Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 avril 2011

Amour, ne quittons pas notre chambre

 

Chambre.jpg

 

Amour, ne quittons pas notre chambre

Ne remettons pas nos habits

J'ai toute une provision de gingembre

Il y a tant de jeux interdits!

Oublions tout de Décembre à Novembre

Et nécoutons que nos appétits...

Amour, ne quittons pas notre chambre

Restons à l'abris dans le lit

Ta peau est chaude comme l'ambre

Et ma bouche a le goût de l'inédit

Mon corps sous tes envies se cambre

Commettons donc quelques délits!

 

(Pour Mille et Une)

mercredi, 27 avril 2011

Eupraxie

Vous pouvez prendre Eupraxie pour une sotte

Qui veut dominer le monde sur ses talons

La voilà qui passe, altière comme un héron

Eupraxie s'est achetée de très belles bottes

 

Eupraxie s'est achetée de très belles bottes

Qui flattent son égo et sa vanité

Mais n'attendez pas que souvent elle les porte

Car elles lui font beaucoup trop mal aux pieds!

 

(Pour le jeu de Jil Bill)

 

lundi, 25 avril 2011

Révolution

En hommage à la lutte des peuples tunisien et égyptien...

Nouveau jeu (23/03) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et prévenez-moi en commentaire.

Ecrivez un poème ou une prose, ou faites un visuel sur le thème de la Révolution. 

Les 10 participations : Fab...Mamalilou...Rony...Laura...Jill Bill...Coralie Berhault...Auryne...Jeanne Fadosi...Coockers...

Ma participation :

Quand la misère et le désespoir résonnent

Un peuple se soulève comme le vent

Ses cris réveillent les consciences qui s'étonnent

Car brusque et violent est ce changement

Ce puissant espoir, les Grands, déboulonne

Ce tumulte n'annonce qu'un commencement

C'est parcequ'ici bas l'injustice foisonne

Qu'il y a tant d'insurgés et tant de déments

 

Elle ne promet que sang, sueur et larmes*

A tous ses partisans, Dame Révolution

Un rêve de Liberté te fait prendre les armes

A toi qui ne connaît que la sombre oppression

L'espérance carnivore** qui conduit ce vacarme

Emporte tes idéaux et toutes tes convictions

Mais rien d'autre à faire dans cette vallée de larmes

Que de suivre en criant ce chemin de Passion.

 

* Référence à la célèbre phrase de Churchill en 1940.

** Expression de Coralie Berhault

 

dimanche, 24 avril 2011

Joyeuses Pâques

Paques3.jpg

Joyeuses Pâques à tous! Que l'Amour règne sur nos vies!

Paques16.jpg

Gâteau de Cécile CC sur OB

Paques10.jpg

04:34 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (7)

samedi, 23 avril 2011

Papillon

Papillon sur mon coeur, ta main toute douceur, se pose

Arrimé à mon corps, rythme, ton souffle fort, caresse

Ta peau sur mes lèvres, le goût de la fièvre, encore!

Tenace présence, imprégnée d'absence, songe...

Ton regard embrasé, un sourire partagé, bonheur.

 

(Mes participations au jeu d'Evy)

 

 

Je ne suis qu'un papillon

Et mes journées sont comptées

Vous les humains dont la vie

Est longue comme l'infini

Vous ne pouvez pas connaître

De ma vie l'intensité.

Moi, je vais à l'essentiel

Juste en un battement d'ailes

Sans toutes vos circonvolutions

Vos guerres et vos trahisons

Car au coucher du soleil

On me coupera les ailes.

