Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 31 octobre 2010

Sondage (5)

sondage

 

Merci aux 27 votants et particulièrement ceux qui ont laissé un commentaire : Mamalilou, Laura, ABC, Viviane, Fransua, Patriarch, Ecureuil Bleu, Eglantine, Gazou, Jill Bill, Le Pierrot et Sandrin.

"j'ai répondu souvent mais cela dépend de mon temps, en général j'aime les défis d'écriture mais il faut que le sujet m'inspire et j'aime ausi les défis de pinceaux. ou de photos. Un défi est pour moi un jeu et une manière de se confronter aux autres et de voir d'autres idées et créations sur un même thème. Il ne faut surtout jamais oublier que ce ne sont que des jeux"

Fransua

18:00 Publié dans Sondage | Lien permanent | Commentaires (24)

Halloween

halloween.jpg

 

Ce soir ma fille fait une soirée halloween à la maison. Elle a apris à fêter halloween à la crèche puis elle a continué à le fêter en maternelle. Elle aimait se déguiser en sorcière pendant les vacances qu'elle passait chez ma mère avec sa cousine venue de bruxelles, elles allaient demander des bonbons aux voisins. En grandissant elle me demandait d'organiser une fête d'halloween pour ses camarades de primaire puis de collège. Cela lui était passé depuis deux ans et puis voilà qu'elle recommence. L'appartement s'est paré de noir et d'orange, guirlandes, toiles d'araignée, squelettes, chat noirs, bougies...bien sûr maintenant je ne gère plus la fête, je l'ai aidé pour le ménage et je lui ai préparé de la pâte à crèpes mais sinon c'est elle qui a fait les achats de pizzas et bonbons et boissons. Elle a aussi décoré l'appart et elle m'a prié d'aller dormir chez mon compagnon. J'ai emmené Nono pour qu'il n'ait pas peur. Demain j'irai voir dans quel état est mon appartement. Ces fêtes me donnaient beaucoup de travail mais je suis un peu nostalgique du plaisir que je prenais à décorer la maison, fabriquer des invitations...on recevait les parents qui venaient déposer leur enfant dans le noir, à la lumière des bougies avec un CD qui faisait des bruits de château hanté...le temps passe et les enfants grandissent. Ma fille a dix sept ans et demi aujourd'hui.

Halloween2.jpg

17:24 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (15)

mercredi, 27 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

Quand un mot se pose sur le papier

C'est une larme qui coule sur ma joue

(...)

La vie, je voulais pourtant l'aimer,

La porter en moi tel un bijou,

Et quand, enfin, je m'en suis parée,

Elle a mon coeur roué de coups.

(...)

"Coup de grisou" Ame

 

Une psalmodie pour Léocadie

J'ai vu Léocadie

Lundi en Normandie

Elle jouait la comédie 

En robe d'organdi

D'un blanc un peu verdi

 

J'ai vu Léocadie 

Mardi en Arcadie

C'est là qu'elle étudie

Toute l'encyclopédie

 

J'ai vu Léocadie

Ici le Mercredi

Jouant une tragédie

Avec d'autres ladies

Tout aussi étourdies

 

J'ai vu Léocadie

Jeudi en Picardie

Faisant une parodie

Tout un après-midi

 

J'ai vu Léocadie

Aussi le Vendredi

Jouant une rapsodie

Et l'oeuvre de Verdi

J'en suis abasourdie!

 

J'ai vu Léocadie

Samedi en Numidie

Faisant d'la prosodie

D'une façon fort hardie

 

J'ai vu Léocadie

Primidi*, duodi*

Elle poussait des caddies

De son air dégourdi

Cochon qui s'en dédie!

 

J'ai vu Léocadie

Tridi* et quartidi*

Avec des bigoudis

Tombée en maladie

 

J'ai vu Léocadie

Quintidi*, sextidi*

C'était en Lombardie

Au cours d'orthopédie

Et de tachycardie

 

J'ai vu Léocadie

Septidi*, octidi*

Usant de dipodie

Tout près d'un incendie

 

J'ai vu Léocadie

Pendant une décadi*

Est-ce une perfidie?

Une tragi-comédie?

Dis-je à Léocadie

Mais la donzelle me dit :

"Le monde est p'tit, pardi!"

Puis elle me congédie!

___________

*Les jours du calendrier révolutionnaire.

