Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 août 2012

48!

gateau-anniversaire.jpg

C'est mon anniv! Youpi!

 

Fleurs.jpg

Ma fille m'a offert un sac à main dans ce genre là mais plus beau avec un portulan dessus (je suis prof d'hist-géo)

Sac à main.jpg

Et mon amoureux, une journée à Dieppe.

03:00 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (11)

samedi, 25 août 2012

Somebody

Somebody...

C'est la quête ultime

Somebody...

Quelqu'un à aimer...

Can anybody find me somebody to love?

Chantait Freddy Mercury

Un seul être vous manque...disait le poète

Somebody to love me

Juste quelqu'un de bien

Le coeur à portée de main *

Somebody...

Que quelqu'un me trouve une personne à aimer...

Somebody, somebody, somebody...

lundi, 20 août 2012

La légende du lac d'Enghien-les-Bains

J’arrivais à la gare d’Enghien-les-bains pour découvrir que la circulation des trains était interrompue pour cause d’accident dans la gare suivante. On annonçait une bonne heure d’attente. Je décidais de mettre ce temps à profit pour me promener autour du lac et renouer avec mes souvenirs de jeunesse. Combien de fois avais-je pu faire le tour de ce lac ? Je passais devant le casino, tout de blanc vêtu et déambulais sur la grande esplanade que j’avais arpenté de multiples fois en compagnie de mes amies Carola et Fanny à l’époque du lycée. Nous allions au lycée Gustave Monod dont le parc ombragé qui donne sur le lac nous incitait parfois à sécher les cours pour profiter du calme printanier et du chant des oiseaux. Les jours de congé nous faisions le tour du lac en nous faisant des confidences sur les garçons qui faisaient chavirer notre cœur où en refaisant le monde…Les éclats de rire fusaient et nous obligeaient parfois à nous poser en catastrophe sur un banc ou sur un rocher pour reprendre notre souffle. Nous dérangions souvent quelques pêcheurs qui nous fusillaient du regard, ce qui avait le don de nous faire davantage pouffer de rire, comme les petites filles que nous étions encore malgré nos 17 ans.

 

Pour lire la nouvelle en entier c'est ICI.

05:45 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (4)

dimanche, 19 août 2012

Vive le Cotentin!

J'étais là :

Tatihou.jpg

Ile de Tatihou

nez_de_jobourg1.jpg

Nez de Jobourg

barneville-carteret-566854.jpg

Barneville

Encore

ça vous inspire?

Alors à vous d'écrire... Et laissez-moi un commentaire pour me signaler votre participation que vous publiez sur votre blog.

(Véronique tu n'a pas laissé le lien de ton blog je ne peux donc aller répondre à ta question)

Nouveau jeu (18/04) sans limite de temps et ouvert à tous. 

(Le thème n'est pas forcément la pauvreté...le thème de ce jeu c'est plutôt "Encore"...mais vous êtes libres d'écrire ce que vous voulez.)

Les 11 participations : Laura...Moi...Laura 2 ...Jill Bill...Harmonie...Emmanuelle...Saphir-Electra...Voilier...Eglantine...Moi2...

Amtealty...

 

Les Enfoirés - Encore Un Autre Hiver par umusic

Encore un autre hiver,
un hiver ordinaire,
des familles a la ramasse,
et des soupes à la grimace.

Encore des mots sans cesse,
des serments, des promesses,
nos illusions qui s'envolent
aux vents des belles paroles

Sous notre bleu, blanc, rouge
impuissant, rien ne bouge.

Encore un horizon,
comme un mur de prison,
des prophètes et des archanges
mais jamais rien ne change

Encore toutes ces enfances,
nées du coté de pas de chance,
des parents qui démissionnent
et des écrans qui fonctionnent.

