Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 février 2017

Un voyage fabuleux en bus

autobus 2.jpeg

Le plus fabuleux voyage que j'ai fait en bus remonte à 1972, alors que j'avais 8 ans. Je l'ai fait à bord d'un autobus à impériale en compagnie de 5 garçons : Cap'taine, Youpla, Prof, Glouton et Solo, et 2 filles : Belle et Tigrette. C'était mes meilleurs amis et en leur compagnie j'ai vécu de fantastiques aventures rocambolesques et drôles. Un vent de liberté soufflait sur ma vie quand j'étais en leur compagnie. Je me sentais grande, indépendante et le monde m'appartenait. Nous jouions, dansions et nous chantions, nous inventions de drôles de machines et nous faisions des tas de bêtises. C'était un merveilleux voyage bien que cet autobus à étage n'ait jamais quitté le hangar désaffecté dans lequel il avait été oublié. Il ne roulait pas mais nos jeux nous emmenaient parfois bien loin de la réalité dans laquelle nous vivions, bien loin de ma vie de petite fille sage dans la banlieue parisienne. C'était un prodigieux voyage bien que je n'ai jamais été réellement dans ce hangar londonien, devenu le quartier général de cette bande d'enfants. C'était un fantastique voyage bien que je n'ai jamais réellement connu ces enfants que je considérais quand même comme mes meilleurs amis et que je retrouvais régulièrement grâce à la magie du petit écran.
C'était un voyage fabuleux, merveilleux, prodigieux, fantastique. Les voyages imaginaires sont toujours les plus beaux.

autobus 3.jpeg

(Pour Ecureil bleu)

mardi, 30 août 2016

Le défi d'Août de Renée

http://envie2.be/defi-pour-aout/

(Merci à renée de m'avoir donné une "dérogation" pour son jeu)

 

Août ainsi m'accueilli en cette année 1964

Action première d'un abécédaire que j'aligne avec allégresse

ou avec anarchie, amour ou angoisse, apaisement ou anxiété

Selon les armes, armures et artifices adoptés

 

Outre-passée sur un océan de mots orageux 

Les oiseaux me font offrande d'un peu d'optimisme

Qui orne mon ouvrage d'orpailleur onirique

Sans obsession orthographique ostentatoire

 

Dans mon univers utopique

Ecrire est une urgence ou une résolution ultime

 

La tendresse  pour talisman de troubadour

 Ma plume est téméraire et tempétueuse pour cacher ma timidité

Elle témoigne de mes tourments, de ma tristesse et transcrit mes joies

Malgré le tic tac du temps qui passe

 

mardi, 14 juin 2016

A vous de continuer

Vous êtes sur le bon chemin continuez d'avancer
Ce chemin est unique car il est le vôtre
Et ce n'est pas le chemin des autres
Vous êtes sur le bon chemin
Celui qui vous mènera vers demain
Malgré les erreurs, les chagrins
Continuez d'avancer
Ne vous laissez pas démoraliser
Même quand vous doutez
Continuez d'avancer
Je sais où vous arriverez
Vous êtes sur le bon chemin
Je suis la voie du destin

(Pour Séverine, son jeu est valable pendant tout le mois de Juin)

dimanche, 06 décembre 2015

Ecureuil bleu (dernière note avant longtemps)

Elle nous demande d'écrire des mots étranges à la saison des vendanges,

de faire rimer champignon avec cucurbitacée ou bien citrouille avec feu de cheminée, de dessiner des feuilles de vigne comme autrefois à l'école, quand notre maître nous emmenait en forêt pour une leçon de choses et d'automne. Elle nous autorise à broder autour du thème imposé ou à "scrapper" les ceps de vigne à volonté. On peut aussi chanter dit-elle :"A la faveur de l'automne" de Tété ou une chanson de banquet digne de Dyonisos et de ses excès. Il est sûr que nous allons délirer, à boire ainsi du bon vin rouge, blanc et rosé, vieilli en fût de chaîne et corsé. Et puis nous allons bien rire, et puis nous allons pleurer mais c'est pour faire plaisir à Ecureuil bleu qui nous
a seulement dit :"faites donc ce que vous voulez!" Et nous nous sommes
exécuté.
 