 

mercredi, 20 avril 2011

Quiriace

Quiriace aime les rues

Où il voit bien des culs

Des petits, des dodus

 

Quiriace aime les rues

Où il voit des barbus

Des poilus, des touffus

Des chevelus, des crépus

Et même quelques tondus

 

Quiriace aime les rues

Où vivent les ingénues

Mais aussi quelques grues

Voir, quelques malotrus

Ou des amants émus

 

Quiriace aime les rues

Où se trouvent les cocus

Au front si bien cornu

Qui commettent des bévues

Des fautes inaperçues

 

Quiriace aime les rues

Où il voit des statues

Aux formes biscornues

 

Quiriace aime les rues

Où déambulent des ventrus

Qui vont, d'eux-même imbus

Et nombre de disparus

Par leurs rêves déçus

 

Quiriace aime les rues

Où marchent des inconnus

Riant comme des bossus

 

Quiriace aime les rues

Où il voit des tribus

En dangereuses cohues

Etranges tohu bohu

Auquel il a toujours survécu

Vraiment? Qui l'eut cru?

lundi, 18 avril 2011

Mon coeur a emporté par mégarde

Quand "je" circule sur la toile

Cherchant le moindre échos

(...)

Monte un curieux sourire

Qui dit "où suis-je allée"

Quel chemin de traverse

Ais-je donc emprunté

(...)

Et là tout à l'instant

Tombe alors à mes pieds

Celle que je cherchais 

Sans savoir où aller

(...)

Lise/ Lilou

samedi, 16 avril 2011

Amour inter-cosmique

Mon non amour,

Si seulement une de mes larmes pouvait toucher ton coeur, tu saurais à quel point je t'ai aimé. Je t'ai donné mon coeur, tu l'as piétiné, je t'ai donné mon corps, tu l'as méprisé. Tu n'es pas digne du don que je t'ai fait. 

Tout ce temps passé ensemble, nos confidences, nos conivences, tout cela n'est rien. Tous ces rêves de vie à deux, tout l'amour que j'ai pour toi, les caresses, la tendresse, tout cela n'est rien. Tout mon chagrin qu'ici je verse et mon coeur qui de battre cesse, tout cela n'est rien...pour toi. J'ai de la peine pour toi, mon amour, mais le temps refermera la blessure et effacera ton nom.

Tu ne sauras jamais le silence et le vide, depuis que tu n'es plus là. Tous ces jours à ne plus rien attendre, toutes ces heures creuses, tous ces matins qui m'indiffèrent. J'ai fait un rêve, un homme à mes côtés, mon rêve s'est envolé, le vent l'a emporté.

Ta part en moi est toujours là, ton souvenir ne me fuit pas et pour toujours il restera, plus résistant que le papier jaunie de toutes les lettres que tu n'as pas écris. Ta part en moi est toujours là et je la garderai en moi même quand reviendra le bonheur près d'un autre qui fera battre mon coeur.

Celle que tu as oublié.

(Vu chez Amtealty, pour les croqueurs de mots.)

mercredi, 13 avril 2011

Mercienne et son sac

Dans le sac de Mercienne, il y avait des douleurs  qu'elle voulait troquer contre un médicament. Dans son coeur, il y avait des douleurs, qu'elle voulait troquer contre un amant. Dans son coeur il y avait des envies, qui devaient se substituer aux contretemps. Dans son âme, il y avait des soupirs qui devaient se substituer à ses tourments. Dans son âme, il y avait des rêves qui devenaient de plus en plus grands, des rêves de géant! Dans son corps, il y avait des désirs qui devenaient de plus en plus puissants. Dans son corps, il y avait des besoins désirant s'éloigner du néant. Dans ses rêves, il y avait des souvenirs désirant ressusciter ses élans. Dans ses rêves, il y avait des secrets la dissimulant. Dans le sac de Mercienne, il y avait des secrets qu'elle cachait à son amant.

 

(Pour le jeu de Jill Bill)

samedi, 09 avril 2011

Vacances

Je suis en vacances depuis hier soir, je pars lundi 11 en Bourgogne et je rentre le Dimanche 17 Avril.

Mon blog reste ouvert en mon absence (donc publications habituelles le mercredi et le samedi).

A bientôt!

10:26 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (7)