Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 mai 2012

Jeudi en poésie

Poi 001 (2).jpg

Ma calligraphie a été coupée : "Les larmes sont pour le coeur ce que l'eau est pour les poissons"

Gustave Flaubert

(Pour Jill Bill et les Croqueurs de mots d'OB)

mercredi, 30 mai 2012

Wallis

 

Wallis2.jpg

 

Wallis, funeste tentatrice
Honnie de tout le peuple anglais
D'Edouard, tu fis un benêt
Mais Dieu sauva Georges VI

 

Wallis.jpg

lundi, 28 mai 2012

Défi n° 82 Noms de poisson

Moi, dans la vie, je suis partout comme un poisson dans l'eau, il faut dire que je suis née sous le signe du Poisson et que je suis plate comme une limande, mais j'aime avoir de la place car je déteste être serrée comme une sardine en boîte. On peut me confier un secret, car je suis muette comme une carpe.

Enfin, j'exagère car si je me retrouvais dans un congrès de l'UMP à cottoyer tanches, thons, gueules de raies, morues, maquereaux et requins, je me sentirais comme un poisson hors de l'eau. Ils sont tellement égocentriques ceux-là, dés qu'ils ouvrent la bouche on dirait qu'ils vont avaler la mer et les poissons; et ils voudraient apprendre à nager aux poissons! Avec ces gens là, fi de la sincérité, ils sont tous moitié chair, moitié poisson et l'on ne sait, avec eux, de quelle nageoire nager. Ils sont glissants comme des anguilles! Ils trouvent normal que, dans la vie, les gros poissons mangent les petits.

Quand on me dit que la sauce fait manger le poisson, je râle, ou que la sauce vaut mieux que le poisson, je fais des yeus de merlan frit. On me dit que ça ne sert à rien de vouloir remonter le courant, que c'est impossible, mais moi, je me sens une âme de saumon.

Je pense que si l'on veut un monde meilleur, un monde d'entraide, il faut savoir tendre la perche et ne pas engueler les autres comme du poisson pourri en les traitant de con. Et comme il ne faut pas préparer la poêle avant d'avoir le poisson, je vous dit :"Allons tous aux urnes élire nos sardines qui ne se prennent pas pour des baleines et coupons les ailerons des méchants requins".

Mes ennemis disent que j'ai le QI d'une dorade mais ils sont jaloux car je suis toujours fraîche comme un gardon. J'aime jouer à colin-maillard en écoutant la truite de Schubert, j'aime les sourires, les rires, la gaîté...je ne suis pas un gros poisson, je ne suis que du menu fretin, je suis un poisson d'Avril.


Pour Jill Bill et les Croqueurs de mots d'OB.

dimanche, 27 mai 2012

Encore (2)

Pour que tu m'aimes encore
Mon âme se déhonore
Invoquant magie noire
Et pernicieux grimoires

Pour que tu m'aimes encore
Des vêpres jusqu'à l'aurore
J'accepte de m'humilier
Et de me parjurer

Pour que tu m'aimes encore
Comme un puissant centaure
Je descends aux enfers
Et je loue Lucifer

Et si cela ne suffit pas...

Pour que tu m'aimes encore
Comme Ulysse ou Hector
Je sacrifierai Troie
Son peuple et puis son roi

Pour que tu m'aimes encore
Je serai Belphegor
Je hanterai tes nuits
Et ton coeur qui s'enfuit

Pour que tu m'aimes encore
Naîtra la mandragore
Qui t'ensorcellera
Me faisant Dalila...

mardi, 22 mai 2012

Le mur

Quand mon esprit se cogne, lourd

A ses murailles maussades

Le ciel est gémissant et sourd

Aux chimériques croisades

 

Quand l’horizon, terne et couvert

De peur, encercle l’avenir

Je parcours seule mon désert

L ’espoir n’est plus que souvenir.

 

(Pour Mille et Une)

jeudi, 17 mai 2012

Jeudi en poésie : les jeux d'enfants

Les filles à la vanille

Les gars au chocolat

Ensemble ils jouent aux quilles,

Aux osselets, aux dadas

Les filles veulent jouer aux billes

Mais les garçons n'veulent pas

Alors elles partent en vrille

Et elles foncent dans le tas.

 

Dans les roses naissent les filles

Dans les choux naissent les gars

La marelle pour les filles

Ballons pour tous les gars

Ensemble ils font la ch'nille

Et ils s'amusent oui, dà!

Qui a dit que les filles

Devaient craindre les gars?

 

(Pour Jeanne Fadosi et les Croqueurs d emots d'OB)

lundi, 14 mai 2012

Défi n° 81 Enfance, enfances

Ecrire est comme un jeu d'enfant

Les mots peuvent être les méchants

Faire des caprices, être charmants

Nous échapper car trop vivants

 

Les vers sont de jeunes enfants

Chéris, perdus ou fatigants

Ils nous échappent ces sacripans

Nous font rire et pleurer souvent

 

Ecrire fait de nous des enfants

Il faut du sérieux du brillant

De l'imaginaire tant et tant

L'art est pour tout les innocents.


(Pour Jeanne Fadosi et les Croqueurs de mots d'OB)

dimanche, 13 mai 2012

Regrets

Ainsi je garde en ma mémoire...

 

Un tout petit brin de muguet

Un bouquet, dont le doux parfum

Vient soudain réveiller mon coeur

 

Un bouquet, dont le doux parfum

Une odeur qui a su te charmer

Mais en moi s'insinue la peur

 

Une odeur qui a su te charmer

Loin de moi, serein, libéré

Sans une larme ni un mot

 

Loin de moi, serein, libéré

Dans ce lieu où je ne suis pas

Mon souvenir te quitte déjà

 

Dans ce lieu où je ne suis pas

Emporte avec toi mes regrets

Et ce joli brin de muguet

 

 

jeudi, 10 mai 2012

Jeudi en poésie : Les vêtements d'enfants

Les filles à la vanille

Les gars au chocolat

En robe montrant chevilles

Elles rient devant les gars

En dentelle, en mantille

Elles ont de jolis bras

Et puis des yeux qui brillent

Rubans et chapeaux bas!

 

Dans les roses naissent les filles

Dans les choux naissent les gars

Des chemises, pas d'guenilles

Des pantalons d'papa

Elégants ils sautillent

Ils sont musclés des bras

Ils ont les yeux qui brillent

Ce sont de bons p'tits gars!

 

(Pour Jeanne Fadosi et les Croqueurs de mots d'Over Blog)

mercredi, 09 mai 2012

Saturnin

Il n'est pas anodin, quand on est argentin

De dire d'un ton badin qu'on s'appelle Saturnin

Et ce n'est pas bénin, que de lire un bouquin

Qui parle s'assassin plus ou moins cisalpin

Ce n'est pas très malin ces couples consanguins

Qui s'en vont à Pékin dans des p'tits palanquins

C'est un sacré destin, que des alexandrins

Pour le moindre "tintin", couché sur parchemin.

 

Saturnin.jpeg

Aucun rapport avec mon texte, mais voici le célèbre saturnin de mon enfance. C'était l'époque de Nounours, Babar, Aglaé et Sidonie, Fifi brin d'acier...


(Pour Jill Bill)