Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 septembre 2010

Demande-moi la lune

A ma fille, Lise

 

Demande-moi la lune

De chasser l'infortune

Aux abysses de Neptune

Amour notre pécune

Jusqu'aux faites des dunes

De l'aube à la brune


Demande-moi ce que tu veux

D'inventer des mots camaïeux

Qui parlent de tendresse et de feu

Qui nient les larmes et les adieux


Demande-moi des faveurs

Repousser toutes tes peurs

Désapprendre tes erreurs

Amour notre splendeur

Douces pétales de coeurs

Rêveries des voyageurs


Demande-moi ce que tu veux

D'inventer des mots camaïeux

Qui parlent de tendresse et de feu

Qui nient les larmes et les adieux


Demande-moi des conseils

De veiller sur ton sommeil

Et que joie te réveille

Amour notre merveille

Doux fragments de soleil

Tes sourires en corbeille


Demande-moi ce que tu veux

D'inventer des mots camaïeux

Qui parlent de tendresse et de feu

Qui nient les larmes et les adieux


La lune demande-moi

Assiège-moi de pourquoi

Et que ton rire flamboie

Amour notre seule loi

Tout en haut des beffrois

Mère et fille festoient



 

Commentaires

Bonjour enriqueta, tu es une bonne fée... ta fille est à une maman très aimante. Bon week-end à vous deux, jill

Écrit par : jill bill | samedi, 04 septembre 2010

Coucou du samedi Enriqueta
Merci pour tous tes commentaires
Lise est un si joli prénom que ta fille ne pouvait que te demander la lune

Bises félines

Béa kimcat

Écrit par : Béa kimcat | samedi, 04 septembre 2010

Ta fille a une maman gâteau, c'est bien pensé.

Écrit par : Solange | dimanche, 05 septembre 2010

voilà qu'en ces mots mon coeur trouve écho...
qui, à ma toute petite, leela de son prénom, conte autant...
doux bisous sous ce vent qui nettoie l'âme

Écrit par : mamalilou | mercredi, 15 septembre 2010

un très joli poème et le refrain est franchement très beau (des mots camaieux, quelle beauté !)

Écrit par : fransua | lundi, 27 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.