Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 16 juin 2016

Bientôt...

 

Bientôt je n'aurai plus à parler fort

Comme un fort des halles énervé

Bientôt je n'aurai plus à noter

Comme un notaire agacé

Bientôt je n'aurai plus à coller

Comme un collectionneur excité

Bientôt je n'aurai plus à bosser

Comme un vieux boxeur stressé

Car c'est bientôt la pause

Position chaise longue obligée

Tous les profs qui ne disaient rien

Tous ceux-là n'en pensaient pas moins

 

(Oui, j'ai triché, comme mes élèves,faute avouée à demi pardonnée)

 

(Pour Cabardouche et les Croqueurs)

jeudi, 09 juin 2016

Le collier des croqueurs

Nous sommes des Croqueurs

Coeurs aimant les mots

Moments de bonheur

Heures à écrire

Rire et partager

J'aime bien créer

Et puis rigoler

Les Croqueurs de mots

Modèles écrivains

Vains, légers écrits

Cris de notre vie

Soyons fiers de nous!

 

(Oui, j'ai triché, faute avouée à demi pardonnée)

 

(Pour Cabardouche et les Croqueurs)

lundi, 15 février 2016

Réforme

Réforme b.jpg

N'en déplaise à Belkacem

C'est pas qu'on ait de la flemme

Une réforme ça prend du temps

ça se fait pas en un an

N'en déplaise à  Vallaud

Ta réforme elle prend l'eau

Enseigner tu sais pas faire

Tu nous fous dans la galère

N'en déplaise à Naja

Qui s'pavane dans les médias

Ta réforme on la f'ra pas

Dans deux ans tu s'ras plus là

N'en déplaise à Belkacem

Les profs tu leur fous la haine

Car tu les prends pour des glands

Liberté aux enseignants!

réforme e.jpg

 

lundi, 31 août 2015

Encombrant

 

encombrant.jpg

 

 

Je vais te mettre aux encombrants !

T’es qu’un vieux pépé pas marrant

Tu râles, tu râles tout l’temps !

Et puis tu vitupères, c’est chiant !

Où est passé le prince charmant ?

Que j’ai rencontré fut un temps

Qui me souriait de toutes ses dents

Toujours calme et accommodant

Si tu continues, gaffe ! T’entends ? 

Je vais te mettre aux encombrants !

 

(Pour Mille et Une)

lundi, 04 mai 2015

Défi n° 144

 

Croqueurs.jpg

 

(Une réécriture de la chanson de Marie-Paule Belle :"Je ne suis pas parisienne")

 

Lorsque je suis arrivée sur le net

J'aurais voulu devenir une blogueuse qu'on fête

Mais je n'avais aucune addiction

Je suis beaucoup trop normale, j'suis un pion

 

Je ne suis pas très high tech

ça m'embête, ça m'embête

Je n'suis pas très connectée

On me le fait remarquer

 

Pas la moindre dépendance

Quelle navrance, quelle navrance!

Je ne suis pas sur Facebook

J'suis pas "in", j'ai pas'd' "look"

Je ne suis pas sur twitter

Quel malheur, quel malheur!

 

Je ne suis pas très high tech

ça m'embête, ça m'embête

Je n'suis pas très connectée

 On me le fait remarquer

 

Bientôt j'ai fait connaissance d'un groupe d'amis

Vivant en communauté sur Over-bloguy

Comme je n'avais aucune addiction

Je crois qu'ils en sont restés comme des fions

 

Je ne suis pas sur Youtube

J'suis pas "détendue du bulbe"

Je ne suis pas sur Myspace

Quelle détresse, quelle détresse!

 

Je ne suis pas très high tech

ça m'embête, ça m'embête

Je n'suis pas très connectée

On me le fait remarquer

 

Mais grâce à eux, tout a changé

Je n'ai plus d'intimité

Et je me fais harceler

Car je suis surconnectée

 

Depuis je suis à la mode

J'suis connue sur tous les blogs

Sur tous supports : ordinateurs fixes ou portables

Sur smartphone et tout objet high tech vendable

J'fais des abus d'connexion

J'ai une e-réputation

 

Je fais partie de l'élite

ça va vite, ça va vite

J'écris des twits à tout va

J' "flickr" ma vie et voilà!

Toutes les applis me tentent

Je m'en vante, je m'en vante!

 

J'assume mon statut "ultraconnectée"

C'est le pied, c'est le pied!

Maint'nant je suis trop hightech

J'me surmène, j'explose ma tête

Et je connais la détresse

Et le cafard et le stress

 

Enfin, à changer de style de vie

J'minitie, j'minitie

Et loin de toute connexion

Je soigne ma dépression

Et loin de toute connexion

 Je soigne ma dépression!

