Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 11 avril 2015

La photo de la semaine

DSCN7297.JPG

Madame la Terre (exposition La Villette)

(Pour Amartia)

DSCN7293.JPG

samedi, 04 avril 2015

La photo de la semaine

DSCN7342.JPG

Oies citadines et leurs copines

 

Photo.gif

 

(Pour Amartia)

DSCN7406.JPG

 

DSCN7415.JPG

DSCN7422.JPG

DSCN7389.JPG

DSCN7349.JPG

samedi, 28 mars 2015

La photo de la semaine

 

DSCN7256.JPG

Exposition de La Villette sur les transports

 

Photo.gif

 

(Pour Amartia)

samedi, 21 mars 2015

La photo de la semaine

 

DSCN7350.JPG

Mouettes citadines en rang d'oignon

DSCN7351.JPG

(Pour Amartia)

DSCN7354.JPG

Photo.gif

 

samedi, 14 mars 2015

La photo de la semaine

 

DSCN7238.JPG

La Forêt de Verrières est une forêt domaniale d'environ 550 ha située en Essonne et dans les Hauts de Seine en Ile de France. Elle est peuplée de chênes, châtaigniers, frênes, charmes, bouleaux, pins sylvestres, chênes rouges d'Amérique et pins noirs.

 

Photo.gif

 

(Pour Amartia)

 DSCN7239.JPG

Les arbres de la forêt : en octobre 2013 (1) - octobre 2013 (2) - octobre 2013 (3)- en novembre 2013 -  en décembre 2013 - en février 2014

On y trouve des lapins de garenne, des noctules communes, des fouines, des renards roux, des belettes, des mulots sylvestres, des campagnols des champs, des musaraignes musettes, des taupes, des hérissons, des écureuils roux et des chevreuils. (De tous ces animaux, en un an et demi, je n'ai vu que deux écureuils et mon compagnon un chevreuil).

Près d’une vingtaine de sites préhistoriques y ont été identifiés, essentiellement à l’est du Bois.

Les deux routes principales qui la traversent du Sud au Nord et de l'Est à l'Ouest, ont été percées en 1630 sur ordre de Louis XIII qui aimait y chasser, comme son père, Henri IV. Louis XIV y ajouta d’autres allées pour faciliter les déplacements et la chasse. 

On y trouve un poney-club et une piste de BMX. Les promeneurs en famille, les coureurs et les pratiquants du VTT sont nombreux. On relève parfois les traces de parties de paintball sauvage. Il paraît que ce serait aussi un "lieu de rencontre entre adultes"...Mais je n'y ais jamais rien vu de bizarre à part quelques voitures anciennes

 

DSCN9411.JPG

 

et la Créature

Le réduit de Verrières, point central de commandement des cinq batteries du Bois (construites en 1875 pour défendre Paris), a été réhabilité. Il est occupé actuellement par le service d’aéronomie du CNRS : étude de processus physico-chimiques et dynamiques de l’atmosphère par observation au sol ou par instrumentation embarquée.

 

DSCN6487.JPG

 (J'ai visité une de ces batteries en septembre 2014 aux journées du patrimoine, cette batterie est la seule visitable, elle est gérée par une association et restaurée grâce à des chantiers de bénévoles, jeunes en réinsertion)

 

La forêt est traversée par les sentiers de grande randonnée GR 11 et GR 655.

Plusieurs allées convergent au carrefour de l'obélisque. Louis XIV fit dresser au centre du carrefour un obélisque en pierre de taille brisé à la Révolution. Les pierres déposées « en cercle » sur le rond-point central seraient issues de la base de ce monument.

 

DSCN1114.JPG

(Le carrefour en Juin 2014, lieu de pause privilégiée des randonnaurs avec une table et des bancs en pierre, ailleurs il y a plusieurs tables et bancs en bois bien abimés )

Les Trois Mares sont alimentées régulièrement par les eaux de ruissellement, elles abritent une faune naturelle riche en invertébrés et en leurs prédateurs : grenouilles, crapauds, tritons. Elles constituent l’un des lieux des plus agréables et des plus visités de la forêt. Malheureusement, l’irréflexion de certains visiteurs a conduit à l’introduction dans ces eaux de divers poissons et tortues de Floride, modifiant profondément le biotope, et entraînant un déséquilibre de l’écosystème de la vie invertébrée et des plantes aquatiques.

 

DSCN9354.JPG

 (Une mare en octobre 2013)

 Le 1er juillet 1815, le général Exelmans y battit les troupes de la Septième Coalition pour Napoléon Ier dans une plaine subsistant d'une partie du bois rasé. 

Les champignons de la forêt : en décembre 2014 - en novembre 2014 (2) - novembre 2014 (1) -

Cette forêt serait en danger et très mal gérée par l'ONF d'après :

Les amis du bois de Verrières

 J'ai pu constater qu'elle était mal entretenue, panneau indiquant le nom des chemins cassés et jamais réparés, lieux de pique-nique abîmés non réparés...

 J'espère que cette forêt ne va pas disparaître car, comme vous avez pu le constater, elle m'inspire beaucoup et je m'y promène avec grand plaisir, en toute saison.

samedi, 07 mars 2015

La photo de la semaine

 

DSCN7225.JPG

Oiseau en forêt de Verrières

(Pour Amartia)

 

DSCN7228.JPG

La corneille noire est une des dix espèces qui ont progressé en Ile de France entre 2002 et 2010 avec le pigeon ramier. La corneille craille, contrairement au corbeau qui croasse, animal avec lequel elle est souvent confondue. Elle se distingue du corbeau freux par son bec plus large, qui n'est pas blanchâtre et par sa taille car elle est plus petite.

