Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 octobre 2011

Les médias, version négative

Les médias, c'est que du blabla

La radio, c'est que dans l'auto

Les journaux, c'est pas que du beau

Le cinéma, les Yankies sont les rois

L'internet n'est pas toujours très net

Les médias, moi, j'aime pas ça!

 

(Les médias, version schtroumpf grognon, pour

les Jeudis en poésie des croqueurs de mots)

lundi, 03 octobre 2011

C'est la crise!

Ils me mettent les nerfs en pelote,

Je craque, ils me donnent des boutons

Elles ne font plus rire leurs bourdes et leurs perles

Ce qu'ils disent est un tissu de mensonge

Leurs discours sont cousus de fil blanc

Ils ont joué notre avenir à coup de dé

Et à cause d'eux, aujourd'hui, la vie, c'est coton!

Le bonheur n'est plus qu'une aiguille dans une botte de foin

A cause de tous ces salopards de grands patrons.

 

Ma participation au défi n° 65

Les croqueurs de mots

jeudi, 29 septembre 2011

Je pars...

 

 Nouveau jeu (01/09) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et prévenez-moi en commentaire.

Ecrivez un poème ou une prose, ou faites un visuel sur le thème du départ...contenu dans la chanson de Nicolas Peyrac "Je pars" ou dans celle d'Anggun "Je partirai" ou dans celle de Julien Clerc "Partir".

Qui n'a jamais rêvé de tout larguer et de partir du jour au lendemain?

Vous pouvez vous servir de certaines phrases de ces chansons (mais vous n'êtes pas obligés) :

* Je pars...je partirai (ou tu pars...)

* Je tire un trait, je ferme la valise...

* Cette fois-ci je mets les voiles...

* Voyage au long cours...

* Des allers-retours... 

____________________________________________________________________________________

Les 15 participations : Coockers...Aile...Solange...Laura...Coockers2...Moi...Lomi Lomi...Malika...Jill Bill...Charlie...Coockers3...Coockers4...Moi 2 ... Léna...Moi 3...

__________________________________________________________
Nicolas Peyrac - Je pars par peter95000

Je pars Le vol de nuit s'en va Destination Bahia Buenos Aires ou Cuba
Je pars Prends soin de l'Opéra De la rue des Lilas
Dis-leur que cette fois Je pars

Je tire un trait je ferme la valise
Destination Zagreb via Venise
Je souffle la bougie Je me dessine une folie
Les doigts croisés sur l'infini Je dis salut
Et peut-être qu'un jour Je serais de retour
Qui peut me dire comment L'exil vient aux errants ?

Je t'aimais bien, je garde ta tendresse
Elle me tiendra chaud le temps qu'il me reste
J'ai la gueule trop pâle Qui rêve de lune et d'étoiles
Cette fois-ci je mets les voiles Je dis : "Bon vent"
Et peut-être à demain N'oubliez pas frangin
Je change de chemin Je change de beau temps

_______________________________________________________


Anggun - Je Partirai (Clip Officiel) par Warner-Music

Des larmes de sel Voyage au long cours

L'amour et la mer L'écume de nos jours

Nos années lumières Parties en poussières

Des allers-retours Autour de la terre

Je partirai Revisiter

Je partirai Ne rien garder

Que le meilleur De nos deux coeurs

Je partirai Toucher le soleil

Quitter la fortune Tomber et puis renaître

Descendre de la lune Amour éphémère

Eternel retour De nom des légères

Avant les beaux jours Je partirai

Comme un secret Me releverai (...) 


CLIP JULIEN CLERC PARTIR LIVE TV CHANSON... par kirivalse

samedi, 20 août 2011

"Les macaques prennent une leçon"

                                            Les macaques sans arrêt se plaignaient!

Ils se plaignaient le Lundi et le Mardi : 
"De libertés nous sommes privés!" 
Ils se plaignaient le Mercredi et le Jeudi : 
"De devoirs nous sommes accablés!" 
Ils se plaignaient le Vendredi et le Samedi: 
"De droits nous sommes spoliés!" 
Les macaques sans arrêt se plaignaient! 
Leur grand singe de maître 
De les sermoner en eut assez! 
Et prit congé sans reparaître! 
Il fût aussitôt remplacé  
Par une grande guenon enragée. 
Un petit singe dit alors : 
"Je n'aime pas travailler" 
Il fût aussitôt fustigé. 
Il en pleure encore! 
Un petit singe étourdi 
Ne savait réciter sa poésie 
Cela le faisait bien rire 
La grande guenon le fit frire! 
Les macaques alors dans leurs pensées 
Sans même oser le chuchoter 
Comprirent qu'ils devaient se museler 
"C'est la liberté d'expression 
Que nous regrettons!"