 

 

social-media-b2b.jpg

 

 

(Pour Dim dam dom et les Croqueurs de mots)

 

Je vous invite aussi à lire ou relire une nouvelle écrite il y a longtemps :

"La légende du blog maudit"

 

 

 

 

jeudi, 23 avril 2015

Jeudi en poésie

 

maladeee.jpg

 

J'ai une petite maladie

Qui me donne quelques soucis

A cause d'elle on me fuit

Je sème partout l'anarchie

C'est pire qu'une épidémie

 

J'ai une petite maladie

Qui n'est pas une plaisanterie

A cause d'elle on me charrie

Je sème partout la zizanie

C'est une vraie pathologie

 

Si jamais je ne le dis

C'est pour vous mettre à l'abri

Dire ce secret que nenni

J'imagine vos yeux agrandis

Et la terreur dans vos esprits

 

(Pour les Croqueurs de mots)

 

travail santé.jpg

 

jeudi, 07 novembre 2013

Eclabousser : Jeudi en poésie

J'attendais de pouvoir passer

Au bord du passage piéton

Une voiture m'a éclaboussé

Et j'ai les jambes d'un cochon

 

Bottes4.jpeg

J'estime que j'ai de la chance

Si ça avait été un camion

J'aurais perdu toute contenance

Et de mon brosching la rénovation

 

Piéton.jpeg



(Pour les Croqueurs de mots)

jeudi, 31 octobre 2013

Flaques (Jeudi en poésie)

 

Flaque.jpeg


Mes bottes claquent dans une flaque

Comme un cosaque élégiaque

A la casaque démoniaque

Qui s'installe, qui bivouaque

Cette flaque était opaque

C'était écrit dans le zodiaque

Dans un cri, je glisse, je craque

Et je m'étale, patatrac!

 

bottes.jpeg



(Pour les Croqueurs de mots)

samedi, 22 juin 2013

Tu seras un professeur, mon enfant

 

Profsss.jpg

 

Si tu peux voir détruit ton planning annuel

Et sans dire un seul mot, ton programme, le finir

Ou perdre tes heures de cours pour cause de réunion

Sans un geste de trop et sans un seul soupir

 

 

Si tu peux être libre sans trop d’autonomie

Etre polyvalent en restant performant

Et, te sentant non écouté, continuer à écouter les autres

Tout en luttant et défendant ta pédagogie

 

 

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles

Travesties par des élèves pour exciter leurs parents

Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles

Sans mentir toi-même d’un seul mot

 

 

Si tu peux rester assis, sans parler, des heures entières

Si tu peux rester calme, en conseil de classe

En écoutant vanter les bavards et les cancres

Sans qu’aucun d’eux n’ait droit à un redoublement

 

 

Si tu sais évaluer, corriger et noter des inepties

Sans jamais devenir sceptique ou déprimé

Ecouter les médecins et les orthophonistes qui règnent en maître

Et exprimer quand même ta pensée « entre les lignes »

 

 

Si tu peux accepter les pannes de matériel

Sans jamais être en rage ou « pêter un plomb »

Arriver, sans le son ou encore sans image,

A animer une séquence dite « audiovisuelle »

 

 

Si tu peux être sévère sans jamais t’énerver

Si tu peux supporter que l’on change ton nom*

Et si tu sais survivre avec « pas un rond »

Sans être démoralisé ni en rébellion

 

 

Si tu peux travailler tous les jours de la semaine

Alors que tout le monde te traite de feignant

Si tu peux conserver ton courage et ton énergie

Malgré l’accumulation des missions supplémentaires

 

 

Alors les bureaucrates de l’Education nationale

N’arriveront pas à te gâcher la vie

Et, ce qui vaut mieux que les tracasseries administratives

Tu seras un Professeur, mon enfant!

 

 

Kipling

Maurois

                                                                      Et moi

 

 

* Mon établissement change de nom l'année prochaine!!!

 

 

Ecole.png

 

Ce texte va être lu à la réunion de fin d'année de mon collège - lycée par des collègues , histoire de faire une petite "surprise" à notre "cher" chef d'établissement.

mardi, 05 juin 2012

Une souris

Une souris dans un gruyère
Comme une banquière banqueroutière
Faisait des trous que son derrière
Remplissait d'une certaine matière

Elle en fit sa gentilhommière
Comme une effrontée héritière
Qui faisait l'école buissonnière
Et s'amuse d'être dépensière


N'ayant peur de rien et très fière
Comme une grande aventurière
Ou une courageuse écuyère
Elle chantait dans sa pétaudière

A la télé et aux "premières"
Elle y fut de plus en plus coutumière
La vulgarité en bannière
Tout en remuant sa bonbonnière


Elle fit même de l'Elysée sa chaumière
Nargant les brigades financières
Avec ses discours de cancanière
Et ses mauvaises manières de sorcière

Une épidémie régulière
Qui permet d'ériger des barrières
Permit à cette cabaretière
De protéger ses arrières


Une souris dans un gruyère
Et voilà la France prisonnière
Ruinée par une vile épicière
Qui surfe sur la déroute boursière

 

(septembre 2009)