Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 août 2013

En attendant mon retour...

DSCN8848.JPG

DSCN8849.JPG

DSCN8850.JPG

 

Photos prises à Granville

 

C'est mon anniversaire aujourd'hui, j'ai 49 ans!

samedi, 24 août 2013

La solitude

La solitude est l'amie de tous les poètes

C'est de l'isolement que naissent les plus beaux vers

La plume songe à l'ombre ou encore au soleil

Elle rêve sous la pluie, sous le vent insolent

Dans les lieux que l'on aime, elle se recueille souvent

Loin de ceux qui ne comptent que sur leur argent

Qui font du shopping, qui bavardent bruyament

 

Le poète a besoin de ce délaissement

Loin des cris de la vie, loin de la multitude

La plume invente un monde grâce à cet abandon

Elle imagine des contes, des romans truculents

Des dragons, des héros et des contrées nouvelles

Elle mûrit les projets les plus audacieux

Et sauve l'humanité de son destin chagrin

 

(Pour Rolky)

lundi, 19 août 2013

Silhouettes

Vers quel Au-delà s'ouvre l'ultime porte?

Le néant, le divin ou le paranormal?

Nous ne sommes que silhouettes sur le ciel de la vie

Et nous nous succédons de père en fille, de mère en fils

Enfin, furtivement, il nous faut disparaître

Nous ne sommes qu'éphémères ombres chinoises

Que reste-t-il de nous quand le vent nous emporte?

Quelques poussières d'amour qui illuminent la nuit

 

(Pour Mille et Une)

mercredi, 14 août 2013

Caractère de cochon

Elle s'appelait Cindy, c'était une cochonne d'inde, elle avait du caractère, enfin, elle avait un caractère de cochon, certains jours, ces jours là on l'appelait Mme Chombier, quand elle restait tapie dans sa maion en bois, ne faisant dépasser que sa petite tête renfrognée, genre concierge espionnant les allées et venues d'un immeuble.

Le reste du temps elle nous menait "à la baguette", nous appelant par des cris plus ou moins stridents, du petit "pouit" à la sirène de pompier. Elle n'aimait pas le coulis de fraise mais les salades : la romaine, la feuille de chêne rouge et la sucrine étaient ses préférées. Elle mangeait aussi des endives, des tomates, des carottes, des pommes, des bananes, des brugnons...

Parfois, pour s'amuser, on lui proposait quelque chose de nouveau ("quelque chose de nouveau, de joli et de beau"), qu'elle refusait en nous jetant un oeil noir de reproches, ce qui nous faisait rire; alors elle courait dans sa maison pour y bouder une heure ou deux.

Elle ne grignotait pas des bâtons de pèlerin mais des gâteaux bâtons au topinambour (elle avait du connaître la guerre dans une autre vie) et du foin de Crau, uniquement du foin de Crau ("Ma chère, vous avez des goûts de luxe!") et des "bonbons" à la luzerne. Nous étions bons clients à Animalis, avec un budget Cindy équivalent au PIB du Luxembourg.

Nous ne lui passions pas la brosse à reluire mais nous lui coupions les poils régulièrement car elle était tombée dans la potion magique du druide Panoramix (celle qui fait pousser les cheveux des légionnaires dans une BD d'Astérix). Nous lui faisions prendre des bains quand elle était trop sale (ce n'était pas un serpent de mer mais ça lui faisait du bien) et nous lui coupions, non sans mal, ses griffes.

Pour nous remercier de tous ces soins elle...ne faisait rien...une princesse n'a pas à remercier ses domestiques/esclaves qui lui sont naturellement dévoués corps et âmes.

Pour se faire entendre elle n'avait pas besoin de jouer du coup de poing, un regard suffisait à nous faire comprendre qu'elle voulait des graines, quand elle nous attendait les deux pattes sur le rebord de sa coupelle. Elle ne mangeait pas toutes ses graines, non, elle les triait, façon Cendrillon, sans qu'on n'ait jamais pu savoir lesquelles elle préférait.

Une méchante tumeur a commis un crime de sang et nous a volé notre native des Andes. Elle est partie pour le Paradis des cochons d'inde, un potager céleste, et nous a laissé mille et un souvenirs et une goutte de pluie sur la joue.

(Pour Mille et Une)