Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 novembre 2010

Houellebecq et moi (3)

« Son intérêt pour l’enseignement, lui aussi, avait beaucoup décru. Dans l’ensemble les jeunes ne l’intéressaient plus tellement, ses étudiants étaient d’un niveau intellectuel effroyablement bas, on pouvait même se demander, parfois, ce qui les avait poussés à entreprendre des études. La seule réponse, au fond d’elle-même elle le savait, était qu’ils voulaient gagner de l’argent, le plus d’argent possible; malgré quelques engouements humanitaires de courte durée, c’était la seule chose qui les animait réellement. Sa vie professionnelle pouvait en somme se résumer au fait d’enseigner des absurdités contradictoires à des crétins arrivistes (…) »

 

« Oui, le pays avait changé, changé en profondeur. (…) De nouveaux arrivants, venus des zones urbaines, les ( les habitants traditionnels des zones rurales) avait remplacés, animés d’un vif appétit d’entreprise et parfois de convictions écologiques modérées, commercialisables. (…) La France, pour la première fois depuis les années 1900 ou 1910, était redevenue une destination privilégiée du tourisme sexuel. De nouvelles professions, aussi, avaient fait leur apparition - ou plutôt, d’anciennes professions avaient été remises au goût du jour, telles que la ferronnerie d’art, la dinanderie; on avait vu reparaître les hortillonnages. (…) Plus généralement, la France, sur le plan économique se portait bien. Devenue un pays surtout agricole et touristique. (…) N’ayant guère à vendre que des hôtels de charme, des parfums et des rillettes - ce qu’on appelle un art de vivre -, la France avait résisté sans difficultés à ces aléas. D’une année sur l’autre la nationalité des clients changeait, et voilà tout. »

 "La carte et le territoire" Flammarion

 

10:35 Publié dans Ethique | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

J'ai essayé de lire les particules élémentaires, le style ne m'a pas plu et je n'ai pas fini. Mais ce dernier livre un ami m'en a parlé et puis ce que tu en dis... J'hésite encore... mais.
Quai des rimes est en PDI (pause à durée indéterminée) mais quand on sait que les CDI ne sont pas pereins, soyons optimistes car je n'arrive plus à écire, plus aucune idée, dfficulté à me concentrer.....En attendant tu peux me retrouver sur mon autre blog : http://www.cergyrama.com
A bientôt

Écrit par : Martine/Eglantine | dimanche, 28 novembre 2010

passe un bon dimanche

bisous

Écrit par : cerisette | dimanche, 28 novembre 2010

Enfin un dimanche tranquille

où je peux venir me balader et faire un coucou à mes blogs favoris..

Alors bien evidement je ne pouvais ne pas passer chez toi..

Bizzz LOren't...

Écrit par : Ici surprise..!!! | dimanche, 28 novembre 2010

Je n'ai jamais accroché avec cet auteur.... Je suis peut-être trop terre à terre... Bonne fin de journée avec bises.

Écrit par : patriarch | lundi, 29 novembre 2010

je ne connais pas encore ce livre mais j'ai commencé il y a un certain temps déjà les particules élémentaires, j'apprécie ce livre mais il est si sombre que j'ai remis à une période plus ensoleillée sa lecture, je sais l'auteur fort décrié mais il ne me déplait pas pour ce que j'ai lu de lui
bisous

Écrit par : fabienne | mercredi, 08 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.