Ma participation au jeu de Jill Bill.


lundi, 25 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

"C’est pas le Pérou, mais c’est chez nous
C’était chez nous il y a longtemps
Quand je vivais chez mes parents
Il est gravé dans ma mémoire
Et j’y retourne certains soirs"

Solange

dimanche, 24 octobre 2010

Philibert et Ernestine (4 sur 4)

Il fallut encore convaincre Emma de répondre au message de Paulin, car cela faisait deux mois qu’elle cherchait assidûment son âme sœur et elle commençait à se décourager. Elle avait reçu de nombreux messages émanent de nombreux hommes pressés qui croyaient trouver un femme comme on achète une paire de chaussettes, sans parler des obsédés sexuels. Elle avait échangé plus de dix conversations avec des hommes qui disparaissaient en un clic et elle était allée à quatre rendez-vous : le premier était un vieux garçon de 45 ans qui vivait toujours chez sa mère, le second un dépressif incurable, le troisième cherchait une maîtresse plus qu’une compagne et le quatrième était le pire, un " moi-je " qui ne parlait que de lui, peu soigné, les verres de ses lunettes complètement opaques de saleté et quand il parlait il laissait parfois couler un filet de bave sur la table du café où ils avaient pris un verre. Il fallut toute la persuasion d’Ernestine pour qu’Emma accepte de répondre au premier message de Paulin. Emma n’allait même plus sur le site " les zamoureux " tellement elle était découragée mais le message de Paulin lui arriva par mail " comme par magie " et lorsqu’elle lu sa fiche, Ernestine l’empêcha de voir les éléments qui auraient pu lui déplaire : le fait qu’il fume ou qu’il ne soit pas encore divorcé, elle s’arrangea pour qu’elle ne lise que les éléments motivants comme son âge 40 ans, le même que le sien, et le fait qu’il habitait aussi au Touquet.

Il s’engagea alors, entre Emma et Paulin une correspondance amicale ponctuelle puis de plus en plus assidue. Il était évident que le courant passait entre ces deux là qui parlaient de tout et de rien, des petites choses du quotidien et des grandes idées essentielles, des joies et des peines, du passé et du présent…Mais au bout de 5 semaines, au grand dam de Philibert et d’Ernestine, ni Paulin ni Emma n’avaient encore évoqué la possibilité d’une rencontre. Philibert et Ernestine décidèrent alors de recourir une nouvelle fois à des mesures " illégales ", ils arrangèrent une rencontre. Ce ne fut pas facile car il fallut pour cela perturber les projets de réveillon de Noël de Paulin et Emma. Tous deux n’avaient pas leur enfant, ce qui les attristaient beaucoup. Julie passait Noël avec sa mère et Jules avec son père. Emma devait passer le réveillon à Orléans chez son frère Denis mais elle rata son train et Paulin eut subitement à déplorer une panne de voiture qui l’empêcha de rejoindre des amis à Lille. Paulin et Emma se retrouvèrent donc en même temps à la messe de minuit dans l’église du Touquet où ils participèrent à une magnifique messe avec chorale et chants grégoriens.

Après avoir chanté le chant final " Les anges dans nos campagnes ", ils eurent tous deux envie de s’approcher de la crèche. Cette crèche était superbe, elle occupait une chapelle en entier, elle représentait une crèche en bois et une partie de la forêt avoisinante, faite de branche de sapins qui diffusaient une odeur très agréable. Tout le monde sortait et ils se retrouvèrent tous les deux devant la crèche à s’émerveiller devant la précision de cette réalisation. Emma se mit à rire et s’exclama comme une enfant quand elle vit qu’il y avait de petites grenouilles en porcelaine dans la marre, c’est alors que Paulin engagea la conversation et c’est ainsi qu’ils détaillèrent ensemble chaque santon riant en chœur en découvrant un santon portant une bouteille de vin. Ils sortirent de l’église ensemble et c’est en se séparant que Paulin eut l’idée de prendre congé en donnant son identité. Voilà comment ils se découvrirent ainsi " de visu ", Emma était sous le charme des yeux rieurs de Paulin et Paulin fasciné par l’intensité du regard d’Emma entendait son cœur battre comme une caisse claire. Ils décidèrent alors de ne pas se quitter et c’est ensemble qu’ils passèrent le 25 décembre. Pendant que Paulin et Emma apprenaient à se découvrir peau contre peau, découvrant un avant-goût du paradis, Philibert et Ernestine célébraient leurs retrouvailles et les aiguilles des horloges s’affolaient accélérant le temps car le temps s’accélère toujours quand on le passe avec son âme sœur…C’est une règle immuable et éternelle.

