Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 01 décembre 2010

Abel ou le destin de l'humanité

Abel, d'Adam était le deuxième fils

Fils d'Eve qui préférait Abel à Caïen

Fils second né, fils mieux aimé, que l'aîné

Et voici que naquit la jalousie!

Que faire de sa vie quand on est le fils du premier homme?

Adam, éternel expatrié

Que n'as-tu donné, à ton fils aîné?

Pour que, fruit de l'amour, il devienne un jour

De toute l'humanité, le premier meurtrier.

Ta victime est ton frère, ton martyr est ton sang

Eve, mère du genre humain

Mère très éprouvée, mère desespérée

Ton premier fils tua le second

Et voici que naquit la tragédie!

Tel est le destin de tous les humains :

exil, passion, violence et désolation.

samedi, 13 novembre 2010

Solitude

Dans les villes de grande solitude

Ils sont humains par habitude

Leurs sentiments en désuétude

Perdus dans une foultitude

De faux besoins et d'inquiétudes

 

Se suivent les journées d'hébétude

Boulot, métro et lassitude

C'est le lot de la servitude

Au dieu euro et ses préludes

L'ambition et les certitudes

 

Ils se plongent dans les turpitudes

Pour oublier, en interlude

Ils se botoxent, ils se dénudent

Ils disent aimer la multitude

Pour ignorer leur solitude.

 

 

samedi, 17 juillet 2010

Alors on...

Qui dit la vie dit habitude

Qui dit habitude dit routine

Qui dit routine dit lassitude

Qui dit lassitude dit la mort

Alors on chante...

On est aimante, on est amante

Ou intendante ou fainéante

Et l'on enfante et l'on déchante

Nos souvenirs à la brocante

Le temps qui fuit nous épouvante

Quarante...cinquante...soixante...

Alors on chante...

Qui dit la vie dit habitude

Qui dit habitude dit routine

Qui dit routine dit lassitude

Qui dit lassitude dit la mort

Alors on danse...

On fait bombance, on court la chance

De l'enfance à la déchéance

Moult correspondances et alliances

De la romance à la souffrance

On joue de malchance

On crie vengeance

Alors on danse...

Qui dit la vie dit habitude

Qui dit habitude dit routine

Qui dit routine dit lassitude

Qui dit lassitude dit la mort

Alors on rit...

De l'alibi à son oubli

Verres de martini, de génépi

Les abrutis au pilori

Puis l'on court à la sacristie

La vie est un vrai safari

A l'hallali on crie merci

Alors on rit...

Qui dit la vie dit habitude

Qui dit habitude dit routine

Qui dit routine dit lassitude

Qui dit lassitude dit la mort

Alors on rit, alors on danse, alors on chante...

Alors on écrit...

mardi, 25 mai 2010

Démon

Prométhée.jpg

Démon qui se love au coeur de mes tourments

Et s'abreuve à mes larmes en toute impunité

Démon qui s'insinue aux tréfonds de mon âme

Et depuis si longtemps que je suis asservie

Démon qui se nourrit de mes fausses promesses

De mes paris perdus, de mes renoncements

Démon qui se repaît de mes affres intimes

De toutes mes angoisses, de mes appréhensions

Démon de qui mon coeur ne peut se libérer

Sous ton joug mon corps ploie et descend aux enfers

Des profondeurs de mon chagrin

Je rêve de liberté

Je rêve sans y croire

Je rêve sans espoir

Je me connais trop bien.



 

samedi, 17 avril 2010

J'ai perdu

Je me suis égarée sur les chemins

Qui menaient de l'enfance aux lendemains

J'ai subi tant de pertes, de chagrins

La vie m'a dépouillée de mon destin


Disparues les douces espérances

J'ai perdu l'envie de la danse

Abandonné aussi par la chance

En perdition mon coeur se balance


Mon âme éprouvée se languit

Elle m'a enlevé tant d'amis

Cette belle insensible, la vie

Errante esseulée me voici


Démunie sur mon chemin de croix

Mes rêves engourdis par le froid

Mes désirs oubliés et pantois

Mes mots et mes vers sont tout de guingois.

samedi, 05 janvier 2008

Rêver d'amour...

Rêver d’amour jusqu’au petit jour

 

De tout son corps

 

La peau songeuse en caresses

 

Les lèvres en souffle de tiédeur

 

Les oreilles aux promesses chuchotées

 

Les cheveux appelant les mains de l’aimé…

 

Et puis laisser le songe s’évanouir

 

Aux premières lueurs de l’aube

 

Lorsque la nuit s’enfuit

 

Emportant avec elle ce rêve de tendresse

 

Et la douleur du manque qui nous torture ainsi.

 

La prophétie

Ma 2e participation au jeu d'écriture ludique est ici :

http://enriqueta.blogs.psychologies.com/ecrire/2008/01/pr...

lundi, 24 décembre 2007

Sur mon chemin perdu

Sur mon chemin perdu je cherche un je ne sais quoi

 

Minuscule flammèche pour enflammer ma vie

 

Petite et douce brise pour rafraîchir mes rêves

 

Petit brin de verdure pour fleurir mes pensées

 

Sur mon chemin perdu j’erre à sa recherche

 

C’est là que je perdis ce tout petit détail

 

Qui manque à mes journées et qui me fait souffrance.

 

lundi, 19 novembre 2007

La statue

La femme s’est tarit

Et tous les mots m’ont fuit

Ma muse s’est endormie

Et mes ailes sont rompues

J’ai jeté par mégarde

Mon imagination

Avec les mots d’espoir

Et les souhaits de demain

Le flot est détourné

En amont de mon âme

Les hommes m’ont volé

Mes songes et mes vœux

J’ai jeté par mégarde

Toute ma compassion

Mon petit cœur sensible

Et mes rêves de gamin

Je suis une copie

De ce que fut l’humain

Je ne pleure ni ne rie

Passez votre chemin.

Ecrit il y a quelques temps, pendant ma période "grise".

mercredi, 07 novembre 2007

Ecrire, la belle affaire...

(Bon, inutile de vous énerver à essayer de me remonter le moral, c'est juste quelque chose que j'ai pensé un jour...Pas de quoi fouetter un Nono...)

2bde784cc9a62481cd5fb6c9d39199c9.jpg

Ecrire, la belle affaire

Mes mains étaient mieux faites

Pour caresser ta peau

Et les mots qui me viennent

Ne parlent que d’une absence

Et d’une destinée mariée au silence

Mes ailes m’ont porté

Dans cette vallée sans âme

Moi qui rêvait d’amour

Et de tendre partage

Puis mon cœur s’est fermé

De s’être trop ouvert

De cela tant et plus

J’ai noirci le papier

Combien de fois encore

Vais-je tracer ma peine

Avant de me lasser

De cette vaine errance

Les mots sont tous les mêmes

Et ils sonnent le glas

De mon cœur qui bégaie

Pour exhaler sa nuit

Aimer, la belle affaire

La femme que je deviens

Enterrera bientôt

L’inutile écrivain…