Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 avril 2011

Monulphe

Accablé de paresse et de mélancolie

Monulphe rêve dans son lit, rien ne peut le troubler

Car nulle idée ne vient traverser son esprit

Sans se soucier des guerres et des épidémies

Des risques nucléaires, du cancer, des années

Il se consacre entier à cette oisiveté

 

Monulphe trouve ce doux plaisir tellement reposant

Qu'il se sent comme flotter et, sans notion du temps

Il ne ressent plus rien, ni amour, ni haine

Sans aucun mouvement et les yeux entrouverts

Il est bien, au repos et il respire à peine

Il ne peut même plus écrire le moindre vers...

 

  (Pour le jeu des prénoms de Jill Bill bien sûr)

 

 

Commentaires

Bonjour élève Enriqueta... Voilà un personnage qui a trouvé sa vitesse de croisière ! Mais est-ce bien raisonnable ! Bref qu'il soit le bienvenu à la cour de récré, nous lui trouverons un lit pliant en classe !!! Merci à toi, j'apprécie ! Bises de m'dame JB

Écrit par : jill bill | mercredi, 06 avril 2011

Bravo!
J'aimerais être Monulphe

Écrit par : laura | mercredi, 06 avril 2011

bonjour bon je crois que je préfère encore tous les malheurs de la terre car ton monulphe on va bientot le mettre en biere
bisous

Écrit par : fransua | mercredi, 06 avril 2011

peut on ainsi rester suspendu et prétendre avoir vécu ??
enfin chacun fait ce qu'il peut et ce qui lui plaît ;-)

Écrit par : Martine | jeudi, 07 avril 2011

est ce possible...? rêver....bisou Enriqueta.

Écrit par : bergamothe | samedi, 09 avril 2011

Monulphe (bigre!!)...
je ferais ma monulphe plus tard...bisous entre deux lieux
en mode furtif pour quelques jours...

Écrit par : mamalilou | samedi, 09 avril 2011

Les commentaires sont fermés.