Mais qu'ils soient bleus, blancs, rouges;
les vœux, les discours, rien ne bouge,

Il était un pays qu'on citait en exemple,
qui disait droit de l'homme, égalité des chances,
un pays de bien vivre, autant que d’espérance,
Il était une fois mon beau pays de France,

Encore un autre hiver,
et si peu de colère,
les plus fragiles qui cassent,
et que veux tu qu'on y fasse.

Encore un peu d'espoir,
Moins laid de voiles noires,
Partout des femmes et des hommes,
qui s’élèvent et qui donnent.

Encore une chanson
qui dit simplement non,
des notes qui lèvent encore,
des Restos contre le sort.

Et des gens qui bougent encore.
Et des gens qui rêvent encore.
Pour inverser les sort
Et pour y croire encore
Il en faudra encore

(x3) Et nous on chante encore
Et de plus en plus fort

Encore, Encore, Encore...


[ Ces sont Encore Un Autre Hiver Paroles sur http://www.parolesmania.com/ ]

samedi, 04 août 2012

Vacances

Lapins3.jpg

Mon blog est en vacances du 5 au 20 Août.

Je vous laisse en compagnie de mes lapins crétins...

Lapin5.jpg

Philibert vous recommande ma rubrique "Poèmes de vie"

Lapin4.jpg

Ernestine vous recommande ma rubrique "Poèmes d'amour heureux"

Lapins 7.jpg

Et Tintin vous recommande ma rubrique "Calligraphie"

 

Bonne lecture!

07:14 Publié dans Vous dire | Lien permanent | Commentaires (5)

jeudi, 02 août 2012

Espèce de ...prof! (5)

5e et dernier extrait de ma nouvelle

"Le directeur nous exorte à continuer nos efforts pour désamorcer coûte que coûte toute tentative d'acte violent. Jusqu'à présent, aucun enseignant n'a été tué et il n'y a eu que trois blessés ayant séjourné à l'hôpital cette année. Tous les trois avaient été blessés par des élèves. L'année dernière Mme Dayan, un professeur de maths "vieille école" avait été poignardée par un parent. Ce professeur venait d'arriver dans notre établissement, elle avait été transférée d'un établissement élitiste de province et n'avait pas su s'adapter à notre public. Quelques enseignants font la grimace en réaction aux propos du directeur. Moi, ça fait bien longtemps que tout cela me parait normal. Ce n'est qu'une question d'habitude finalement. On se fait à tout. On nous annonce aussi que les journées pédagogiques de fin d'année porteront sur le thème : "le parler politiquement correct avec les parents, comment désamorcer les conflits dans les relations parents-professeurs de façon à éviter les plaintes et les procès". On nous donne le planning du 3e trimestre avec les dates de conseils, de réunions et d'épreuves du bac et du brevet. Le directeur nous rappelle que nous devons à l'Etat 48 heures de travail gratuit pour la solidarité. Mais comme cela fait des décennies qu'on est solidaire, je ne saurais même plus dire avec qui ou quoi nous le sommes. L'a-t-on seulement su à un moment?

A 14h30 je descends pour donner mon 4e cours de la journée. Je me sens fatiguée et pourtant il faut encore que je m'active. Plus je suis fatiguée et plus je m'énerve. Je m'agite, je crie, parfois plus fort que les élèves, je gueule et je me casse la voix. La récréation sonne comme un cessez-le-feu. Je retrouve mes collègues en salle des professeurs, on se met à parler du boulot, de nos petits tracas quotidiens, de nos heures supplémentaires qu'on ne récupérera jamais et qui, mises bout-à-bout, feront bientôt des années. On est tous très fatigués le Vendredi après-midi, on attend avec impatience la fin de la journée, la fin de la semaine, les vacances de printemps (dans une semaine) et surtout les grandes vacances. Quelques uns les attendent avec autant d'impatience que les marins de Christophe Colomb espérant les côtes "indiennes"."

 

 

(Pour lire la nouvelle en entier c'est ici...)

 

 

 

08:58 Publié dans Nouvelle | Lien permanent | Commentaires (3)