Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 avril 2017

Les mots offerts (en-tête)

      

 calligraphie

                                                                  (h

ttp://marcmetzmoselle.eklablog.com)/

 

 

calligraphie

 

 

------------------------------------------------

calligraphie 

Je suis obligée d'admettre que je n'ai plus ni le temps ni l'énergie ni la santé pour bloguer régulièrement. Je viendrai quand même de temps en temps vous lire et publier (principalement pendant les vacances scolaires). J'adresse toutes mes pensées amicales à mes contacts, à celles et ceux qui passent encore de temps en temps par ici. Je ne vous oublie pas.

calligraphie

  Vive le printemps!

06:45 | Lien permanent | Tags : calligraphie

mercredi, 19 avril 2017

Anouch et Bonaventure

IMG_2833.JPG

Anouch, en apercevant à l'horizon, un navire aux allures militaires, se prend pour une garde de naguère, et rêve de ressusciter les vieux canons qui protégeaient Le Tréport de la perfide Albion. Le Brexit leur montant à la tête, et Thérésa May étant si bête que les Anglais pourraient à nouveau débarquer, mettre le feu, raser, piller comme au cours des siècles passés.

IMG_2832.JPG

Mais, fort heureusement, son complice Bonaventure, qui est connu pour sa droiture, préfère dégainer son appareil photo, dont le zoom performant le rassure durablement.

IMG_2827.JPG

"C'était donc la marine nationale!" dirent Anouch et Bonaventure en éclatant de rire. Quelle drôle d'aventure!

 

(Pour Jill Bill)

 

lundi, 17 avril 2017

Défi n°184 Les débuts et fins

"La fin du début ou le début de la fin"

Alors qu'il s'avance d'un pas décidé dans le couloir de la station Les Sablons à Neuilly, Vincent entend le métro s'approcher. Il monte dans un wagon et prend le temps de s'installer confortablement étant donné qu'il a un long parcours devant lui et qu'il dispose de beaucoup de place. En effet, il y a très peu de voyageurs à cette heure tardive. "Je vais en profiter pour faire mon choix" se dit-il en sortant de sa sacoche tous les livrets de chaque candidat. "Je ne sais pas trop par où commencer" se dit-il. Puis il s'empare du programme de MLP et le feuillette rapidement avant de le jeter sur le siège devant lui. "Je n'ai jamais été un homme violent" se dit-il "mais les nationalistes d'extrême droite ont le don de m'énerver et de réveiller mes plus bas instincts. Comment une telle personne peut-elle être autorisée à se présenter? Comment des êtres humains responsables peuvent-ils vouloir voter pour elle? Ils ont peur déjà, le désordre vient si vite et ces gens se servent de leurs peurs en leur faisant croire qu'ils vont rétablir l'ordre". Interrompant son monologue intérieur, il se plonge dans la lecture des autres livrets et décortique chaque programme. "Ouf! C'est fini!" constate-t-il enfin alors qu'il arrive à la station "Bastille". "Mais que choisir?Beaucoup de programmes sont très intéressants sur le papier, mais qu'en sera-t-il dans la réalité? Les promesses seront-elles tenues?". Aucun d'entre eux ne l'avait vraiment convaincu de sa sincérité et de ses compétences. Comme à chaque élection la situation manque cruellement d'excitation et Vincent se dit qu'il va encore devoir voter "contre", comme d'habitude. Barrer la route des extrémistes et miser sur celui qui a le plus de chance d'être élu d'après les sondages, voilà ses tristes objectifs. "Bon, c'est parti" se dit-il en rangeant les livrets dans sa sacoche et en descendant à la station "Nation". Il commence à pleuvoir alors qu'il sort du métro et c'est en courant qu'il franchit les quelques mètres qui le sépare de son appartement situé au dernier étage d'un immeuble boulevard Voltaire . Au moment où il entre chez lui la sonorité métallique du téléphone brise l'écho obstiné mais monotone de la pluie qui tambourine sur le toit.

C'est sa compagne Louise qui prend de ses nouvelles et ils évoquent leur embarras à choisir pour les prochaines élections. "Je peux attendre aussi longtemps qu'il le faudra" lui dit-il mais dans quelques jours il faudra bien que je fasse un choix. "Tu sais, cela peut arriver à n'importe qui de douter" lui dit-elle, nous ne sommes pas les seuls à être peu enthousiastes". "Oui, mais avant je l'étais, je votais "pour" et je n'avais pas besoin de regarder les sondages et de faire des choix stratégiques pour empêcher un monstre ou un escroc d'arriver au pouvoir". "Alors, finalement tu as choisi? Qu'est-ce que t'as fait?" dit Louise. "Oui. Et tu vois c'est comme si...Comment dire?...J'ai vieilli" répond Vincent. Et ils continuèrent ainsi à discuter, pour se convaincre que leur choix était bon et pour se remonter le moral. Tous le monde sait que les sondages peuvent se tromper, il faut y croire et voter, "rira bien qui rira le dernier". Louise disait :"Tu sais, même si l'escroc était élu, même si le monstre était élu, un président n'a pas tous les pouvoirs, le Parlement pourrait l'empêcher de commettre le pire comme le congrès américain a fait barrage à Donald Trump pour sauver l'"Obamacare"... La vie, vois-tu, ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit." Et ils évoquaient tout ceux qui s'étaient fait élire sur de belles promesses qu'ils n'avaient jamais réalisé. "Quels gredins que ces "honnêtes" gens" pensait-elle pendant cette longue liste de désillusions politiques. Cela leur faisait chaud au coeur d'être sur la même longueur d'ondes et de savoir que, quoi qu'il arrive, ils iraient voter main dans la main. Car c'est la suite de l'histoire qui leur importait. Et ils étaient d'accord pour l'écrire ensemble.Cette fin vous dérange ami lecteur? Allez-y voir vous même si vous ne voulez pas me croire.

PS : Comme j'avais du mal à choisir, j'ai utilisé tous les débuts possibles et toutes les fins possibles, avec un petit problème de changement de temps grammatical qui m'a obligé à "jongler" bizarrement du présent au passé.

                         (Pour Martine et les croqueurs de mots)

dimanche, 02 avril 2017

Près d'un lac

Un matin ou peut-être une nuit

Près d'un lac, elle s'était endormie

Elle chantait les ombres et la lumière

D'une voix emprunte de mystère

Dans la brume je vis la dame en noir

Je sentis renaître mon espoir

Un beau jour ou peut-être une nuit

Près d'un lac où affleurait la vie

Souvenir d'un chant indélébile

D'une passion à la silhouette fragile

 

(Pour Ecureuil bleu)