Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 janvier 2012

Mon grand sac

Je sorti mon cahier de mon grand sac
Posé sur le pallier près du parapluie bien plié
(Il ne pleuvait pas ce jour là)
Je ne l'ouvris pas mon petit cahier
Pour me laisser bercer par le rythme des mots
Et si par la suite je sortis mon stylo
Ce ne fut pas pour y écrire mes rêves et mes envies
Le stylo alla aussi rejoindre
Tous ces objets gisants sur le haut de ces marches


Des lunettes de soleil dans leur étui de soie
Qui ne me servaient pas à protéger mes yeux
Un grand portefeuille de cuir rouge
Contenant des photos et des lettres de toi
Lui aussi il eut droit à un regard distrait
Car ce n'etait pas lui que je cherchais
De même que le portable abandonné
Que je n'allumais pas pour joindre celui que j'aime


Non, tous ces objets ne faisaient que me gêner
Et ce moment n'etait pas vraiment leur jour de gloire
De ce grand sac, j'extrayais tous ces objets pêle-mêle
(Il me faudra quand même un beau jour le ranger)


Euréka! M'écriais-je tel un Archimède
Car ma main venait enfin de se poser
Sur les clefs de mon "home" que je ne pouvais trouver
Tant il contenait d'objets mon grand sac
Dans lequel je fis illico réintégrer
Portable, portefeuille et lunettes
Stylo, parapluie et petit cahier 


Déjà une demi-heure que j'étais à ma porte
J'allais enfin pouvoir, dans ma demeure, rentrer
Quand soudain je constatais que les clefs que je tenais
Etaient celles de mon bureau et pas de mon logis!


Je m'asseyais à nouveau sur la plus haute marche
De l'escalier qui menait à mon appartement
Et je sortis de mon sac, grand comme une valise
Un à un les objets que j'y avais jetté...


(Février 2008)


PS : Prenez le temps de lire le commentaire d'Arielle.

samedi, 10 décembre 2011

La fin du monde

C'est la fin de la fin du monde

La neige recouvre nos chagrins

Immeubles, bêton, blancs comme des sapins

Richesse, pauvreté, unies et fécondes

 

L'envie de paix ainsi, abonde

Les guerriers s'endorment enfin

La laideur est sur le déclin

Et l'horreur quitte ainsi la ronde

 

L'enfant renaît en nous une seconde

La foi et l'espoir en l'humain

Dans nos mains, la lampe d'Aladin

Nos remords, nos angoisses moribondes

 

C'est la fin de la fin du monde

La neige fait de nos villes des écrins

Trottoirs et rues, blancs comme des jardins

Bineheureux, délaissés, mêmes amours profondes

 

Aujourd'hui le monde est sans fin

Assourdis les cris de ce monde

En un murmure, un doux refrain

La fin du monde reprendra demain


(Pour le jeu d'Evy)


(Janvier 2007)

mercredi, 07 décembre 2011

Les mots bleus

Les mots bleus de tes yeux réveillent mon désir

 

En l'île du silence où j'étais emmurée

 

A l'ombre de l'amour je m'étais retirée

 

Comme peau de blancheur dans la peur du soleil

 

Des larmes du passé sont né cet océan

 

Que tu traverseras pour revenir au port

 

Féline je t'attends au portail de mon âme

 

En robe couleur de nuit comme ces instants de doute

 

En robe couleur d'espoir comme blancheur de nacre

 

Les bleuets de mes rêves bouquet mélancolique

 

Mon coeur sonne discret dans l'église d'albâtre

 

La pureté de cette aube est promesse sensuelle...

 

(Mai 2007)

samedi, 03 décembre 2011

J'écris

J'écris

 

Ainsi se prolonge mon rêve

 

Monde intime du songe originel

 

Mettant au monde la sagesse et la foi

 

J'écris

 

Dans le vertige de ce vide

 

Où l'énergie de mon espoir

 

Fait naître une oeuvre du néant

 

J'écris

 

En conscience douloureuse d'une perte

 

Quand de l'alchimie de mes mots

 

Surgit cette beauté d'un or si pur

 

J'écris

 

Les privations, le manque

 

De l'amour la magie charmante

 

Qui s'émerveille de cris de joie

 

J'écris

 

Bienheureuse contrainte perpétuelle

 

En création née dans un feu sensuel

 

De joie, de beauté, de sagesse et de foi.

