Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 30 août 2010

Hommage

 

cremer.jpg 

 Bruno Cremer 6 Oct 1929 - 7 Août 2010

 

07:15 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (6)

46!

 

Puzzle.jpg

Depuis 6 heures ce matin j'ai 46 printemps...

 

vendredi, 27 août 2010

Passage à vide

Pour Abeilles 50, défi n°34 "homonymie", j'ai écris un texte avec des homonymes, homographes ou homophones.

A la lumière artificielle, penchée sur sa feuille, elle hésite à écrire :"les mots sont l'ancre de ma vie" ou bien "les maux sont l'encre de ma vie". Ah! S'exclame-t-elle en pensant à hier...Son as de coeur, son choeur, sa muse est partie se mettre au vert, plus personne pour lui souffler quelques vers, elle frisonne et remonte sa couverture en vair puis elle finit son verre, quelque absinthe ou vermouth un peu trop vert qui la fait grimacer sans lui apporter un quelconque réconfort. Légèrement ivre, elle fredonne :"je suis saoul, saoul, saoul, sous ton balcon..."mais les paroles de cette chanson s'embrouillent et sa voix s'éraille, son chant non plus ne vaut pas un sou, ce n'est qu'un champs en jachère. Elle a toujours voulu être un auteur mais ses écrits ne sont ni à la hauteur de ses rêves, ni au niveau de son potentiel que désormais elle nie et ses poésies sont lourdes et grasses quand elle les voudrait aériennes et pleines de grâce. Elle n'y croit plus, l'oiseau qui la guidait a quitté le nid. Ses nouvelles, ses romans sont banals et beaucoup trop courts, elle devrait plutôt prendre des cours et tout recommencer à zéro. Tout son passé lui revient en mémoire, à l'école elle voulait qu'on lui apprenne à conter alors que tous ne pensaient qu'à compter. A l'époque, avec les mots elle se sentait reine, elle en faisait ce qu'elle voulait, c'était elle qui tenait les rênes, elle écrivait au rythme des galops des rennes. Aujourd'hui, elle se sent comme un sot, tout juste bon à porter les seaux, comme une puce qui ne fait que des sauts, indigne d'un scribe ou d'un garde des sceaux. Les idées noires l'envahissent tant et tant qu'elle ne voit plus passer le temps. Est-ce aujourd'hui ou demain? Elle ne sait plus elle est. C'est le mois d'Août, le mois des vacances et son esprit refuse de travailler. Elle ne sait plus s'il faut abandonner ou persévérer. Est-ce la fin de l'envie, de la faim des écrits? Elle s'est fourvoyée peut-être ou c'est seulement un mauvais moment à passer. "Je ne sais plus rien" se dit-elle mais je ne peux être sans écrire. Ecrire n'est-il qu'un vain ouvrage? Faut-il écrire vingt fois, vingt mille fois, vingt millions de fois pour aboutir? Faut-il se laisser énivrer par du vin -qui met à rude épreuve le foie- où par une drogue quelconque pour animer son génie? A moins que ce passage à vide ne soit qu'une épreuve pour sa foi? Cent doutes l'assaillent, le chemin sera long, elle s'en doute, elle ne fait plus confiance à ses sens, elle sent monter l'angoisse de la page blanche et son sang se figer comme son inspiration.

 

mercredi, 25 août 2010

Alors on danse

Nouveau jeu (18/05) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et prévenez-moi en commentaire.

Ecrivez un poème ou une prose, ou faites un visuel sur le thème de la routine.

* en vous inspirant (ou pas) de la chanson de Stromae "Alors on danse".

* en glissant si possible les expressions suivantes : "Qui dit..." , "Alors on ..." en les répétant x fois.
* vous pouvez répéter "Alors on danse" ou "Alors on chante" par exemple.
 

Version de Viviane, laissée en commentaire :
Petit jour? Sera-t-il pire ou pas pire?
Do
Petit jour? Sera-t-il pire ou pas pire?

Douleurs et re-douleurs de chaque jour...
Une forme blanche avec un grand sourire ...

Alors on fait semblant ... on se souhaite un bon dimanche

Nouvelle poche de cocktail chimique!
Perfusion laide et d'un trouble écoeurant,
Goutte à goutte lent, si lent qu'il me panique.
Alors on patiente, on patiente et on attend.

Matinée déjà vécue et tristounette...
Enfin débranchée et autonome ...
Sans force... une toute petite toilette ...
Alors on se prépare et on se pomponne.

Midi sans joie, routine et routine,
Repas aseptisé, fade et sans saveur
Pas faim et toujours mauvaise mine!
Alors on fait semblant en y mettant du coeur.

Sieste bienvenue et non-reposante..
Des voix et du bruit dans le couloir.
Une larme inattendue et lente.
Alors on rêve, invente, juste pour voir.

On rêve de fleurs et d'air pur.
Personne n'est dupe ... tout est noir ...
Le coeur n'y est pas, c'est trop dur!
Alors on ne dit rien, on ne veut pas savoir.

Visite attendue d'amis prévenants.
Solitude de l'âme et douleur du corps.
La journée finit lentement.
Alors on craint le verdict des docteurs, encore, encore.

Le sommeil naît de la perfusion.
Un sommeil jamais réparateur.
Un sommeil peuplé de sueurs et de visions.
Alors on patiente, on patiente, on se laisse aller.