(Pour Ecureuil bleu)

samedi, 04 juillet 2015

Qui suis-je?

Je suis une femme genre  Renoir

Je suis démesurément marine
Je suis une plume d'un    écrivain
Je suis plusieurs à la       fois
Je suis sur un chemin de    quête
Je suis entre ombres et    lumières
Je suis cachée sous vos    yeux
Je suis généreuse   imagination
Je suis passionnée de   caractère
 
(Si on écrit chaque lettre ou signe ou espace dans un carreau et qu'on lise en verticale, tous les 26 caractères, mon nom se lit; ça marche très bien sur un cahier à petits carreaux par exemple. Mais avec un traitement de texte "à la con" ce n'est plus pareil, alors j'ai fait des espaces en plus et j'ai mis en gras chaque 26e caractère et je les ai souligné pour que vous puissiez le voir apparaître, c'est pas un traitement de texte qui va m'emm...)
 
(Pour Ecureuil bleu)
 
 

jeudi, 21 mai 2015

Jeudi en poésie : ma vie avec Marie

- "Je vous fais peur. Allons, ne craignez rien, ne craignez donc rien! Enfant; je te l'ai dit, tu n'as rien à craindre de moi, toi. Ce qui faisait ta perte il y'a un mois fais ton salut aujourd'hui." 

- C'est vrai que j'ai eu peur mais ce n'est rien, ne vous inquiétez pas pour moi. En ce moment je mène une drôle de vie, tous les jours je vie à Londres en 1553 et je croise chez moi une reine d'Angleterre qui s'appelle Marie.

-"Oui, toi et moi, deux femmes, voilà tout ce qu'il a pour lui, cet homme. Contre lui tout le reste ! Toute une cité ! Tout un peuple ! Tout un monde ! Lutte inégale de l'amour contre la haine ! L'amour pour Fabiano, il est triste, épouvanté, éperdu, il a ton front pâle, il a mes yeux en larmes, il se cache prêt d'un autel funèbre, il prie par ta bouche, il maudit par la mienne."

- C'est ma fille qui parle ainsi alors que je mange une pomme. Non, elle n'est pas folle et n'a pas besoin de lâcher du lest! C'est un récité! Pour tout le peuple! Pour tout le monde! Elle récite des mots d'Hugo qu'elle enchaîne! Elle se métamorphose en Marie Tudor, en Marie 1ère, ce n'est plus ma fille, non, ce n'est plus la mienne!

-"La Haine contre Fabiano, elle est fière, radieuse, triomphante, elle a des masses d'hommes pleins les rues, elle mâche à la fois des cris de mort et des cris de joie, elle illumine toute une ville autour. L'Amour le voici, deux femmes vêtues de deuil dans un tombeau, la haine, LA VOILÀ !"

-Elle s'entraîne, en déambulant de façon altière, dans mon trois pièces, pour une série de représentations théâtrales, tous les jours! Elle déclame, elle répète, elle devient une Tudor, la première reine régnante d'Angleterre, je ne la reconnais pas!

-"Oh ville infâme, ville révoltée, ville maudite ! Ville monstrueuse qui trempe sa robe de fête dans le sang et qui tient la torche au bourreau ! Tu en as peur, Jane, n'est-ce pas ? Est-ce qu'il ne te semble pas comme à moi qu'elle nous nargue lâchement toutes deux, et qu'elle nous regarde avec ses cent mille prunelles flamboyantes ? Jane, l'entends-tu rire et hurler l'horrible ville ?!"

- Je suis habituée, ces répétitions à la maison, c'est un rite. Plus elle stresse et plus le spectacle sera beau. Elle me regarde en m'appelant Jane, comme si elle ne me reconnaissait pas. J'ai beau y être habituée, ça reste un peu flippant tout ça, on dirait vraiment que "Bloody Mary" la hante. Allez, tout va bien se passer, faut qu'jarrête de me faire de la bile!