 

10:00 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (4)

vendredi, 22 octobre 2010

Philibert et Ernestine (3 sur 4)

Ils réfléchirent et en vinrent à la conclusion que l’échec venait du fait qu’Emma et Paulin n’étaient pas totalement libres. Bien que leur cœur soit libre et en attente d’un autre amour, ils ne se sentaient pas libres car vivant encore en couple. Tous les deux étaient très attachés à la morale et ils ne s’autorisaient pas à croiser le regard de quelqu’un d’autre dans ces conditions. Il fallait donc qu’ils les libère au plus vite. Telle fut la conclusion de Philibert et Ernestine. A partir de ce moment là, ils s’occupèrent donc essentiellement de la rupture de leur humain. Ernestine s’arrangeât pour faire tomber dans les mains d’Emma de nombreux livres parlant d’amour romantique et tendre pour renforcer son manque, quant à Philibert, il s’arrangea pour que Paulin découvre la dernière aventure de Roseline par le biais d’une lettre que Roseline avait reçu de son amant. Raoul se mit en colère et promis à Philibert d’aller se plaindre de lui auprès de Saint Pierre car les anges n’ont pas le droit d’intervenir dans les amours humaines. Mais Philibert avait atteint son but, après une dispute mémorable, Paulin et Roseline se séparèrent, ce qui était en fait un soulagement pour tout les deux. De son côté, Ernestine eut également de quoi se réjouir, après avoir longuement inspiré à Emma de nombreux rêves d’amour heureux, celle-ci se décida à quitter Adrien pour trouver un amour qui lui ressembla davantage.

Cependant les occasions de rencontrent disparurent avec l’été car Paulin parti en Juillet en vacances avec sa fille chez ses parents en Bourgogne et Emma parti en Août avec son fils en Auvergne chez son frère. Ils n’osèrent pas tenter quoi que ce soit pour empêcher ces projets car Paulin avait reçu un avertissement de ses supérieurs à cause de la dénonciation de Raoul et il devait se faire oublier pendant quelques temps. Ils décidèrent d'attendre la rentrée de Septembre pour reprendre leurs projets.

En septembre Philibert et Ernestine reprirent leurs tentatives de rencontre mais ils se rendirent compte que Paulin était trop timide pour croiser le regard d’Emma et qu’Emma était trop rêveuse pour accrocher les yeux de Paulin. Ils décidèrent alors de changer de tactique, pour les timides et les rêveurs, le seul lieu de rencontre possible était le virtuel. Ils s’employèrent donc à convaincre leur humain de s’inscrire sur un site de rencontre internet, le fameux site : " les zamoureux ". Pour Emma il suffit de quelques rêves nocturnes, elle s’inscrivit mi Septembre, pour Paulin il fallut que Philibert s’emploie à ce que Paulin voit une émission de Jean-Claude Delavenue sur le thème des rencontres internet pour que celui-ci s’y inscrive mi-Novembre. Et encore, c’est parce que Philibert s’arrangeât pour que la souris de l’ordinateur de Paulin cliqua maladroitement sur la publicité de ce site pour que la choses puisse se faire. Comme par magie, Paulin tomba sur la page où figurait la fiche d’Emma et cela lui donna envie de s’inscrire afin de lui laisser un message.

 

10:00 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (3)

mercredi, 20 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

"qui choisit, qui prend, qui donne, en un vertige, qui ôte, le sublime pour le laisser s’évader au vent, qui laisse le désert s’étaler là devant et le vent enfouir les pieds sous le sable"

Bergamothe

Philibert et Ernestine (2 sur 4)

Il ne fallut pas longtemps à Philibert et Ernestine pour se rendre compte que leurs humains étaient fait l’un pour l’autre, ils avaient les mêmes aspirations en amour et de nombreux points communs dans leurs goûts. Il ne fallut non plus pas longtemps aux deux anges pour décider de mettre tout en œuvre pour que leurs deux humains se rencontrent. Ernestine était également coutumière des incartades par rapport au règlement divin et elle voulait à tout prix passer une autre vie humaine aux côtés de Philibert plutôt qu’avec l’ange gardien de cet Adrien, car l’ange Armel n’était pas quelqu’un d’efficace ni de dévoué, elle ne supportait pas ces anges qui ne font leur travail qu’à moitié et laissent ainsi leur humain prendre de nombreux risques inconsidérés. Philibert et Ernestine mirent donc au point un plan pour que Paulin et Emma se rencontrent. Ils étaient persuadés qu’ils tomberaient amoureux l’un de l’autre dés le premier regard.

