Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 février 2017

Vulfran

Vulfran est seul comme un viaduc

Comme le viaduc de la Scie

Abandonné comme une route

Jamais encore empruntée

Vulfran est triste comme un viaduc

Comme le viaduc de la Scie

Qui jamais rien ne relie

Un pont entre l'inutile et le ridicule.

 

IMG_1475.JPG

Le viaduc de la Scie (Juin 2016)

Terminé depuis plus d'un an et six mois, le viaduc de la Scie ne devrait pas ouvrir avant ... trois ans !

IMG_1476.JPG

À quelques kilomètres de Dieppe (Seine-Maritime), un vaste projet routier a permis de sortir de terre le viaduc de la Scie, ouvrage d’art exceptionnel qui devrait participer au désenclavement de la ville portuaire, et de ses activités économiques et industrielles. Achevé depuis le courant de l’été 2015, ce viaduc n’est pas emprunté par les automobilistes… faute de route ! Une situation qui irrite, et qui n’est pas prête de s’arranger.

Prévu pour 2014, un projet reculé à… 2019 !

Le viaduc de la Scie resterait inutilisé « pendant encore trois ans au moins », faute d’axes routiers le reliant à la nouvelle Nationale 27. C’était programmé initialement pour l’été 2014, mais reporté finalement vers 2019.
Ce vaste projet d’environ 77 millions d’euros, financé par l’État et la Région Haute-Normandie, peine à avancer et la N27 en 2×2 voies n’est pas prête de s’ouvrir. Outre le viaduc non raccordé au réseau routier, un pont conçu sur la route d’Anneville, à Tourville-sur-Arques, fini en juillet 2015, n’enjambe encore aucune route, et l’échangeur de Manéhouville, terminé également, n’est toujours pas ouvert.

IMG_1473.JPG

À elle-seule, cette Nationale 27 représente deux années de travaux, encore.

Pourquoi autant de retard dans ce projet attendu depuis 20 ans ? Parmi les élus locaux, certains misent sur des raisons budgétaires, qui empêchent de faire avancer plus vite le chantier. Pour Sébastien Jumel, maire PCF de Dieppe « les derniers kilomètres jusqu’au port ne sont pas financés ».

http://www.normandie-actu.fr/seine-maritime-ce-viaduc-inutilisable-et-ce-chantier-routier-qui-traine-pres-de-dieppe_175356/

Et pour ajouter au ridicule...sachez que sur la route de Rouen à Dieppe, à hauteur du viaduc, les feux tricolores fonctionnent déjà! Et créent parfois des embouteillages, contraignant les voitures à s'arrêter pour regarder passer les mouches, quand il y en a.

(J'y passe régulièrement)

 

Merci à Elisabeth qui m'a donné ce lien :

Pique nique géant sur le viaduc

+

Les raisons du retard

 

vendredi, 03 février 2017

Un voyage fabuleux en bus

autobus 2.jpeg

Le plus fabuleux voyage que j'ai fait en bus remonte à 1972, alors que j'avais 8 ans. Je l'ai fait à bord d'un autobus à impériale en compagnie de 5 garçons : Cap'taine, Youpla, Prof, Glouton et Solo, et 2 filles : Belle et Tigrette. C'était mes meilleurs amis et en leur compagnie j'ai vécu de fantastiques aventures rocambolesques et drôles. Un vent de liberté soufflait sur ma vie quand j'étais en leur compagnie. Je me sentais grande, indépendante et le monde m'appartenait. Nous jouions, dansions et nous chantions, nous inventions de drôles de machines et nous faisions des tas de bêtises. C'était un merveilleux voyage bien que cet autobus à étage n'ait jamais quitté le hangar désaffecté dans lequel il avait été oublié. Il ne roulait pas mais nos jeux nous emmenaient parfois bien loin de la réalité dans laquelle nous vivions, bien loin de ma vie de petite fille sage dans la banlieue parisienne. C'était un prodigieux voyage bien que je n'ai jamais été réellement dans ce hangar londonien, devenu le quartier général de cette bande d'enfants. C'était un fantastique voyage bien que je n'ai jamais réellement connu ces enfants que je considérais quand même comme mes meilleurs amis et que je retrouvais régulièrement grâce à la magie du petit écran.
C'était un voyage fabuleux, merveilleux, prodigieux, fantastique. Les voyages imaginaires sont toujours les plus beaux.

autobus 3.jpeg

(Pour Ecureil bleu)

mercredi, 01 février 2017

Fortuné

Fortuné n'avait aucune fortune, hormis ses souvenirs amicaux et amoureux. Il voulait recoller les morceaux épars aux quatre coins de sa mémoire fatiguée mais il n'avait pas assez de colle. Alors il a trié ce petit tas de morceaux d'amour, il en a pris les plus beaux et il les a mis dans son coeur. Et depuis Fortuné se promène avec un coeur qui fait "gling, gling", c'est comme le bruit des billes dans la poche d'un enfant. C'est pour cela qu'il sourit tout le temps, car il entend son coeur qui fait "gling, gling" et sa vie est devenue une récréation.

 

(Pour Jill Bill)

mercredi, 25 janvier 2017

Arthémise

Arthémise a oublié son coeur

Il était bien là tout à l'heure

L'a cherché toute la journée

Mais où a-t-elle pu l'égarer?

Elle a ouvert les armoires,

Tous les meubles, tous les placards

Elle a cherché tous les recoins

Mais où se cache ce coeur chagrin?

Arthémise tape coeur sur son clavier

A-t-elle effacé ce fichier?