mercredi, 30 novembre 2011

Comme Madame Bovary

Oui, certains jours de pluie

Je m'ennuie à l'envi

Comme madame Bovary

 

Et s'envole mon esprit

Par la fenêtre ou l'huis

Comme un moineau d'Issy

 

Au jardin des Ladies

Acacias, roses, soucis

Des muses sont amis

 

Volutes noires, cramoisies

Porcelaines blanchies

Sont fleurs de poésie

 

Soleil, ciel éclairci

Le vent m'emporte ainsi

Qu'un nuage alangui

 

Peupliers alourdis

Feuilles vertes ou jaunies

Flaques d'eau psalmodient

 

Oui, certains jours de pluie

Je m'ennuie à l'envi

Comme madame Bovary

 

(Pour le jeu d'Ecureuil bleu)

jeudi, 24 novembre 2011

Une ville la nuit

Une ville la nuit

Quelques points de lumières

Qu'un satellite repère

Quelques humains qui dorment

Et d'autres qui s'enfuient

Jeunesse desespérée

Forces de l'ordre stressées

Réinventent le jeu du chat et la souris

Quelques femmes exploitées

Arpentent les trotoirs

Quelques hommes épuisés

Rentrent dans leur HLM

Quelques fêtards s'amusent

Et essaient d'oublier

Quelques poubelles qui tombent

A cause des chats errants

Les noctanbus circulent

Sous l'oeil des insomniaques 

Toi et moi réunis

Sous notre ciel de lit

Une ville la nuit

Quelques points de lumières

Qu'un satellite repère...


Pour Lilou - Les jeudis en poésie - Les croqueurs de mots

dimanche, 20 novembre 2011

Elle me dit

Elle me réveille la nuit

Elle me dit poésie

Elle me dit énergie

Elle me dit : écris!

 

Elle me parle du temps

Elle me dit chants d'oiseaux

Elle me dit art, amour

Elle me dit : regarde!

 

Elle me console souvent

Elle me dit mots pour maux

Elle me dit comme le vent

Elle me dit : rêve!

 

Elle me surprend ainsi

Elle me dit symphonie

Elle me dit à l'envi

Elle me dit : écris!

 

Elle accompagne mes jours

Elle me dit bruissement

Elle me dit sans relâche

Elle me dit : entends!

 

Elle m'abandonne parfois

Page blanche sous ma plume

Ma muse me fait défaut

Quand je doute de mon sort

 

Elle relève les défis

Elle me dit utopie

Elle me dit d'être en vie

Elle me dit : écris!

jeudi, 10 novembre 2011

La nuit

La nuit s'invite à discrétion

Tout ici devient étranger

Et les bruits se font importuns

 

Lueur en chandelle isolée

Le silence, au monde entier

Apporte la sérénité

 

Mon coeur bat en confiance intime

L'ombre est un manteau de paix

Des autres, je me sens protégée.


(Pour les Jeudis en poésie - ABC - Les croqueurs de mots)

mercredi, 19 octobre 2011

Princesse aux mots dormants

Princesse aux mots dormants je me suis réveillée

Sans un prince charmant sans baiser à la clef

Princesse aux maux latents je me suis évadée

De ce tendre jardin où j'étais enfermée

Prisonnière volontaire d'une histoire d'amitié

Pendant ces quatre siècles où je t'avais rêvé

Evadée solitaire je me suis retrouvée

Au delà des barrières de tes bras repliés

La porte était ouverte je me suis envolée

Vers la forêt d'espoir que je me suis créé

Avec pour seul bagage le parfum des pivoines

Et des roses trémières qui bordaient ton allée...

(Mai 2007)

samedi, 17 septembre 2011

Je partirai...

Un beau matin je partirai

Sur le passé, tirer un trait

Mettre les voiles jusqu'à Jersey

Une odyssée jusqu'à Bombay

Pour une vie qui soit plus vraie

 

Un jour, c'est sûr, viendra mon heure

Me dépouiller de toutes mes peurs

Prendre le large pour Barfleur

Appareiller pour le bonheur

Pour me souvenir du meilleur

 

Je lèverai l'ancre, je partirai

Itinéraire de mes souhaits

Ne rien garder pour être en paix

A part l'odeur des roseraies

Et la nostalgie des jamais

 

A l'aube, dés les premières lueurs

Avec ou bien sans voyageurs

Comme le vent, cet oiseleur

Et sans écouter la rumeur

Je partirai dans la ferveur