 

Marie Tudor.jpg

 

              "Elle était la fille du roi, la soeur d'un roi, l'épouse d'un roi. Elle était une reine et par le même titre, un roi" (éloge funèbre)

 

Marie Lise.jpg

 

(Ma fille, à droite, dans le rôle de Marie Tudor)

(Pour Fanfan et les Croqueurs de mots)

mercredi, 13 mai 2015

Roxane (+ Pavel, Mathurin et Gül) ou Une histoire de répondeur ou « la rupture »

Pavel appuya sur la touche lecture du répondeur pour écouter son message.

"Pavel, dit une voix féminine... C'est Roxane. Je suis désolée, mais je préfère qu'on arrête là. Je te quitte, Pavel. Je te quitte".


  Pavel apprit ainsi qu'il était quitté par une femme qu'il ne connaissait pas et avec qui il n'avait jamais eu de relation. Il n'avait vraiment aucun souvenir de cette dénommée Roxane et il trouva cette situation très intéressante. Voilà de quoi épicer ma soirée qui s'annonçait très calme, se dit-il, et il se mit à écouter et réécouter en boucle le message de Roxane afin d'imaginer à quoi elle pouvait ressembler. Il avait l'imagination fertile et adorait les jeux de l'esprit. La voix chaleureuse et suave de Roxane lui fit pressentir une jolie brune au visage ovale, illuminé par des yeux verts. Sa façon de s'exprimer simplement et calmement lui fit inventer une femme de caractère mais modérée et discrète car c'était un message digne, sans scène et sans reproche.

Il passa ainsi deux bonnes heures, confortablement installé dans son fauteuil de velours bleu préféré, en compagnie d'une bonne bouteille de Meursault, rêvassant à propos de Roxane, écoutant tantôt sa voix, tantôt un CD de chants d'oiseaux. A la fin de cet exercice mental il avait appris énormément de choses à propos de cette Roxane qui lui était encore totalement inconnue deux heures plus tôt : ses goûts alimentaires et musicaux, sa couleur préférée, ses rêves, ses vêtements et ses fleurs préférées, elle n'avait plus de secret pour lui. Il alla se coucher et rêva de sa liaison passée avec Roxane.


Le lendemain, il acheva sa composition en racontant sa rupture à l'un de ses collègues de travail. Mathurin fut très gentil avec lui et l'invita au restaurant le midi pour lui remonter le moral. Mathurin cru vraiment à cette histoire et il pu ainsi continuer à jouer avec cette Roxane née de son imagination et donner encore plus de corps à cette chimère. Il s'amusa encore une semaine à jouer à l'amoureux malheureux auprès de ses collègues puis il se lassa de ce jeu et passa à autre chose, laissant ses collègues admiratifs devant sa capacité à se ressaisir, à surmonter un chagrin et devant son courage face à l'adversité.

Douze jours après le premier message, alors qu'il rentrait chez lui, il entendit un nouveau message de Roxane qui disait :


"Pavel, je vous appelle car je culpabilise de vous avoir laissé ce message de rupture. Je ne suis pas Roxane. Je m'appelle Gül. Roxane n'existe pas, c'est un personnage inventé par une de vos ex, Myriam. Elle a voulu se venger de vous parce que vous l'aviez fait souffrir. Elle voulait vous faire croire que vous perdiez la mémoire. Elle a dit que vous êtes hypocondriaque et fragile psychologiquement et que c'est le genre d'événement bizarre qui vous affolera et vous fera devenir fou. Mais, depuis, je n'arrête plus de penser à vous et j'ai peur des conséquences. J'ai honte d'avoir participé à ce canular, j'espère qu'il n'est pas trop tard et que vous allez bien." 

Ainsi donc, Roxane n'existe pas, se dit-il, ou plutôt Roxane n'est pas Roxane puisqu'elle s'appelle Myriam.
 Cela tombe bien, se dit-il encore en souriant...puisque je ne suis pas Pavel.

