Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mai 2011

Désert

A u bord de mon abîme

B ien au delà de mes chagrins

C' est le vent qui m'emporte

D ans ces méandres où je me perds

E n immertion dans mes rêves.

Femme oiseau, dans cette

G eôle de sang et de pulsions

H éroïne élue au voyage

I l souffle à mon âme des mots.

J 'écris dans le vertige de ce vide, une

K yrielle de sentiments à inventer

L e bonheur est dans ma main.

M a muse déploie ses ailes

N ostalgique et silencieuse

O rpailleuse infatigable et

P oétesse de l'instant éphémère.

Q uand il fait grand vent mon coeur tangue

R éveillant mes folles envies

S ous des frisons vertigineux.

T andis que je murmure

U n regret glisse le long de ma joue.

V olutes enflammées, Temps dérobé

W agnérienne musique d'un amour

X xl qui s'exprime dans la joie des

Y ouyous des jours de fête, transportés par le

Z éphyr pour traverser le désert de ma vie.

 

Pour le jeu d'Auryne.

samedi, 14 mai 2011

Chronique de profundis

 

Régnier.jpg

 

Jeune aussi dans sa mémoire

Elle fut ainsi face au miroir

A contempler sur son reflet

Les cernes d'un amour discret

 

La demoiselle d'autrefois

Se remémore tous ses émois

Sur son visage quelques sillons

D'antan évoquent les cupidons

 

Intimité de la toilette

A l'époque des amourettes

Ou à celle des désillusions

Corps lourd et chargé d'émotions

 

Jeune aussi dans sa mémoire

Elle fut ainsi face au miroir

La belle demoiselle de jadis

Signe une chronique de profundis

 

(Pour le jeu de Lylyjane) 

 

 

samedi, 16 avril 2011

Amour inter-cosmique

Mon non amour,

Si seulement une de mes larmes pouvait toucher ton coeur, tu saurais à quel point je t'ai aimé. Je t'ai donné mon coeur, tu l'as piétiné, je t'ai donné mon corps, tu l'as méprisé. Tu n'es pas digne du don que je t'ai fait. 

Tout ce temps passé ensemble, nos confidences, nos conivences, tout cela n'est rien. Tous ces rêves de vie à deux, tout l'amour que j'ai pour toi, les caresses, la tendresse, tout cela n'est rien. Tout mon chagrin qu'ici je verse et mon coeur qui de battre cesse, tout cela n'est rien...pour toi. J'ai de la peine pour toi, mon amour, mais le temps refermera la blessure et effacera ton nom.

Tu ne sauras jamais le silence et le vide, depuis que tu n'es plus là. Tous ces jours à ne plus rien attendre, toutes ces heures creuses, tous ces matins qui m'indiffèrent. J'ai fait un rêve, un homme à mes côtés, mon rêve s'est envolé, le vent l'a emporté.

Ta part en moi est toujours là, ton souvenir ne me fuit pas et pour toujours il restera, plus résistant que le papier jaunie de toutes les lettres que tu n'as pas écris. Ta part en moi est toujours là et je la garderai en moi même quand reviendra le bonheur près d'un autre qui fera battre mon coeur.

Celle que tu as oublié.

(Vu chez Amtealty, pour les croqueurs de mots.)

samedi, 25 septembre 2010

Princesse aux mots dormants

Princesse aux mots dormants je me suis réveillée

Sans un prince charmant, sans baiser à la clef

Princesse aux maux latants, je me suis évadée

De ce tendre jardin où j'étais enfermée

 

Prisonnière volontaire d'une histoire d'amitié

Pendant ces quatre siècles où je t'avais rêvé

Evadée solitaire je me suis retrouvée

Au delà des barrières de tes bras repliés

 

La porte était ouverte je me suis envolée

Vers la forêt d'espoir que je me suis créé

Avec pour seul bagage le parfum des oeuillets

Et des roses trèmières qui bordaient ton allée.

 

Ma participation au jeu d'Abeilles 50 "Maux d'amour"

samedi, 03 juillet 2010

Maux d'amour

Que reste-t-il de nos amours défuntes?

Des coeurs brûlés par la passion

Des âmes frissonnantes

Un sentiment d'inachevé

 

Le temps efface les mots d'amour

Jeunes amourettes

Fraîches idylles

Inclinations contrariées

Passent tendresse et volupté

Nos fiançailles et nos étés

Nos liaisons douces et amers

Et même nos unions sanctifiées

 

L'oeuvre de chair est éphémère

Mais coeur brisé ne craint l'hymen

Et l'aventure mille fois tentée

Fait un art de la bagatelle

 

(Ma participation au jeu "Maux d'amour" d'Abeilles 50)

samedi, 01 mai 2010

Ange déchu

Comme un ange déchu

Je suis aux abois

Je vie à l'insu

De qui est ta joie

Déception aigüe

Egarée,  ma foi

Mon âme éperdue

Je n'ai plus le choix

Mon coeur ne bat plus

Ne bat plus pour toi

 

Mes sens impromptus

Qui sont ma vraie Loi

Me laissent dépourvue

Et je me fourvoie

Mes mots s'évertuent

Quand l'aube flamboie

Mais l'espoir me tue

Et je suis sa proie

Mon coeur ne veut plus

Plus battre pour toi

 

Mes rêves déchus

Au soir qui chatoie

Mon corps n'en peut plus

Je cède sous le poids

Douleur superflue

Que nul ne guerroie

Espoir disparu

Et sombres émois

Mon coeur ne bat plus

Ne bat plus pour toi.