 

DSCN7231.JPG

La tourterelle des bois est une des 26 espèces qui ont diminué en Ile de France entre 2002 et 2010 avec le moineau friquet et l'hirondelle de fenêtre.

 

DSCN7232.JPG

 

samedi, 28 février 2015

La photo de la semaine

 

DSCN7215.JPG

Perruche à collier en forêt de Verrières

(Pour Amartia)

 

DSCN7219.JPG

 

Verrières est proche d'Orly, à vol d'oiseau et, comme vous le savez sans doute, à proximité des aéroports, on voit des oiseaux exotiques qui se sont échappé lors de leur escale aérienne. En région parisienne il est donc de plus en plus fréquent de trouver des perruches et des perroquets qui, à l'origine, n'ont rien à faire sous nos latitudes ou n'ont pas l'habitude de vivre en dehors d'une cage.

 

DSCN7223.JPG

 

A la suite de relâchements volontaires ou involontaire la perruche à collier s'est implantée en liberté dans toute l'Europe. En Ile de France, on estimait le nombre de perruches en liberté entre 1020 et 1100 en 2008 et 1200 en 2010. Ces animaux forment rapidement des colonies durables. Dans leurs pays d'origine, en Afrique et en Asie, elles fréquentent essentiellement les bois et les forêts, elles se nourrissent de graines, de fruits et de bourgeons et se reproduisent à la fin de l'hiver. On en voit dans toutes les métropoles d'Europe

: Barcelone, Bruxelles, Londres, Cologne, Hambourg, Amsterdam, Paris, Marseille, Lille...

 

DSCN7221.JPG

 

Etude sur ces oiseaux exotiques d'Alauda revue internationale d'ornithologie

 

La conclusion de cette étude :La Perruche à collier s’est bien installée en Île-de-France et l’état actuel de la population laisse présager une propagation et des effectifs en rapide augmentation. Le régime alimentaire ne montre actuellement pas d’impacts notables sur les écosystèmes et nos travaux en cours devront identifier s’il y a une possible compétition notamment avec d’autres espèces cavernicoles (l’impossibilité d’accès à une cavité de reproduction peut être un facteur limitant pour certaines espèces). La gestion des espèces animales sauvages est toujours délicate et quelles que soient les retombées potentielles d’une espèce, il est impossible d’agir quand celle-ci est trop abondante. La pré- vention et le principe de précaution sont souvent avancés pour les espèces exotiques. Même si il n’y a pas toujours consensus sur les impacts et la gestion de ces espèces, l’ensemble de la communauté scientifique s’émeut actuellement de l’augmentation extraordinaire du nombre d’espèces exotiques introduites depuis quelques années. Pour limiter leur succès d’installation, il convient au moins d’éviter les lâchers volontaires et les nourrissages excessifs. Il semble que seulement quelques nourrisseurs trop attentionnés par commune expliquent certaines proliférations non seulement de ragondins, de perruches ou de pigeons qu’ils nourrissent directement, mais aussi de corneilles et de rats qui en profitent indirectement. Une réflexion sur un nourrissage plus responsable (c’est-à-dire plus ciblé) pourrait être entamée !

 

 Etude sur ces oiseaux de la mairie de Paris

 

Extraits : Pourquoi cet oiseau exotique en Ile-de-France?Importée à des fins commerciales comme oiseau d’ornement, l’origine probable de sa présence en Ile-de-France s'explique du fait que des groupes d’individus se sont échappés de containers à l'arrivée des aéroports d’Orly et Charles de Gaulle. On suppose également que certaines d'entre elles ont pu s'échapper de diverses volières de zoo ou privées.

  

samedi, 07 février 2015

La photo de la semaine

DSCN7182.JPG

 

Oiseaux en hiver

(Pour Amartia)

(Excusez mon appareil photo, il est de plus en plus vieux et fatigué et son zoom est de plus en plus défaillant)

Photo.gif

 

DSCN7172.JPG

 

DSCN7171.JPG

 

 

DSCN7175.JPG

 

 

 

DSCN7195.JPG

 

 

DSCN7196.JPG

(pigeon dans le RER C)

samedi, 31 janvier 2015

La photo de la semaine

DSCN6874.JPG

 

 

Mouettes en villégiature en région parisienne

Tous les jours ces "étrangères" viennent manger les miettes des oiseaux de nos villes, elles harcèlent à grands cris tous nos pigeons, corneilles, moineaux et autres volatiles qui sont dans nos régions depuis plusieurs générations...C'est scandaleux! N'est-ce pas? ;-))

(Pour Amartia)

Photo.gif

 

DSCN6852.JPG

 

 

DSCN6854.JPG

 

 

DSCN6855.JPG

 

 

DSCN6894.JPG

 

 

DSCN6899.JPG

samedi, 24 janvier 2015

La photo de la semaine

DSCN6934.JPG

 

Exposition Saint-Louis La Conciergerie (Paris)

(Pour Amartia)

Photo.gif

 

DSCN6944.JPG

 

DSCN7008.JPG

 

 DSCN7019.JPG

 

 

DSCN7034.JPG

 

 

DSCN7036.JPG