--------------------------------------------------------------------------

  (Texte écrit il y a longtemps, ressorti tel quel pour Ecureuil bleu (publié sur son site) et republié ici pour Jill Bill après changement des noms. J'enseigne le développement durable donc je suis adepte du recyclage ;-))  )

 

lundi, 11 mai 2015

Je suis un nez

Je suis un nez Madame, pour mon plus grand malheur. J'hume les odeurs là où rien ne transpire. Des plus tapageuses effluves aux plus discrètes fragrances, rien ne m'échappe. Comme un cochon peut dénicher des truffes, comme un chien policier renifle de la drogue, je suis la trace du moindre relent à des kilomètres à la ronde. Les odeurs fortes m'indisposent, me donnent la migraine, les parfums capiteux me vrillent le cerveau et me retournent l'estomac. Les parfumeries sont pour moi des lieux de torture et si l'on m'y enferme j'en perds le souffle; je pourrais sans doute y passer de vie à trépas. Je souffre le martyre dans tous les espaces clos, je défaille et je pleure au moindre arôme ou bien je vitupère dés qu'un fumet m'enlace. Mon nez est mon chagrin, mon fardeau, ma douleur. Et plus je vieillie, plus mon odorat se développe. Je suis un nez Monsieur, pour mon plus grand malheur.

 

(Pour Mille et Une)

lundi, 27 octobre 2014

Algorithme

 

Algorithme.jpg

 

Algorithme,

Alter égo?

Le rythme de nos coeurs,

Le rythme de nos hanches...

"Cessez de rêver madame, un algorithme est une méthode de résolution d'un problème utilisant un nombre finit d'applications d'une règle!"

"On dit pourtant Monsieur, que son inventeur, venu de la Perse mythique, était un incroyable amant!"

"Soyez plus réaliste Madame! Ne vous emballez pas!"

"Soyez plus romantique Monsieur! Laissez courir votre imagination!"

Le rythme de nos souffles,

Le rythme de nos reins...

"Cessez madame! Je ne vous demande que votre méthode pour résoudre le problème écrit au tableau!"

"Mais je vous assure Monsieur que c'est ce que je suis en train de faire! Prenez un peu de recul pour lire ce problème et asseyez-vous près de moi : regardez donc ces x, ils s'agitent, ils sont impatients, ne trouvez-vous pas qu'ils me ressemblent? Et ces y, ils font un effort désespéré pour rester droits et maîtres de la situation, n'ont-ils pas un air de famille avec vous?"

"Soyez sérieuse, Madame! Vous n'êtes plus une enfant!"

"Soyez léger, Monsieur! Vous ne serez plus jamais un enfant! ... Un algorithme est un tapis persan qui servait spécialement à recevoir les amours des fougueux sultans..."

"Voyons ma chère, laissez-moi faire mon cours!"

"Voyons mon cher, laissez-moi faire ma cour!...Ne dit-on pas que les algorithmes durent parfois l'éternité?"

"Seulement lorsqu'ils échouent, Madame, seulement lorsqu'ils échouent! Ils sombrent alors dans une insatisfaction perpétuelle!"

"Et les algorithmes qui s'accordent?"

"Ils n'ont qu'un nombre fini d'applications Madame! Ils ont une fin!"

"Comme les amours, Monsieur, comme les amours, ce qui ne les empêche pas de naître!"

"Vous voilà bien pragmatique Madame!"

"Vous voilà bien inquiet Monsieur!"

"C'est que l'éternité me fait peur, madame."

"Il n'y a pas de quoi, pensez aux algorithmes..."

Le rythme de nos lèvres

Le rythme de nos mains

Les tapis persans

Le rythme de nos souffles

Le rythme de nos reins

Les amants magnifiques

Le rythme de nos coeurs

Le rythme de nos hanches

"Le temps suspend son vol, Monsieur, n'est-ce pas cela l'éternité?"

 

(Pour Mille et Une)

 

 

 

jeudi, 02 octobre 2014

Jeudi en poésie

Moi, je suis...

 

Malheureuse aux jeux

Heureuse en amour

Malheureuse un peu

Heureuse pour toujours

 

On peut rêver, non?

 

chance.jpg

 

-----------------------------------------

 

PS : Je n'ai effectivement aucune chance au jeu et  ce, depuis toujours, dans les tirages de tombola, pour gagner un lot il ne faut pas que je mette mon nom mais celui de ma fille, elle, elle gagne souvent. J'ai gagné une seule fois, au casino, une toute petite somme, aux machines à sous, mais je ne jouais pas seule, j'étais avec mon "cher et tendre".

(Pour les Croqueurs de mots et Martine Quai des rimes)