Des millions de coeurs internet

Mille couleurs de la planète

Mais aucun n'est ce coeur usé

Ni sur Facebook, ni sur e-bay

La nuit, elle a téléphoné

Son répertoire entier passé

Mais personne et pas de nouvelles

Du corazon qui s'est fait la belle

A son réveil au petit matin

Cette idée folle lui vint enfin

C'est qu'il était, ce fanfaron

Dans la maison de son compagnon.

 

(Pour Jill Bill)

mercredi, 18 janvier 2017

Zenobe

Accablé de paresse et de mélancolie

Zenobe rêve dans son lit, rien ne peut le troubler

Car nulle idée ne vient traverser son esprit

Sans se soucier des guerres et des épidémies

Des attentats, du cancer, des années

Il se consacre entier à cette oisiveté

 

Zenobe trouve ce doux plaisir tellement reposant

Qu'il se sent comme flotter et, sans notion du temps

Il ne ressent plus rien, ni amour, ni haine

Sans aucun mouvement et les yeux entrouverts

Il est bien, au repos et il respire à peine

Il ne peut même plus écrire le moindre vers...

 

(Pour Jill Bill)

mercredi, 11 janvier 2017

Jacotte

Jacotte collectionne les culottes

Qui ont vu bien des culs

Des petits, des dodus

 

 Jacotte collectionne les culottes

Qui ont vu des barbus

Des poilus, des touffus

Des chevelus, des crépus

Et même quelques tondus

 

Jacotte collectionne les culottes

Celles des ingénues

Et celles de toutes les grues

Mais aussi des cocus

 

Mais que fait-elle de ses culottes?

Elle en revêt les statues

Pour que des inconnus

En rient comme des bossus

 

(Pour Jill Bil)

lundi, 09 janvier 2017

Défi n°177 En chansons

J'ai choisi deux chansons qui sont sur mon blog un peu plus bas : "Les muses" de Serge Lama (j'en ai pris 15 mots) et "Les mots" de Renaud (18 mots) pour écrire cet hommage dédié à ces deux chanteurs et à tous ceux qui "reviennent" après une longue absence ou une traversée du désert.

 

Quand leurs muses soudain se sont réveillées

Leurs phrases à nouveau ont parlé d'amour

Et leur pages blanches se sont envolées

 

Leurs voix nous ravissent depuis toujours

Leurs mots soufflent encore comme un vent d'été

Et leur pleine lune chasse nos chagrins

 

Leurs rimes font renaître nos coeurs si lourds

Elles nous rendent libres comme des oiseaux

Et elles nous libèrent de tous nos maux

 

Superbe don du ciel dans leur stylo

Qui souvent apaise nos longs sanglots

Qui emmène nos esprit vers le haut

 

Louons donc la gloire de tous ces héros

Revenus du silence de leur tombeau

Pour nous offrir de si belles chansons

 

(Pour Fanfan et les Croqueurs de mots)

 

Un grand merci à Fanfan qui a eu une merveilleuse idée de jeu qui correspond pile poil à mes attentes et qui m'a permis de vraiment écrire, ce qui ne m'arrive plus trop ces temps derniers.

dimanche, 08 janvier 2017

La photo du dimanche

IMG_2638.JPG

(Pour Magda)

Sur le thème "nouveau", j'ai adoré cette nouvelle exposition à Paris à l'institut du monde arabe (déjà évoquée dans ma note précédente).

Photo Dimanche.jpg

IMG_2641.JPG

Boutre omanais traditionnel

IMG_2642.JPG

(bateau de Vasco de Gama)

https://www.imarabe.org/fr/expositions/aventuriers-des-mers

Guidés par Sindbad le marin de légende, al-Idrîsî le géographe, Ibn Battûta l’explorateur et bien d’autres encore, embarquez au côté des Arabes, maîtres des mers, et des grands navigateurs européens qui empruntèrent leurs routes, pour un fabuleux périple en Méditerranée et jusqu’aux confins de l’océan Indien. Des débuts de l’islam à l’aube du XVIIe siècle, une aventure en mer à voir et à vivre, au fil d’un parcours immersif exceptionnel mêlant son, images et procédés optiques.

samedi, 07 janvier 2017

24 h photo

IMG_2643.JPG

Puisqu'aller à un marché de Noël est devenu un acte de résistance...comme aller à la messe, faire du shopping, assister à un spectacle, aller en discothèque, marcher dans la rue...A tous les résistants que nous sommes.

(Pour Chemin de table)

IMG_2645.JPG

Patricia.jpg

mercredi, 04 janvier 2017

Agrippin

Aventuriers.jpeg

Explorateur des mers

Du haut de sa galère

Agrippin n'est pas peu fier

De sa vision spectaculaire

 

Fils de Sinbad ou de Marco Polo

Dans ses veines coule l'eau

De ceux qui ne vivent que sur des bateaux

Jonque, boutre, caravelle ou radeau

 

Al Idrisi.jpeg

(carte du monde d'Al Idrisi, 1154 : le nord et le Sud sont inversés)

 

De la Méditerranée à l'océan indien

Aventurier et cosmographe théoricien

De l'Amérique il ne sait rien

La mer océane effraie les chrétiens

 

Agrippin est un marin

Qui fait des portulans sur parchemin

Tempêtes, pirates, monstres marins

Et terres inconnues sont son destin.

Monstre.jpeg

(André Thévet, le Vlétif, 1575)

 

(Pour Jill Bill)

 

Je vous recommande cette exposition qui invite au voyage par delà les siècles et par delà les mers.