                                                     "Notre ancien maître jamais

Nous n'aurions du critiquer! 
Nous avons méprisé ce qu'il nous donnait 
Et d'un enfer nous avons hérité!"

 

                                                     Il ne faut jamais mépriser 

Notre présente possession 
De peur qu'elle ne soit remplacée 
Par une abomination!

 

 

(Pour le jeu d'Ecureuil bleu, une fable écrite pour des élèves il y a de nombreuses années)

vendredi, 19 août 2011

L'horloge tourne

Nouveau jeu (11/05) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et pré&venez-moi en commentaire.

Ecrivez un poème ou une prose, ou faites un visuel sur les thèmes du temps qui passe, du bilan, de la vie...contenus dans la chanson de Miro "L'horloge tourne".

Vous pouvez vous servir de certaines phrases de la chanson (mais vous n'êtes pas obligés) :

* L'horloge tourne...

* Un tsunami a tout emporté...

* Je rêve d'accélérer, de remonter, d'arrêter le temps...

Les  17 participations :

Claudie B. ... Jill Bill ...Coockers...Jeanne Fadosi...Coockers2...Graphène...Coockers 3...Lomi Lomi...Harmonie 37...Moi 2... 

Béa Kimcat... Laura...Saphir Electra...Annette...Lena...Mairym...

  Ma participation :

Si l'horloge du temps ne sonne plus les heures

C'est parce que trop d'amour a fait vibrer mon coeur

Il y eut ces secondes où, le coeur en tambour

S'accélère et s'emballe au rythme de l'amour

Il y eut ces minutes de bonheur et de fête

De danse et de chanson au rythme des guinguettes

Si l'horloge du temps ne sonne plus les heures

C'est parce que trop d'amour a fait vibrer mon coeur

Il y eut tous ces jours où l'amitié sincère

Aidait à supporter les chagrins, les galères

Il y eut ces semaines de vacances en famille

Au soleil, à la mer, au pays des mantilles

Si l'horloge du temps ne sonne plus les heures

C'est parce que trop d'amour a fait vibrer mon coeur

Il y eut tous ces mois de travail passionné

Avec tous ces ados feignants ou révoltés

Il y eut ces années où l'amour d'un enfant

Eclairait les ténèbres sans espoir, sans galant

Si l'horloge du temps ne sonne plus les heures

C'est parce que trop d'amour a fait vibrer mon coeur

 

"C'est parceque trop d'amour a fait vibrer mon coeur" est une phrase de Solange. 

 


OFF SESSION - Mickael Miro: "Lhorloge tourne" par Off

samedi, 16 juillet 2011

La beauté

La beauté que je préfère est toute intérieure

C'est le verbe et l'humour qui vont me faire craquer

La générosité et la bonté de l'âme

Et les visages peu lisses des hommes préoccupés

Qui sont tombés un jour et se sont relevé

Toute beauté superficielle me laisse de marbre

Les jeunes aux pectoraux musclés ne me font pas vibrer

C'est la beauté des laids qui me fait chavirer

Un rire qui croque la vie, un sourire malicieux

Voilà la seule beauté qui peut tout emporter.

 

(Pour le jeu d'Evy)