Alors on s'endort croyant que c'est pour toujours.
Alors on se réveille avec le cauchemar de tous les jours.
Alors on revoit le défilé des docteurs tous sourds.
Alors nos vies palpitent avec des mélanges lourds.
Alors on se met à imaginer le jour ....

Le jour où ... le grand jour, le jour de la délivrance!
Alors on se sent léger devant l'immense ...
L'immense jour, celui où les étoiles dansent ...
Alors on ferme les yeux imaginant notre chance...

 

mardi, 24 août 2010

Sondage (3)

sondage

Merci de répondre aux 4 questions : a, b, c et d.

Merci aux 36 votants et particulièrement à ceux qui ont commenté : Laura, Aslé, ABC, Reinette, Mamalilou, Sandrin, Gabian, Kohnlili, Hélène, Lylyjane, Ecureuil bleu, Sandra, Main Verte, Lomi Lomi, Linda et Picasso, Nadia vraie, Béa Kimcat, Clémentine, Viviane et Joëlle.

Le portrait du commentateur type est celui-ci : Il/ Elle laisse souvent des commentaires, 2 ou 3 en moyenne, des commentaires courts qui parlent de l'article lu. Mais bien sûr, comme le disent vos commentaires, "ça dépend", ainsi que le résume parfaitement Mamalilou : "ah ça ça dépend bien, de tout, de l'humeur, du billet, du temps dont on dispose, de l'imagination, de l'heure, et de l'âge du capitaine!!!".

 

Pour plus de détails je vous invite à lire les commentaires sur le sondage ou sur cet article.

20:05 Publié dans Sondage | Lien permanent | Commentaires (17)

mercredi, 11 août 2010

Femme 6

Je vous souhaite à tous de bonnes vacances. Mon blog est fermé jusqu'à mon retour fin Août. Ma série "femme" avait pour but de vous dire ceci :"acceptons nos corps imparfaits et montrons les fièrement au monde". A la rentrée je ferai une série "homme" dans le même esprit.
Femme1.jpg
Source :www.bloob.fr

samedi, 07 août 2010

Que sont devenus toutes nos idoles?

Nouveau jeu (17/05) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et prévenez-moi en commentaire.

Ecrivez un texte, un poème, ou faites un visuel sur le thème "Que sont devenues toutes nos idoles?".

Les 13 participations :

Laura...Jill Bill...Sandrasbz...Lylyjane...Hélène...ABC...Abeilles 50...Coockers...Moi...Ecureuil bleu...Eglantine...Fransua...Moi (2)...

Que vous soyez poète, nouvelliste ou chroniqueur, votre témoignage peut prendre n'importe quelle forme, reportage photos,  portraits, croquis...

Vos idoles peuvent être des chanteurs, des acteurs...voir même ne pas être des artistes...peu importe.

Thème inspiré par la chanson de Jane Birkin-Serge Gainsbourg : "ex fan des sixties, petite baby doll, que sont devenues toutes tes idoles?" et par une émission de TV vue sur TMC le 12/05/10 "Quand la musique est bonne".

Idole1.jpg
(Michel Berger, Daniel Balavoine et France Gall)

 

Ce basculement indescriptible...

Se posent sur ma feuille quelques mots virevoltants

Qu'une brise porta en confidences fragiles

Ils n'étaient que des mots, tous ces mots, si longtemps

Avant que de souffler à ma vie cet émoi

Il y avait tendresse, il y avait amour

Il y avait colère, il y avait souffrance

Le souvenir passé ne reste que l'absence

Et quelques mots posés comme par inadvertance

Les mots se sont usé délavés par le temps

Des émotions ma plume n'est que pâles reflets

Il y avait liesse, il y avait passion

Il y avait angoisse et il y avait peur

Mes mots sont petitesse, de tout petits essais

Des petits bouts de moi, des éclats de ma vie

Echos lointains d'un coeur qui pulse à cent à l'heure

Et murmures d'une âme lumineuse et ardente

Il y avait tendresse, il y avait amour

Il y avait colère, il y avait souffrance

Mots et maux en miroir jouent du matin au soir

En un sursaut d'espoir, un défie de survie

Sentiments, sensations en face à face intimes

Dans ce vertige secret, dans ce basculement...

 

(Ma participation au défi n° 33 d'Abeilles 50 "Face à ses mots")

Inspiré par les mots essentiels de Bergamothe "Viens" : "des mots qui longtemps étaient mots", "le souvenir s'en est allé", "il y avait", "basculement indescriptible", "nous ne sommes que petitesse", "des petits essais", "des petits bouts de nous".

J'adore

J'ai appris récemment que cette chanson de Julien Clerc, que j'aime beaucoup, a été écrite pour France Gall  après qu'elle l'ait quitté. J'ai appris aussi que la chanson de Claude François "Comme d'habitude" avait également été écrite pour France Gall après leur rupture. J'ignorais qu'elle avait eut deux amours chanteurs avant de rencontrer Michel Berger.

01:42 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (8)

jeudi, 05 août 2010

A tomber sur le cul!

Avez-vous entendu ça?

40 milliardaires se sont engagés à donner 50% de leur fortune à des œuvres caritatives. 

Bill Gates a réussi à rallier près de 40 personnalités fortunées à son initiative, nommée « Giving Pledge ». Une promesse de don signée qui indique que ces familles verseront 50% de leur fortune à des organismes de charité. 
Dans la liste des signataires, on retrouve Georges Lucas, Baron Hilton, Michael Bloomberg et Warren Buffet.