Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 30 mars 2011

Mon coeur a emporté par mégarde

"Elle est rapide et court plus vite que le vent.
Impétueuse, elle se gonfle au passage, s’enfle
Comme l’eau d’un torrent lorsque fondent les glaces.
Elle a des milliers d’yeux qui regardent partout,
Des milliers d’oreilles (...)
Et des bouches… des bouches énormes qui chuchotent ou qui crient,
(...) la rumeur, plus forte qu’une hydre,
A sans cesse des têtes qui repoussent
(...)"

Sandrasbz

mercredi, 09 mars 2011

Mon coeur a emporté par mégarde

                 "Dans le coeur se pose un éclat c’est celui d’une autre vie"

                                               Bergamothe

   (Les mots de Bergamothe sont une source pour les miens depuis fort longtemps, merci, merci, merci)

 

jeudi, 03 février 2011

Mon coeur a emporté par mégarde

"Lorsque le vent secoue les feuilles

La terre sait tant de choses

(...)

Elle a bu tant de lumière

Absorbé tant de chagrins..."

 

La poésie de Zip de Zoup

lundi, 03 janvier 2011

Le manifeste de Franscesca

"Depuis qu'existe la littérature, la souffrance, la joie, l'horreur, la grâce, tout ce qu'il y a de grand en l'homme a produit de grands romans (...) Or ces romans magistraux sont bienfaisants. Ils enchantent. Ils aident à vivre. Ils instruisent. (...) Nous voulons des livres nécessaires, des livres qu'on puisse lire le lendemain d'un enterrement, quand on n'a plus de larmes tant on a pleuré, qu'on ne tient plus debout, calciné que l'on est par la souffrance, des livres qui sont là comme des proches (...) des livres pour les nuits où malgré l'épuisement, on ne peut pas dormir et où l'on voudrait simplement s'arracher à des visions obsessionnelles (...). Nous n'avons que faire des livres insignifiants, des livres creux, des livres faits pour plaire.  Nous ne voulons pas de ces livres bâclés, écrits à la va-vite, allez finissez-moi ça pour juillet, en septembre je vous lance comme il faut et on en vend cent mille, c'est plié. Nous voulons des livres qui aient coûté beaucoup à leur auteur, des livres où se soient déposés des années de travail, son mal au dos, ses pannes, son affolement quelquefois à l'idée de se perdre, son découragement, son courage, son angoisse, son opiniätreté, le risque qu'il a pris de rater. Nous voulons des livres splendides qui nous plongent dans la splendeur du réel et qui nous y tiennent; des livres qui nous prouvent que l'amour est à l'oeuvre dans le monde à côté du mal, tout contre, parfois indistinctement, et le sera toujours comme toujours la souffrance déchirera les coeurs. Nous voulons des livres qui n'éludent rien du tragique humain, rien des merveilles quotidiennes, des livres qui nous fassent revenir l'air dans les poumons. (...)"

Laurence Cossé "Au bon roman"

lundi, 20 décembre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

"Je ne te demande pas la lune

Je ne te demande pas la litterature

Je te demande d'écrire

Et je te lirai

(...)

Je te demande d'inventer 

Et dans tes écris je m'évaderai

 

Prends un jeu d'écriture

Ecris même si c'est un murmure

Offre-nous ta différence

Dis-nous à quoi tu penses

(...)

Je te demande d'écrire 

Et de te libérer

(...)

Je te demande un rêve 

Et d'oser le partager"

Auryne

"Je te demande"

 

Je vous conseille d'aller lire ce magnifique manifeste pour les jeux d'écriture sur le blog d'Auryne (lien direct en cliquant sur "Je te demande").

mercredi, 27 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

Quand un mot se pose sur le papier

C'est une larme qui coule sur ma joue

(...)

La vie, je voulais pourtant l'aimer,

La porter en moi tel un bijou,

Et quand, enfin, je m'en suis parée,

Elle a mon coeur roué de coups.

(...)

"Coup de grisou" Ame

 

lundi, 25 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

"C’est pas le Pérou, mais c’est chez nous
C’était chez nous il y a longtemps
Quand je vivais chez mes parents
Il est gravé dans ma mémoire
Et j’y retourne certains soirs"

Solange

mercredi, 20 octobre 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

"qui choisit, qui prend, qui donne, en un vertige, qui ôte, le sublime pour le laisser s’évader au vent, qui laisse le désert s’étaler là devant et le vent enfouir les pieds sous le sable"

Bergamothe

mardi, 20 avril 2010

Mon coeur a emporté par mégarde

La poésie de Charlie :

"Je vous écris couchée aux draps de mes semblances,

Entre ce que je suis et ce qui n’est pas moi.

Ma tête bien posée aux coussins de l’errance,

De mes fausses certitudes en forêt de pourquoi. "

(...)

"Je vous écris du bord de mes plus belles croyances,

Qui me retiennent encore aux portes de l’au-delà.

Je vous écris si sûre que je suis défaillance,

Inutile et nuisible, comme une ancre à mon pas. "

 

jeudi, 10 janvier 2008

Mon coeur a emporté par mégarde

"Elle dépose ses mots sur ses pensées
Des pensées sur ses maux, 
La plume effleure le papier
Le coeur s'embrase..." 

Sur le blog de Carttouche http://librepens-e.over-blog.com