Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 mai 2007

Retraite sentimentale

medium_Numeriser0014.jpg
Le silence de l'orgueil
Le silence de l'ennui
Le silence du dédain
Le silence du chagrin
Mon coeur était en silence
Le silence d'une promesse
Le silence d'une attente
Le silence de l'espoir
Le silence d'un matin
Mon coeur est en silence
Le silence succéda au silence
Sans que nul n'en sache rien

Femme oiseau

medium_Numeriser0010.jpg

 

Femme oiseau, oiseau lumière

Qui aimera aimer celle qui aime d'amour?

La laisseras-tu entrer par la fenêtre étroite de ton coeur?

Elle est seule, seule au milieu du monde

Recueillie dans une sphère de lumière

Eblouie par l'éclat de la vie

Un amour lui est venu

Il a passé dans ses songes

Il a grandi dans sa chair

Douceur et espérance

L'homme ignore ce qui se passe

L'homme ne voit rien de l'invisible

Pour voir, il faudrait qu'il soit étrange

Déchu de sa condition

Voué à l'amour infini

Mystique, poète ou fou

Solitaire dans les fêtes auxquelles il préside

Tourmenté dans la joie bien plus que dans la peine.

 

(d'après "La part manquante" de Christian Bobin)

dimanche, 29 avril 2007

Métamorphose

Comme un canard apeuré et blessé

Je me suis endormie à tes côtés

Comme un cygne majestueux

Je me suis réveillée solitaire

Sur l'étang de mes possibles

Je jouie de cet émerveillement

Mon corps de cygne, mes envies de cygne, mes rêves de cygne...

La sensation d'être moi

La vibration de la Vie.

samedi, 28 avril 2007

Poétesse

Poétesse du quotidien

Un rien, un brin d'herbe m'inspire

Je ne suis pas Baudelaire

Inestimable trouvère

Des mots couchés sur le papier

Pour me bercer, m'accompagner

Les maux écrits, les mots me portent

Structure de mes sentiments

Le lever du soleil me transporte

Le chant des oiseaux aussi

Poétesse de l'instant

Cet indispensable rien, je l'écris.

jeudi, 26 avril 2007

Eloge de la lenteur

medium_Tai.jpg

Au rythme langoureux

Des secondes qui s'attardent

Un vol en diagonale

Et le temps ralenti

Volutes de ses mains

En fouet imaginaire

Une grue blanche déploie ses ailes

Mouvement mélancolique

Apaisement des sens

Et calme des idées

Nuages effilochés

D'une journée alanguie

Une fleur qui prend son temps pour s'épanouir

Au chaud bourdonnement

D'un poul impersceptible

En tic tac rassurant

Quelques mots chuchotés

Aux oreilles d'un cheval

Quelque tigre emporté

En montagne accueillante

Une respiration qui se fait plus profonde

Souplesse virevoltante

D'une danse silencieuse

Eventail déployé

Qui reste en suspend

Discret battement de coeur

D'un corps en harmonie

 

(les mots soulignés sont des positions en Taï Chi Chuan)

vendredi, 20 avril 2007

Ma peine sera ma parure

Ma peine sera ma parure

Et mes larmes mes joyaux

Mélancolie en diadème

Et mes souvenirs pour habit

Un bracelet de maux précieux

Mes chagrins en pendants de nacre

Auréolée d'un voile de tristesse

Sur la soie d'une douleur qui s'expose

Mes tourments en collier de perle

Et l'espoir comme un anneau nuptial

Je m'avance telle une reine

Sur le tapis rouge de la vie.

jeudi, 19 avril 2007

J'écoute battre mon coeur

Ma vie n'est pas un fleuve tranquille

Et méconnait la ligne droite

Dans ses méandres je me perds

Etre aimée pour me sentir exister...

Une île abendonnée m'acueille

Je m'y repose un court instant

Mise en relief de mon âme

De mon coeur qui s'use en charmes

Le cours de ma vie se déroule

Histoire écrite et à écrire

Le souffle de vos vies aimantes

Me donne l'envie de repartir

Réveillant mes rêves enfouis

Aimer pour exister...

En chemin vers le bonheur

J'écoute battre mon coeur...

 

(Petit poème fabriqué avec quelques mots volés sur le blog de L'itinérant et sur le blog d'Oanor...J'en profite pour souhaiter une bonne route à notre Itinérant qui reprend son voyage).

Céleste chant de l'aube

Un orchestre d'oiseaux

M'a ravie à la nuit

Me délestant soudain

De ma peau de chagrin

Céleste chant de l'aube

Qui chasse les ténèbres

Où mon âme errante

Se faisait indigeante

Ils ont volé mon coeur

Qui s'enlisait de doutes

Je les ai laissé faire

Je suis brise légère

Au bord de ton abîme

Je me suis élancée

Comme conteuse de rimes

Je suis femme-oiseau

Le soleil m'en voûte

Comme Icare en son temps

La lune est mon berceau

Les étoiles mes compagnes

Si je chute ici-bàs

Dans les ondes marines

Neptune m'enlacera

Pour qu'en corps je repose

Les oiseaux me l'ont dit

Il faut croire en la Vie

Profiter de la trêve

Et vivre tous ses rêves...

 

(Je ne suis pas encore rentrée mais un ordinateur a croisé mon chemin...)

vendredi, 13 avril 2007

Pour La Petite Cerise

Pour que mémoire de désamour tombe enfin dans l'oubli

Que perdure les toujours de nos deux coeurs amis

Et l'infini respect de nos âmes en tendresse

Nos envies racontées, nos présents qui se lient...

 

mercredi, 11 avril 2007

Les traces d'amour qu'on laisse

Les traces d'amour qu'on laisse

Indélébiles comme une caresse

Eclatants joyaux de la tendresse

Feu d'artifice de l'ivresse

De vivre

Et témoignage d'un coeur en liesse...

Que l'énergie vitale ne baisse

Que regrets et remords ne naissent

Avant que la mort ne paraisse

La trace d'amour qu'on laisse

Est l'essence de la vieillesse.

 

(Pour Charlotte qui m'a donné le premier vers)