Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 octobre 2007

Le banc de bois abandonné

Sur ce banc de bois abandonné

Je me languis des derniers rayons de soleil

Mon cœur attend un dernier signe d’amour

Avant que ne s’enfuit la douce chaleur du jour

Quelque message que tu aurais laissé

Dans la chair de ce bois qui nous a abrité

Quand notre amour naissait et semblait s’envoler

Sur de tendres nuages d’un ciel tout envoûté

Aujourd’hui, les jours de notre amour sont comptés

Et nos blessures ne peuvent cicatriser

Car chaque jour nous éloigne de cet été passé

Et des promesses de nos cœurs éprouvés.

mercredi, 24 octobre 2007

Malade

J’ai envie de vomir

Mon chagrin et ma peine

Et toutes ces nausées

Se répandent diluviennes

Mais si je suis malade

Dans mon cœur et mon âme

Des anticorps nouveaux ils fabriquent à la pelle

Pour chasser tous tes mots traîtres et cruels.

 

(J'avais ce poème là en stock et comme depuis hier j'ai une angine avec fièvre...)

jeudi, 18 octobre 2007

Fatiguée, dormeuse, taiseuse...

Fatiguée, dormeuse, taiseuse

Je vous ai lu dans vos demeures

Mes mots à moi sont devenus muets

Je me sens rassurée par ce rien

Qui repose mon cœur de ses passions passées

De ces tendres ardeurs et rêves avortés

Fatiguée, dormeuse, taiseuse

Je vous ai lu dans vos missives

Mes phrases à moi sont silencieuses

Je me sens attirée par ce vide

Qui soulage mon âme de ses fardeaux cachés

De ses ailes altières et nocturnes pensées.

Inspiré par les mots de Teberli :

http://unpassage.canalblog.com/archives/2007/10/03/641768...

lundi, 15 octobre 2007

Coeur endormi

Cœur endormi dans un corps de pierre statufié

Je suis

Perdue sur un îlot de vertes pensées

Isolée par cet étang aux eaux scintillantes

Sous les rayons de l’automne qui dessine

Un arc d’espoir multicolore

En rappel de l’alliance

Passée avec l’Amour

Amour n’est plus et mon cœur s’indiffère

Que l’hiver mette fin à mes tourments

Hiver des sens et des songes

Que vienne la fin de l’en-vie

Et son cortège de désillusions…

jeudi, 11 octobre 2007

Occasionnel

Occasionnel

Ta peau sur ma peau

Occasionnel

Nos souffles unis

Occasionnel

Nos corps allanguis

Nos deux coeurs d'occasion qui se frôlent et se fuient

Méfiants et meurtris

Nous nous apprivoisons dans ces corps à corps

Plus faciles et moins risqués

Que des coeurs à coeurs blessés

Nous ne nous parlons pas d'amour

Nous le faisons

Mon homme occasionnel

Mon homme d'occasion...

lundi, 08 octobre 2007

Eté à Londres

b18f1c9c6af366e43b53bd7e88ad8dba.jpg
Amour, te souviens-tu

 

De cet été que nous avions passé à Londres?

 

En volutes bleutées enlacées jusqu'à l'aube

 

En mauves demoiselles dansant dans l'air du soir

 

Nos baisers fleurissaient

 

Au bord de la Tamise

 

Et Big Ben entraînait le rythme de nos coeurs

 

Des allées de Hyde Park au coeur de la City

 

Deux touristes perdus au dédale de l'amour

 

Pas de quoi faire les titres des journaux britanniques

 

Ni attirer les foules des cortèges royaux

 

Même quand notre soleil se vit voiler de doutes

 

Que l'ardeur nous quitta masquée par les nuages

 

D'un triste quotidien en grisailles urbaines

 

Nos âmes furent les seules à pleurer en secret

 

Nous avons cru en vain qu'eros est immortel

 

Et que nous pouvions faire mentir ce séculaire adage

 

Qui dit que les amours se terminent en larmes

 

Et que le bleu se change évidement en noir.

 

jeudi, 27 septembre 2007

Adieu

a3f6411f6997da2d8554e59d5c50a3c1.jpg

Nous avons dis adieu à nos rêves d’enfant

A nos espoirs brisés et à tous nos tourments

Et nous avons fermé la porte du jardin

Sur nos mots échangés et sur tous nos chagrins

La terrasse esseulée se souvient de nos rêves

De nos nuits agitées sans oublier le pire

Nous aimions tous les deux les roses trémières

Pour leur douce majesté et pour leurs tiges altières

Nous aimions regarder les arbustes grandir

Nous nous laissions bercer par le chant des oiseaux

Nous voulions regarder dans la même direction

Nous nous moquions des pièges mis sur notre route

Les fantômes du passé nous ont vite rattrapé

Ils ont multiplié nos silences et nos doutes

Tu n’as pas su me dire, je n’ai su t’écouter

Et j’ai lâché ta main au détour du chemin

Je voulais oublier, j’étais lasse d’espérer

L’été s’est détraqué nos rêves n’ont rien donné

Nous nous sommes éloigné chacun de son côté

Notre jardin s’endors à l’approche de l’hiver

Il renaîtra un jour au printemps de l’amour.

mercredi, 19 septembre 2007

Ma participation au jeu de Cassandrali...

... est ici :

http://lequipedechoc.over-blog.com/

mercredi, 05 septembre 2007

Vestiges

J’ai changé les draps de mon lit

 

Qui de toi gardaient souvenir

 

Je les ai plié et mis de côté

 

Avec mes espoirs et mes regrets

 

Dans ma messagerie j’ai effacé

 

Ton adresse apprise par mon cœur

 

Mais il me faudra plus de temps

 

Pour effacer tes mots et mes tourments

 

J’ai enlevé de ma table de nuit

 

La photo d’un homme au sombre regard

 

Et dans une boîte je l’ai enfouie

 

Avec les vestiges de notre vie.

 

jeudi, 16 août 2007

Mon coeur...

Mon cœur, d’aimer n’est plus capable

 

Vos déclarations l’indiffèrent

 

Il ne tremble plus en sa chair

 

Lassé de croire et d’espérer

 

Lui qui depuis tant et tant d’années

 

Battait pour l’un, tanguait pour l’autre

 

Un orage eut raison de lui

 

Mon cœur, d’aimer n’est plus capable

 

Je le constate sans fierté

 

Sans amertume et sans regret

 

Que ce soit fou ou raisonnable

 

Rien ne pourra plus le toucher

 

Ni vos doux mots, ni vos tendresses

 

Ni votre peau contre la mienne

 

Mon cœur, d’aimer n’est plus capable.