Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 janvier 2011

La vieille dame de Saint-Gratien (1)

Nouvelle en 7 parties, écrite en 2007, publiée tous les samedis.

 

 

La vieille dame était dans l’église pour la messe de Noël, au premier rang car ses yeux fatigués d’avoir pleuré ne voyaient plus grand-chose, car ses oreilles usées par les bruits de la vie n’entendaient plus trop bien et son dos courbé par les ans, 84  au printemps prochain, donnait l’impression qu’elle était  toujours inclinée, dans une posture tout à fait attendue de la part d’une « grenouille de bénitier ». C’est certainement ainsi que devaient l’appeler les jeunes et même bon nombre d’adultes, ceux qui étaient installés dans les rangs derrière elle et qui ne voyaient d’elle que son apparence actuelle. Cette idée la faisait sourire et c’est pourquoi le curé croyait qu’elle était très pieuse et qu’elle souriait aux  anges. Elle imaginait les commentaires à son décès, son éloge funèbre et se demanda si le curé n’allait pas demander sa canonisation, cette idée la fit rire et elle dissimula son éclat de rire dans une quinte de toux. Elle était si loin d’être une sainte! Et le récit de sa vie n’était pas à mettre entre toutes les mains…Mais bien sûr, les apparences…Et plus personne ne pouvait les contredire ces apparences, puisqu‘il ne restait plus personne l‘ayant connu plus jeune. 

La vieille dame, qui s’appelait Louise, aimait bien cette église. Pendant les longs sermons du prêtre dont elle ne captait plus que quelques mots, elle laissait son regard flou errer sur les vitraux qu’elle connaissait par cœur et dont les visages lui semblaient autant de « portraits de famille », elle aimait par-dessus tout ces anges potelés et virevoltants au dessus d’une jeune Marie vêtue de bleu intense, presque un bleu Touareg, sa couleur préférée qui lui rappelait ses périples dans le Sahara. Louise avait de nombreux souvenirs dans cette église, c’est là qu’elle avait été baptisée,  à l’âge de 7 ans, puis elle y avait fait sa communion, sa profession de foi et sa confirmation. C’est la aussi qu’avait eu lieu la célébration des obsèques de son père puis, quarante ans plus tard celle  de sa mère. Elle y avait assisté à un nombre incalculable de messes quand elle était enfant avec ses camarades, puis adulte avec sa mère, sa sœur aînée et son fils, puis seule. Pourtant elle n’avait pas vécu toute sa vie dans cette petite ville de Saint Gratien, elle en était parti à 25 ans pour vivre à Poitiers avec son mari Philippe, elle avait même quitté la France pendant vingt ans pour vivre à Bruxelles avec Bertrand son amant - celui pour lequel elle avait quitté son mari - mais comme sa mère était restée dans cette ville jusqu’à sa mort, elle y était revenu à chaque Noël pour y retrouver toute sa famille. Et puis un jour elle y avait déposé définitivement ses valises pour y finir sa vie.

 

Commentaires

Bonjour Enriqueta et bien suivons Louise sans faire de bruit... en ce lieu pieux ! Je l'aime déjà... Au plaisir, bon dimanche. JB

Écrit par : jill bill | dimanche, 09 janvier 2011

Ah les secrets...il vaut souvent mieux qu'ils le restent..... ;-)

Écrit par : patriarch | lundi, 10 janvier 2011

Les souvenirs prennent du poids au fur et à mesure que l'on avance dans l'âge. Merci pour ce petit instant magique. Bonne journée.

Écrit par : elisabeth | lundi, 10 janvier 2011

bon lundi

bisous

Écrit par : cerisette | lundi, 10 janvier 2011

bon lundi

bisous

Écrit par : cerisette | lundi, 10 janvier 2011

C'est intéressant il faut que j'y pense pour venir lire la suite.

Écrit par : Solange | mardi, 11 janvier 2011

ah le poids des souvenirs... gravés dans les murs et les vitraux...
elle y était revenue... et on ne sait pas si elle avait bien fait...
tous les samedis donc... ya pu k'à suivre :o)))
doux bisous à toi

Écrit par : mamalilou | mardi, 11 janvier 2011

Emouvante, cette histoire...Je vais aller lire la suite.
Bonne semaine et bisous.

Écrit par : marlou | dimanche, 16 janvier 2011

Je viendrai lire avec plaisir le récit de la vie tumultueuse de Louise. Amitiés

Écrit par : écureuil bleu | dimanche, 16 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.