur, car ils contempleront Dieu.
Bienheureux les pacificateurs, car ils seront appelés enfants de Dieu.
Bienheureux ceux qui seront persécutés pour avoir choisi la juste cause, car le royaume de Dieu leur appartient"

Aussitôt, Simon Pierre dit : "est-ce qu'on doit apprendre tout ça ?"

Et André dit : "est-ce qu'il fallait l'écrire ?"

Philippe dit : "je n'ai pas de feuille".

Jean dit: "les autres disciples n'ont pas eu à l'apprendre, eux !"

Thomas commença à faire des exercices de mathématiques.

Barthélemy dit: "Est-ce qu'on l'aura en devoir ?"

Jacques dit : "Est-ce qu'on sera interrogé sur tout ?"

Marc dit: "ça compte pour des points ?"

Mathieu quitta la montagne sans attendre et dit : "je vais aux toilettes"

Simon le zélote dit : "quand est-ce qu'on mange ?"

Et Jude dit enfin : "Vous avez dit quoi après pauvres...?"

Alors un grand prêtre du temple qui était présent à l'arrière s'approcha de Jésus et lui demanda :

"Quelle était ta problématique ? Quels étaient tes objectifs de savoir-faire ? Les socles de compétence ?

Pourquoi ne pas avoir mis les disciples en situation ? Et en activité de groupe ?

Pourquoi cette pédagogie frontale ?" …


Alors Jésus s'assit et se mit à pleurer...

vendredi, 09 avril 2010

Le père Hugo

On est bête à Lozère

C'est la faute à Voltaire

Et laid à Palaiseau

Chantait le père Hugo*

 

On prie tous à Evry

Et aussi à Massy

Saint Jean de Beauregard

Est une oeuvre très rare

 

Le train nous le prenons

A Verrières le Buisson

Le vieux chemin de fer

A Draveil ou à Yerres

 

Des photos nous faisons

A Bièvres, à Montgeron

Et nous trions des grains

Dans la ville de Saint-Vrain

 

Qu'on soit bourgeois à Saint-Sulpice

Ou taulard à Fleury-Mérogis

Le Christ de Saclay

Est notre unique dais

 

Cet air que je chantonne

C'est pour parler d'Essonne

De Saint Yon à Brunoy

Qu'on app'lait Hurepoix**...

* "On est laid à Nanterre et bête à Palaiseau" chante le Gavroche de Victor Hugo dans "Les misérables", Gavroche étant inspiré de Joseph Bara, martyr de la révolution française, mort à 14 ans en criant "Vive la République", glorieux habitant de Palaiseau.

** Le Hurepoix est l'ancien nom d'une grande partie de l'Essonne.

Toutes les activités citées dans mon poème sont celles de mon département mais elles ne sont pas forcément attribuées à la bonne ville (à cause des rimes).

Ma participation au jeu d'Abeilles 50 pour son défi "Villes et villages".

samedi, 03 avril 2010

Renaissance

Ainsi, ces jours derniers j'ai tant versé de pleurs


Maintenant le printemps me salue de ses charmes


Il met de la couleur aux herbes et aux fleurs


Et toute cette beauté est l'effet de mes larmes




De mes sanglots passés il me reste l'ardeur


Et des désillusions la discrète trace parme


Ma plume à l'encrier d'une intime douleur


Dépose sur le papier les mots comme des armes




Mon âme colorée, oeuvre d'enlumineur


Berce mon coeur blessé par toutes ces alarmes


De demain, elle dessine la joie et la douceur


Tandis que je m'éloigne enfin de ce vacarme




Si du matin au soir je perçois la lueur


C'est parce que le printemps me salue de ses charmes


Qu'il révèle à mes yeux de la vie la splendeur


Et toute cette grâce qui est née de mes larmes.

 


 

(Merci à Solange qui m'a donné l'inspiration pour ce poème, je lui ai "volé" quelques mots que j'avais trouvé ici)

 

Et oui, me revoilà sur Haut et Fort, j'ai quitté Over Blog qui bug de plus en plus depuis 4 mois et qui pète plus haut que son cul.