Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 avril 2015

Défi n° 142 srevne'l à ednom nU

Il était une fois une étrange atmosphère

Des gens à la dérive, dénués de repères

Des écoles où se cachent de dangereux pervers

 

Il était une fois un monde d’absurdité

Un monde où l’on n’a plus le droit de dessiner

De rire, de chahuter ni même de penser

 

Il était une fois un monde de démence

Aux médiocres idées, où règne l’intolérance

Où les médias font fi de la moindre décence

 

Il était une fois un monde d’agitation

Un monde où les avions tombent en dépression

Où les petits césar fleurissent comme légion

 

Il était une fois un monde de fléau

Un monde où les musées deviennent des tombeaux

Où la bêtise humaine assassine le beau

 

C’est un monde à l’envers que tu nous décris là

 

Non, c’est la Une d’un journal que je vous ai lu là.

 

(Pour Lénaïg et les Croqueurs de mots)

Commentaires

Ce monde que nous connaissons tous et pas à l'abri d'y laisser sa peau bêtement.... merci aussi, jill

Écrit par : jill bill | lundi, 06 avril 2015

Bonjour Enriqueta et bravo. Ces mots très beaux pour souligner ... qu'on y est déjà, j'aurais voulu les écrire. Repose bien ton épaule, merci beaucoup, bisous.

Écrit par : Lenaïg | lundi, 06 avril 2015

Oui un monde à l'envers ou plutôt devenu fou. J'ai aimé. La une des journaux peut être mais quand on pense que ces même médias qui n'arrêtent pas de parler des attentats de Paris, des trésors architecturaux détruits ne parlent presque pas des 145 morts au Kenya. C'est inadmissible. Est ce que la vie d'un Kenyan pour eux moins de prix qu'une œuvre d'art, d'un dessinateur, d'un policier ou de juifs. Oui décidément ce monde est à l'envers. Belle semaine.

Écrit par : Martine85 | lundi, 06 avril 2015

Exactement ce qu'il fallait dire !
Oui.. nous vivons une époque à l'envers et ton poème en est la triste réalité !
C'est parfait.. Bravo !
Je te souhaite une belle journée

Écrit par : M'mamzelle Jeanne | lundi, 06 avril 2015

Ah vraiment bravo Enriqueta !
c'est magnifique et si actuel !
très bien exprimé....
lA PHOTO d'un monde à l'envers ne m'avait pas du tout inspirée, mais tu as su direct l'utiliser pour dénoncer notre monde qui ne tourne vraiment pas rond !
Merci
Bisous

Écrit par : luciole 83 | lundi, 06 avril 2015

il faut bien reconnaître que le monde devient fou

Écrit par : flipperine | lundi, 06 avril 2015

mots au rappel d'une trop grande et triste réalité!

Écrit par : bergamothe | mardi, 07 avril 2015

triste réalité ...et l'expression "marcher sur la tête" a là tout son sens !

Écrit par : Eglantine | mardi, 07 avril 2015

le monde à l'envers... c'est hélas notre oeuvre à force de se vautrer dans la facilité au lieu de suivre son chemin en montant... nous avons le monde que nous méritons

Écrit par : Josette | mardi, 07 avril 2015

Superbe peinture de notre monde actuel qui, je suis tout à fait de ton avis, est déjà 'un monde à l'envers'! j'aurai aimé partir sur cette piste mais je n'en avais pas le temps, c'est pourquoi je me suis contentée de proposer un ancien texte en accord avec le thème (Reflets) ... et je ne vais pas non plus traiter ce sujet là pour jeudi: tu l'as tellement bien fait que je ne pourrais pas t'égaler!
Belle a-midi; bises; Simone

Écrit par : Simone L.V. | mardi, 07 avril 2015

Un monde à l'envers et un monde de fous!
Tout est dit dans ton texte.
Bon repos.

Écrit par : fanfan2B | mardi, 07 avril 2015

Superbe Enriqueta, ton poème en dit long sur ce monde devenu si étrange, mais comme tu le soulignes , les médias ont leur part de folie, on dirait que ça les arrange !!!
Merci pour ce partage percutant.
Bisous.
Domi.

Écrit par : dimdamdom59 | jeudi, 09 avril 2015

Ton message à l'envers est percutant. Bravo Enriqueta !

Écrit par : écureuil bleu | samedi, 11 avril 2015

J'ai vraiment apprécié ce condensé bien transcrit d'une triste réalité, merci Enriqueta.
Où avons-nous failli ? Il y aurait de multiples thèses à avancer où reviendraient souvent le manque de repères, le manque d'éducation, le désœuvrement, les tentations des multiples miroirs aux alouettes, etc...

Écrit par : Marie de Cabardouche | lundi, 13 avril 2015

Les commentaires sont fermés.