lundi, 30 mai 2011

Le pilleur de frigo

Un soir d'orage ,où le bruit du tonnerre se mêlait à un plastiquage  ,près  de la maison de Dumè , j'entendis mon frigo étrangement ronronner. J'entrais alors dans la cuisine pour y découvrir que la porte du réfrigérateur était restée ouverte. Je trouvais cela étrange car j'étais seule dans la maison et j'étais sûre de l'avoir refermé à ma dernière visite. J'allais pousser la porte quand je vis qu'il y avait une chaussure à l'intérieur, une chaussure d'homme, marron de taille 44, alors que mon compagnon fait une taille 39 et qu'il ne porte jamais de chaussure de ville, uniquement des baskets. Je n'eus pas le temps d'éclaircir ce mystère car le téléphone se mit à sonner. L'appel provenait de la voisine de mes grands-parents qui m'informait qu'elle avait trouvé mon grand-père couché dans l'entrée mais en bonne santé (en tout cas physique) et que ma grand-mère avait quitté définitivement la maison avec le jardinier, de 20 ans son cadet (sacrée mamie !). Le grand-père allait bien mais il avait décidé de faire tout ce que sa femme l'empêchait de faire d'habitude et en revenant d'une virée-beuverie avec ses amis, il s'était couché dans l'entrée. Après avoir raccroché je montais dans ma chambre ranger la chaussure et découvris alors un parapluie dans mon lit, un grand parapluie vert avec un pommeau en tête de canard, il ressemblait étrangement au parapluie que j'avais dans ma jeunesse. Je redescendis dans la cuisine pour me servir un verre de vin mais la bouteille avait été renversée sur la table, je cherchais une casserole pour essuyer mais je n'en trouvais aucune, puis je finis par réaliser que c'était impossible d'essuyer avec une casserole et qu'une éponge ou un sopalin ferait davantage l'affaire. Il me fallu alors reconnaître que mon rendez-vous avec Blanchard, Lundi prochain me perturbait beaucoup. J'en perdais la boule à cause de ce "petit caporal" de bazarre qui venait de prendre la direction de mon lycée.

C'est pour cela que je n'arrêtais pas de trouver des objets insolites dans des lieux où ils n'avaient rien à faire, que je confondais tout et que je ne comprenais même plus une simple conversation téléphonique. Le téléphone sonna de nouveau, c'était les voisins qui me rapellaient car ils craignaient que je n'ai pas bien compris leur précédent message à cause de la ligne qui était mauvaise en ce jour d'orage. Ils voulaient simplement m'informer que mon chat s'était réfugié chez eux. "Ah! Le saligot!" m'écriais-je, c'est donc lui qui a encore ouvert le frigo!

 

Ma participation au jeu de fanfan (défi n°56).





jeudi, 05 mai 2011

Mille et Une

Je vous invite à lire ma participation au dernier jeu de Mille et Une si vous voulez savoir pourquoi j'ai fait pleurer Georges Clooney.

 

Clooney2.jpg


Un indice...

 

caruso1.jpg

lundi, 25 avril 2011

Révolution

En hommage à la lutte des peuples tunisien et égyptien...

Nouveau jeu (23/03) sans limite de temps et ouvert à tous.

Publiez votre participation sur votre blog et prévenez-moi en commentaire.

Ecrivez un poème ou une prose, ou faites un visuel sur le thème de la Révolution. 

Les 10 participations : Fab...Mamalilou...Rony...Laura...Jill Bill...Coralie Berhault...Auryne...Jeanne Fadosi...Coockers...

Ma participation :

Quand la misère et le désespoir résonnent

Un peuple se soulève comme le vent

Ses cris réveillent les consciences qui s'étonnent

Car brusque et violent est ce changement

Ce puissant espoir, les Grands, déboulonne

Ce tumulte n'annonce qu'un commencement

C'est parcequ'ici bas l'injustice foisonne

Qu'il y a tant d'insurgés et tant de déments

 

Elle ne promet que sang, sueur et larmes*

A tous ses partisans, Dame Révolution

Un rêve de Liberté te fait prendre les armes

A toi qui ne connaît que la sombre oppression

L'espérance carnivore** qui conduit ce vacarme

Emporte tes idéaux et toutes tes convictions

Mais rien d'autre à faire dans cette vallée de larmes

Que de suivre en criant ce chemin de Passion.

 

* Référence à la célèbre phrase de Churchill en 1940.

** Expression de Coralie Berhault

 

mercredi, 13 avril 2011

Mercienne et son sac

Dans le sac de Mercienne, il y avait des douleurs  qu'elle voulait troquer contre un médicament. Dans son coeur, il y avait des douleurs, qu'elle voulait troquer contre un amant. Dans son coeur il y avait des envies, qui devaient se substituer aux contretemps. Dans son âme, il y avait des soupirs qui devaient se substituer à ses tourments. Dans son âme, il y avait des rêves qui devenaient de plus en plus grands, des rêves de géant! Dans son corps, il y avait des désirs qui devenaient de plus en plus puissants. Dans son corps, il y avait des besoins désirant s'éloigner du néant. Dans ses rêves, il y avait des souvenirs désirant ressusciter ses élans. Dans ses rêves, il y avait des secrets la dissimulant. Dans le sac de Mercienne, il y avait des secrets qu'elle cachait à son amant.

 

(Pour le jeu de Jill Bill)