Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 mars 2012

Mon ange

Viens, viens, viens ici mon ange

Toi qui de l'amour est le fruit

Toi qui est le sel de ma vie

Cette mélodie de mon coeur

C'est tout en toi qu'elle demeure

Pleure, pleure, pleure

N'ais pas peur

Laisse couler ton chagrin

Les maux sècheront demain

Berce-toi de mon écho

De cette vie de sursauts

Calme toutes tes angoisses

Pour que le malheur se lasse

Laisse tes soucis s’en aller

Toi qui ne crains pas d’aimer

Là, là, là mon ange

Les voilà tes ennemis

Toute vérité est à ce prix

Lumineuse paix de ton âme

La victoire après le drame

Que le doute vacille en toi

Que l’espoir devienne le roi

Tu retrouves la joie de vivre

Comme un bambin qui babille

Pars, pars, pars mon ange

Explorer le vaste monde

Sur nos souvenirs se fonde

La confiance qu’ici j’écris

Ce fil qui nos deux cœurs relie

A jamais…

(Un poème que j'avais dédié à ma fille en Février 2008)
 
Par rapport à vos commentaires : ce poème ne parle pas de mort mais de la difficulté de laisser grandir son enfant et partir du domicile parentale, le fait aussi qu'on ne peut plus consoler son grand enfant (ma fille a 18 ans) comme on le faisait quand il était plus jeune, les chagrins de nos enfants grandissent avec eux.

Commentaires

Bonjour Enriqueta... Je n'ose dire un décès, je voudrais que non... si c'est cela ton écrit pour ta fille est très émouvant, les mots du coeur d'une maman que la vie a cruellement blessé... Amicales pensées de JB

Écrit par : jill bill | samedi, 03 mars 2012

Quel beau cri d'amour qui m'a profondément émue. Bises

Écrit par : Martine Eglantine | samedi, 03 mars 2012

je trouve que c'est un beau poème d'amour à son enfant, amour non possessif qui permet à l'autre de vivre, d'aller vivre sa liberté dans le vaste monde

Écrit par : lena | samedi, 03 mars 2012

Ah le coeur d'une mère...Rien de plus tendre au monde ! Merci pour ce partage.
Je t'embrasse bien fort.

Écrit par : marlou | dimanche, 04 mars 2012

c un magnifique poème dans lequel je retrouve bien le ressenti de laisser partir les enfants.
bisous

Écrit par : Reinette | dimanche, 04 mars 2012

Très beau poème...

Écrit par : Joëlle | mercredi, 07 mars 2012

Superbe poème
C'est vrai qu'au début je croyais moi aussi au départ d'un enfant vers un ailleurs incertain, mais en lisant ton explication, puis en relisant ton poème, c'est vrai on ne peux plus les aider comme avant, on devient en quelque sorte impuissant, même si on est toujours là pour offrir une épaule
Bizzz

Écrit par : Tit'Anik | mercredi, 07 mars 2012

Les commentaires sont fermés.