La rencontre était facilitée par le fait qu’ils vivaient tous les deux dans la même ville. Ils essayèrent bien sûr de leur faire échanger un regard à la piscine mais cela ne donna aucun résultat et il ne fallait pas compter sur une autre rencontre à la piscine car, si Julie, la fille de Paulin y allait régulièrement tous les jeudis, pour Jules, le fils d’Emma, sa présence aujourd’hui n’était due qu’à un heureux hasard, son cours de plongée ayant été décalé d’un jour. D’habitude, il avait lieu le Mercredi, et puis nous étions déjà début Juin, les cours allaient bientôt s’arrêter donc inutile de fomenter un plan pour décaler à nouveau les cours, il fallait trouver un autre lieu pour la rencontre. Après avoir multiplié les occasions de rencontre, au supermarché, chez le dentiste, sur la plage, devant les portes du collège, Philibert et Ernestine durent reconnaître que la tâche serait plus difficile qu’il n’y paraissait. Pour qu’ils se rencontrent au supermarché, Philibert avait du provoquer une panne temporaire de la voiture de Paulin, pour que celui-ci se trouve au supermarché à la même heure qu’Emma, pour le dentiste ils avaient du faire souffrir Julie et Jules pour que leurs parents se retrouvent en même temps dans la salle d’attente de ce cabinet dentaire, et pour le collège ils avaient du carrément provoquer un bug informatique pour que les relevés de notes soient faux et mobilisent les parents ! Toutes ces actions leur donnaient mauvaise conscience même s’ils les faisaient dans un but généreux. Ils ne se voyaient pas multiplier à l’infini les incidents pour créer la rencontre éventuelle, leur rôle étant de faciliter la vie de leur humain et non pas le contraire.

 (Ma participation au jeu de Jill Bill)

 

09:55 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (3)

lundi, 18 octobre 2010

Philibert et Ernestine (1 sur 4)

Philibert, en bon ange gardien qui se respecte, accompagnait comme il se doit son humain : Paulin Billon, un homme généreux et honnête qui faisait face avec courage aux aléas de la vie. Il était marié à Roseline depuis 15 ans mais leur couple n’était pas heureux. Roseline avait des aventures et rêvait d’un ailleurs au soleil. Ils vivaient au Touquet, Paulin aimait la mer du Nord aux multiples visages, il aimait le vent et les grosses vagues, les reflets opales des ondes et les dunes de sables, tandis que Roseline rêvait de mers tropicales. Philibert ne s’entendait pas du tout avec l’ange gardien de Roseline, un certain Raoul, peu causant et plutôt du genre " règlement-règlement ", alors que Philibert avait l’habitude de prendre des libertés avec les lois divines, ce qui lui avait déjà valu plusieurs réprimandes de la part de Saint-Pierre.

Ce jour-là Philibert accompagnait Paulin à la piscine d’Etaples pour le cours de sa fille Julie, âgée de 11 ans, quand il tomba né à né avec Ernestine, un ange gardien qu’il avait bien connu et qu’il aimait beaucoup. Ernestine et lui avaient déjà vécu toute une vie d’humain côte à côte, lorsqu’ils s’occupaient de Rodrigue et d’Odette, deux grands amoureux qui s’étaient aimé passionnément pendant soixante ans à Toulouse, au siècle précédent. La mort de Rodrigue et d’Odette, survenue ensemble, avait mis fin à une belle histoire et à l’attachement particulier de Philibert et Ernestine. Ernestine fut également enchantée de retrouver Philibert, elle accompagnait une femme, Emma Abelle qui emmenait son fils Jules, âgé de 11 ans à la piscine. Emma vivait maritalement avec Adrien mais elle n’était pas très heureuse. Adrien était un homme froid qui avait du mal à montrer ses sentiments tandis qu’Emma rêvait de tendresse et de déclarations amoureuses. Emma n’avait pas beaucoup de chance en amour, Adrien était le sixième homme de sa vie et parfois elle se prenait à rêver au septième, celui qui serait l’homme du reste de sa vie.

(Ma participation au jeu de Jill Bill)

10:00 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (5)