Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 janvier 2012

Mon grand sac

Je sorti mon cahier de mon grand sac
Posé sur le pallier près du parapluie bien plié
(Il ne pleuvait pas ce jour là)
Je ne l'ouvris pas mon petit cahier
Pour me laisser bercer par le rythme des mots
Et si par la suite je sortis mon stylo
Ce ne fut pas pour y écrire mes rêves et mes envies
Le stylo alla aussi rejoindre
Tous ces objets gisants sur le haut de ces marches


Des lunettes de soleil dans leur étui de soie
Qui ne me servaient pas à protéger mes yeux
Un grand portefeuille de cuir rouge
Contenant des photos et des lettres de toi
Lui aussi il eut droit à un regard distrait
Car ce n'etait pas lui que je cherchais
De même que le portable abandonné
Que je n'allumais pas pour joindre celui que j'aime


Non, tous ces objets ne faisaient que me gêner
Et ce moment n'etait pas vraiment leur jour de gloire
De ce grand sac, j'extrayais tous ces objets pêle-mêle
(Il me faudra quand même un beau jour le ranger)


Euréka! M'écriais-je tel un Archimède
Car ma main venait enfin de se poser
Sur les clefs de mon "home" que je ne pouvais trouver
Tant il contenait d'objets mon grand sac
Dans lequel je fis illico réintégrer
Portable, portefeuille et lunettes
Stylo, parapluie et petit cahier 


Déjà une demi-heure que j'étais à ma porte
J'allais enfin pouvoir, dans ma demeure, rentrer
Quand soudain je constatais que les clefs que je tenais
Etaient celles de mon bureau et pas de mon logis!


Je m'asseyais à nouveau sur la plus haute marche
De l'escalier qui menait à mon appartement
Et je sortis de mon sac, grand comme une valise
Un à un les objets que j'y avais jetté...


(Février 2008)


PS : Prenez le temps de lire le commentaire d'Arielle.

Commentaires

Distraction et mal-adresse de clés... Ton sac est digne de celui de Joséphine ange gardien ! Jill

Écrit par : jill bill | mercredi, 18 janvier 2012

Vide poche
(Combat interne)

J’ai perdu ma poche,
C’est cà qu’est moche !
Mon blouson a retourné sa veste,
Je suis en reste …

Où sont mes clefs
Entre ces doublures égarées ?
Comment m’y retrouver
Dans ce dédale de synthétique troué ?

Je fais un tour sur moi même,
Espérant que ce bout de tissu, pêle mêle,
Aura la même idée, me suivra !
… Quel cabot ce fichu en poil de chien !
A la perpendiculaire il s’est figé…

Je les entends mes clefs,
Elles me narguent, jouent à cache cache.
Je les sens même ! Aie.. je me suis cognée
Contre ce trousseau aux idées mal placées.
… Va falloir que je me fâche …

D’un coup sec, je le renverse ce cabotin,
Lui bloque la respiration et saute dessus.
Je l’ai cintré. Il est coincé malin …
… Avec mes clefs … C’est fichu !

Suis pas plus avancée,
La serrure crie aux abois,
Reste plus qu’à ciseler
Pour pénétrer chez moi.

J’ai ainsi évité le prix d’un serrurier,
Suis heureuse : j’ai économisé,
Retrouvé mes clefs.

Une poche trouée
M’a prise pour un fantoche,
De moi s’est jouée,
A la poubelle s’est suicidée.

Moralité
L’important n’est pas le contenant mais le contenu.
Chaque chose a sa place, chaque place a sa chose.
Il faut faire des choix en fonction des priorités, trouver la cause
Et ne pas s’attacher au superflu.

extrait de mon recueil "Nano" http://www.rezobook.com/auteurs/arielle-alby

bonne soirée..... arielle

Écrit par : arielle | mercredi, 18 janvier 2012

Belle description du contenu, les as-tu trouvé? C'est bien décrit et le récit d'Arielle aussi. J'aime.

Écrit par : Solange | mercredi, 18 janvier 2012

Je rejoins volontiers les propos de Jill bill...
Bonne fin de semaine à toi Enriqueta

Écrit par : Joëlle | jeudi, 19 janvier 2012

Je prendrais mon grand sac pour venir dédicacer mes livres le 17 mars au salon du livre de PARIS DE 14 à 16h

Écrit par : laura | vendredi, 20 janvier 2012

Un cauchemar, surtout après une longue journée ! Je souris en lisant ton texte... Bon week end.

Écrit par : elisabeth | samedi, 21 janvier 2012

eh bé, deux plaisirs pour le prix d'un, merci beaucoup
gros bisous doux par 2012... ouaip ça fait un paquet, mais quand on aime...

Écrit par : mamalilou | lundi, 23 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.